::  :: Niveau 4 :: Infirmerie
search of tomorrow♞ kwangsun&yorell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar
Pseudo : tragie
Messages : 464
Capsules : 570
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 23
Crédits : ava: sha ; signa: beerus
Multicomptes : im jae na
Appartenance : abri 826
Affectation : unité e - espion
Arme : arc
Carnet de bord :





Localisation : abri, en quarantaine
Explorateur Unité E • espion
MessageSujet: search of tomorrow♞ kwangsun&yorell Jeu 14 Déc - 19:39

Search of tomorrow
This will be our last fight
Je serre mes poings doucement, lentement, les yeux clos et les rêves bien lucides. Ces derniers s'enlacent entre eux, cohabitent dans une atmosphère morbide et lourde. Je me noie dans les ténèbres. Je me conjugue dans la noirceur. Je me complais dans mon malheur. Je suis dans mon élément. Et à chaque fois que je ferme mes yeux, je prie je ne sais quel dieu de ne plus jamais me réveiller. Parce que me réveiller fait trop mal. Retourner dans la réalité fait trop mal. La vie possède désormais un goût métallique et rouge. Un goût de sang. Je les déteste de me forcer à vivre. Je les déteste de me forcer à me souvenir de ce à quoi j'ai échappé. Oh terrible attraction. Oh cauchemar perpétuel. Je suis déjà prêt à me jeter dans le fleuve du Styx et me faire emporter les vagues de ma culpabilité. Dénué d'innocence, déchu de mon existence, ma vie ne tient plus que sur un fil. Ou plutôt, un tuyau de plastique où la morphine et les protéines circulent dans mon organisme. La morphine, c'est bien. C'est peut-être même la seule chose qui me permet de tenir le coup dans ce monde pourri. Mais je ne suis plus qu'un corps qu'on essaie de faire marcher. Mon coeur bat parce qu'il le peut encore. Mais l'âme, elle, a déjà baissé les armes.

J'observe toutes ces silhouettes qui circulent devant mon lit d'hôpital. La perfusion aux portes de l'éternel. Je les regarde tous si insouciants, si suffisants. Dégoût. Je détourne vivement les yeux alors que mon esprit s'embrume de fatigue. Douce morphine, continue donc d'agir. Je scrute le lit vide à côté de moi. Assis, avaché sur moi-même en tirant les draps sur mes jambes pliées, j'attends qu'une énième silhouette s'installe pour subir son examen de routine. La routine des consultations pendant que mon cas, lui, ne peut être sauvé. J'observe ce corps plein de vie se mouvoir au fil des soins de l'infirmier. Une tête brune que je sais reconnaître entre mille. Mais moi, je suis méconnaissable, portant encore les stigmates d'un traumatisme encore trop récent. Je lève mes yeux rouges vermeille sur lui. Lui, objet de mépris et de raillerie. « Encore blessé dehors ? Aish, décidément l'exploration n'est pas faite pour toi. » Haine. Provocation. Ce n'est que l'être abject que je suis qui s'exprime en moi par besoin de répandre le mal autour de moi. Parce que je suis fatigué de tous les voir comme si tout allait bien. Rien ne va dans ce monde. Et rien n'ira plus. 



☆☆☆ ce sont des mots prononcés au hasard qui m'ont tout révélé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Goyangi
Messages : 710
Capsules : 1421
Date d'inscription : 02/11/2017
Crédits : suture love love
Appartenance : abri 826
Affectation : chasseur
Arme : pistolet improvisé
Carnet de bord : présentation + suivi + rp + liens + calendrier

kwang sun est un peu particulier, assez populaire, narcissique, beau, ambitieux, intuitif, malin, débrouillard, excellent dans son domaine, pas si superficiel, bavard, confiant, curieux, pas intrusif, ouvert d'esprit, impulsif, impatient, rancunier, détestable sometimes, lunatique, mais avec son entourage, il peut être possessif, sans gêne, capricieux, boudeur. en mission, il est vif, obéissant et tenace.



25 ans, né à Busan le premier novembre 2069. ses parents étaient riches avant la guerre, maintenant l'un est un garde de l'abri, l'autre siège au conseil. il a vécu sur terre jusqu'à ses 8 ans environ, avant de se rendre dans les abris. dés qu'il a eu la possibilité d'aller explorer, il l'a fait. il s'entraîne souvent, beaucoup afin d'être à la hauteur de ses propres espérances.

Kwang Sun signifie Dieu ou Divinité en coréen

Il a déjà couché avec des filles, et des garçons. Il ne regarde jamais le sexe de la personne qui lui plaît. Il ne se case jamais, ou alors pour une courte durée, parce qu'il trouve ça encombrant, chiant et ça lui demande trop de temps, trop d'attention.

Son meilleur ami l'a déjà embrassé, parce qu'il était juste impossible à réduire au silence. Sun a tellement rougi de honte et d'embarras, qu'il ne lui a pas parlé pendant plusieurs jours.

c'est ce fameux meilleur ami qui a donné une importance à son anniversaire lorsqu'ils se sont connus. mais c'était sans doute à cause du fait que le cadet était né un jour plus tôt et un an plus tard que lui.

Kwang Sun n'est pas très proche de ses parents. En fait, il essaie de se détacher émotionnellement de tout le monde, mais n'y parvient pas facilement. Une fois qu'il est attaché à quelqu'un, il a du mal à décrocher.

Il s'est battu pour la première fois aux environs de ses douze ans, parce qu'il n'aimait pas les rumeurs qui circulaient sur lui. Il a alors commencé à en balancer, histoire que ça nourrisse la conversation des gens de l'abri, et pour contrôler ce qui se disait.

Il ne sait toujours pas comment il fait pour si bien s'entendre avec son meilleur ami, mais ça semble fonctionner alors il n'y pense plus.

Si l'un est impliqué dans quelque chose, alors l'autre l'est certainement aussi. Plus lié encore que les doigts de la main, ils sont inséparables depuis des années.

Il est clair qu'il excelle dans son domaine, mais ce ne sont pas seulement des "on dits", il est vraiment, sacrément, doué. Mais ses heures d'entraînement sont également nombreuses. Après tout on ne né pas parfait, on le devient.
Localisation : chambre standard familial 01
Explorateur Unité B • chasseur
MessageSujet: Re: search of tomorrow♞ kwangsun&yorell Dim 17 Déc - 18:19

search of tomorrow
yorell & kwang sun
••••

Ce n'était pas un des jours les plus joyeux pour toi. Tu étais confiné dans la chambre familiale vingt-quatre heures sur vingt-quatre, sauf celui-ci. Tu avais été autorisé à quitter cette pièce trop familière pour rejoindre l'infirmerie à une certaine heure. Il n'y avait pas quelques minutes que ta mère était passée dans la chambre pour te dire de te rendre dans les locaux de médecine. Après tout, on ne pouvait pas être toujours à ta disposition. Il y avait bien trop de blessés depuis la dernière exploration, depuis les derniers événements, sans doute que cette machine ne s'arrêterait jamais. Tu avais obéi, sagement, accompagné d'un défenseur de l'abri, et tu te surpris à espérer que cela pourrait être Myung Ki. Non, pas lui, pas cette fois. Ta mère faisait attention à bien détruire ton moral comme il le fallait, tu n'avais pas vu un visage familier depuis des jours. Il en avait été décidé ainsi, et tu ne pouvais rien faire. Tes blessures physiques étaient encore trop récentes, trop persistantes pour que tu puisses te rebeller. Pourtant, tu avais essayé. Tu avais lutté, mais ton esprit t'avait fait comprendre que cela ne servait à rien. Tu avais promis à Jaehwa de vivre, tu le ferais, comme il le faisait certainement de son côté. Tu poussas un long soupir, contrôlant du mieux que tu pouvais ta respiration, avec le garde à même pas un mètre de toi, prêt à te porter au moindre signe de faiblesse. Putain, tu n'étais pas encore handicapé ou invalide. Ce sentiment, cette simple pensée, te détruisait. Parce que c'était tout à fait comme ça qu'on te voyait.

Tu ne regardas pas le numéro de ton lit, une infirmière te reconnut et t'installa presque immédiatement sur un matelas disponible. Tu grimaças lorsqu'on te contraint à t'asseoir, tu ne voulais pas ça. Ta peau se pliait et cela te provoquait d'horribles sensations d'aiguilles sur ton torse, et sur ton poumon malmené. Cette goule ... Si elle n'était pas morte, tu l'aurais sûrement retrouvée et butée. Juste pour t'avoir blessé, juste pour avoir osé poser la main sur toi, pour t'avoir détruit à tel point que tu ne pouvais plus exprimer de sentiments envers qui que ce soit. Tu étais vide, un corps sans âme, ton existence te paraissait bien fade. Tu n'aimais pas ça non plus. Un énième soupir et tu reconnus une voix non loin de toi, remplie de dégoût, d'amertume et de défiance habituelle. Tes yeux allèrent se poser sur la silhouette bien pâle de ton rival, et tu ne savais même pas quoi dire. Il était dans un état tel que tu n'en avais jamais vu. Pitoyable était le mot qui te venait. Tu ne pris même pas la peine d'afficher une quelconque expression, ta voix était morne, mais pas moins blessante. « C'est un cadavre sous perf' qui parle ? Ah Yorell, je ne t'avais pas reconnu. » L'ironie était maîtresse dans son ton, mais son regard n'était pas moins dédaigneux et hautain. Tu laissas l'infirmière dérouler le pansement qui couvrait ton buste, ton attention concentrée sur les plaies encore visibles sur ta peau si délicate. Tu aurais pu jurer, insulter le monde entier que ça n'aurait rien changé. Tu ferais le maximum pour que les nombreuses griffes de la goule disparaissent, mais les marques de ton opération, elles, ne s'en iront jamais. Comme un rappel de ta faiblesse passagère. Que tu espérais réellement temporaire, comme on te l'avait si bien précisé à ton réveil.

••••

by Wiise


hey playboy
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : tragie
Messages : 464
Capsules : 570
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 23
Crédits : ava: sha ; signa: beerus
Multicomptes : im jae na
Appartenance : abri 826
Affectation : unité e - espion
Arme : arc
Carnet de bord :





Localisation : abri, en quarantaine
Explorateur Unité E • espion
MessageSujet: Re: search of tomorrow♞ kwangsun&yorell Mer 3 Jan - 17:12

Search of tomorrow
This will be our last fight
Je voudrais m'échapper vite, comme la fumée toute noire. Dans mon petit bolide quand on fend le brouillard. Comme des météorites, l'atmosphère nous sépare. Mais nous ne sommes pas si différents que ça, lui et moi. Deux cadavres qui tentent de survivre dans l'absurdité du monde. L'apocalypse, la vraie. Faire la paix n'est pas rentable, et ne l'a jamais été. Et je perds le contrôle, je me laisse bouffer par toutes ces images qui reviennent par flashs dans ma cervelle étriquée. Il a raison: je suis un cadavre sous perfusion. A peine en vie, le coeur à peine battant. Je suis pitoyable, mais ma fierté n'en est pas moins solide et de ce fait, revoir ce visage si particulier que j'ai l'habitude d'insulter dans mes plus beaux rêves fait remonter en moi cette vieille rancune envers cet homme qui, gentiment, m'inspire une certaine rancoeur. Tout a l'air si compliqué quand on vient à se parler. Il est si facile de se détester, de se critiquer, de se provoquer, pour oublier plus facilement qu'en fin de compte, nous sommes pareils lui et moi. Pas sur tous les points, mais deux lions dans une même pièce, ça finit toujours en brimades. Qui aura la crinière la plus soyeuse ? Les crocs les plus aiguisés ? Le regard le plus pétillant ? Qui sera le plus resplendissant de nous deux ? Certainement pas moi à l'heure actuelle, ni même lui. Et voilà, nous deux blessés par les monstruosités des terres désolées, nous ne brillons certainement pas de notre intelligence. Et c'est d'autant plus frustrant qu'une fois encore, nous sommes dans le même bateau.

Silencieusement, j'observe les gestes appliqués de l'infirmière qui s'occupe de retirer les bandages sur le torse de Kwang Sun. Plus sa peau se découvre, et plus je me rends compte que la vie ne fait pas de cadeau à lui non plus. Comme quoi, ce n'est pas une question de karma. Quoique... Je lève mon regard sur son visage tiraillé par la douleur qu'il ressent à l'entretien effectué sur ses blessures. Cette créature ne l'a pas loupée, et même si je suis bien curieux de savoir comment il s'est fait ça, ma fierté m'en empêche. Trop fatigué de me battre aujourd'hui, trop fatigué d'être celui que je suis aujourd'hui. Alors je reste silencieux, observe ce corps qui pourrit avec le temps. Non, nous ne sommes pas si différents l'un de l'autre. Dès que l'infirmière s'absente quelques minutes pour chercher du matériel comme des compresses ou des bandages, je lance un coup de menton dans sa direction, le ton moins provocateur qu'auparavant. « Raconte-moi ce qu'il t'est arrivé. Qui sait, tu as fait preuve de bravoure pour porter ces marques. » Bravoure, courage, fierté ou tout simplement témérité, je ne suis pas en mesure de pouvoir juger Kwang Sun sans sa coopération. Qui suis-je pour le juger ? Qui suis-je pour le mépriser ? Beaucoup moins important que lui. Beaucoup moins fort que lui. Traumatisé à la simple idée de revoir ces visages étrangers. Ça, ce n'est pas ce que j'appelle de la bravoure.



☆☆☆ ce sont des mots prononcés au hasard qui m'ont tout révélé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Goyangi
Messages : 710
Capsules : 1421
Date d'inscription : 02/11/2017
Crédits : suture love love
Appartenance : abri 826
Affectation : chasseur
Arme : pistolet improvisé
Carnet de bord : présentation + suivi + rp + liens + calendrier

kwang sun est un peu particulier, assez populaire, narcissique, beau, ambitieux, intuitif, malin, débrouillard, excellent dans son domaine, pas si superficiel, bavard, confiant, curieux, pas intrusif, ouvert d'esprit, impulsif, impatient, rancunier, détestable sometimes, lunatique, mais avec son entourage, il peut être possessif, sans gêne, capricieux, boudeur. en mission, il est vif, obéissant et tenace.



25 ans, né à Busan le premier novembre 2069. ses parents étaient riches avant la guerre, maintenant l'un est un garde de l'abri, l'autre siège au conseil. il a vécu sur terre jusqu'à ses 8 ans environ, avant de se rendre dans les abris. dés qu'il a eu la possibilité d'aller explorer, il l'a fait. il s'entraîne souvent, beaucoup afin d'être à la hauteur de ses propres espérances.

Kwang Sun signifie Dieu ou Divinité en coréen

Il a déjà couché avec des filles, et des garçons. Il ne regarde jamais le sexe de la personne qui lui plaît. Il ne se case jamais, ou alors pour une courte durée, parce qu'il trouve ça encombrant, chiant et ça lui demande trop de temps, trop d'attention.

Son meilleur ami l'a déjà embrassé, parce qu'il était juste impossible à réduire au silence. Sun a tellement rougi de honte et d'embarras, qu'il ne lui a pas parlé pendant plusieurs jours.

c'est ce fameux meilleur ami qui a donné une importance à son anniversaire lorsqu'ils se sont connus. mais c'était sans doute à cause du fait que le cadet était né un jour plus tôt et un an plus tard que lui.

Kwang Sun n'est pas très proche de ses parents. En fait, il essaie de se détacher émotionnellement de tout le monde, mais n'y parvient pas facilement. Une fois qu'il est attaché à quelqu'un, il a du mal à décrocher.

Il s'est battu pour la première fois aux environs de ses douze ans, parce qu'il n'aimait pas les rumeurs qui circulaient sur lui. Il a alors commencé à en balancer, histoire que ça nourrisse la conversation des gens de l'abri, et pour contrôler ce qui se disait.

Il ne sait toujours pas comment il fait pour si bien s'entendre avec son meilleur ami, mais ça semble fonctionner alors il n'y pense plus.

Si l'un est impliqué dans quelque chose, alors l'autre l'est certainement aussi. Plus lié encore que les doigts de la main, ils sont inséparables depuis des années.

Il est clair qu'il excelle dans son domaine, mais ce ne sont pas seulement des "on dits", il est vraiment, sacrément, doué. Mais ses heures d'entraînement sont également nombreuses. Après tout on ne né pas parfait, on le devient.
Localisation : chambre standard familial 01
Explorateur Unité B • chasseur
MessageSujet: Re: search of tomorrow♞ kwangsun&yorell Mer 3 Jan - 18:29

search of tomorrow
yorell & kwang sun
••••

En posant tes yeux sur ton propre corps, tu ne le reconnaissais pas. Ce n'était pas comme ça que tu étais né, ce n'était pas comme ça que tu étais il y a encore quelques jours. Cette saloperie t'avait totalement déchiqueté, et si tu n'avais pas décidé de te perdre dans tes pensées à ce moment-là, tu ne serais pas tombé. Elle n'aurait jamais posé une seule griffe sur toi, tu aurais pu dégainer ton pistolet et lui tirer une balle dans la tête de ton perchoir. Non, tu avais affronté cette monstruausité, rencontrant par la même occasion tes peurs les plus enfouies dans ton être. Celle de mourir, de finir infecter ou qu'on finisse par même plus te reconnaître ou te retrouver. Savoir que tu étais vulnérable t'était entré dans le crâne, auparavant, tu te croyais au-dessus de tout, maintenant, ton existence même, tu la remettais en doute. C'était quoi le but de tout ça ? Foutre tout le monde dans une casserole en attendant que les corps explosent, ou que certains réussissent à sortir de l'eau bouillonnante pour rencontrer les flammes, et brûler vif ? Tu ne comprenais pas l'intérêt de vivre sous terre, d'entraîner et de permettre aux plus jeunes de se heurter à la violence de l'extérieure. Si seulement il n'y avait que les goules, les créatures étranges et contaminées par les radiations ... Il y avait aussi la guerre des différents clans, tous voulaient vivre, et contrôler un minimum de choses, mais c'était en réalité le chaos. Une paix vouée à l'échec, elle n'existerait jamais. Et c'est en observant avec une grimace de dégoût les blessures encore saignantes que tu te rendais compte de tout ça. Il n'était pas utile de se battre dehors, mais tu devais le faire, pour Jaehwa, pour Yeonwoo, pour Myungki, parce qu'il devait bien y avoir quelqu'un pour protéger son entourage. Tu avais pris ce rôle depuis bien longtemps, sans forcément le vouloir vraiment. Yorell à tes côtés semblait vide de toute vie, blanc comme un linge, aussi décomposé qu'un cadavre. Tu ne savais pas ce qui l'avait mis dans cet état, mais rien que de le regarder, tu ressentais une certaine pitié.

L'infirmière te laissa quelques minutes, mimant un sourire hypocrite auquel tu ne répondis que par un regard noir. C'est vrai que tu étais vachement apte à rire ou à vouloir sourire là, c'était même aussi clair que de l'eau de roche. Tu faillis l'insulter, marmonner quelque chose sur elle, mais Yorell te priva de ce plaisir. Tu le fixas quelques secondes sans rien dire, en te demandant ce qu'il pouvait bien en avoir à faire de ce qu'il t'était arrivé. Si jamais tu crevais, il se trouverait une autre occupation, ce n'était pas les abrutis qui manquaient dans l'abri. Tu respiras doucement, presque avec exagération, une grimace de douleur transforma ton visage d'habitude si beau, et pourtant si pâle lui aussi. « J'ai voulu embrasser une goule, mais ma beauté l'a repoussée. » L'ironie. Toujours celle qui t'aide dans les moments difficiles. Un petit sourire étira tes lèvres, ta blague n'était même pas marrante. Ton regard se perdit dans le vide, sans rien ajouter de plus avant que tu n'oses de nouveau reprendre la parole. « on vit des choses bien moches hein ? et on redescent de notre piédestal, on se rend compte que tout ça, c'est de la merde. tu t'en es rendu compte aussi non ? » Que la vie n'était pas toute rose, et qu'il n'y avait pas plus de chance à l'homme qu'à ces créatures dehors. Ils avaient beau s'entraîner, personne n'était prêt à ce changement. Toi, tu étais né en dehors, avant tout ça, et même si tu ne te souvenais pas de grand chose, tu espérais que tout redevienne comme avant. Douces illusions dans lesquelles tu te berçais. Quelle était la raison de te battre déjà ? Ah oui, quelques personnes. Ces gens que tu comptais sur le doigt d'une seule main, qui tenaient à toi, et à qui tu donnerais un rein pour qu'ils survivent. Jaehwa en particulier. Qui avait voulu risquer sa vie pour toi, et finalement, c'était toi qui était encore à avoir des soins réguliers, c'était toi qui avait failli y passer. Tu ne savais toujours pas si tu devais lui en vouloir ou au contraire, le remercier. Tu fermas les yeux quelques instants. Tu voulais respirer normalement, arrêter de te contraindre, de prendre de longues inspirations lentes pour éviter de souffrir ou pire, de mourir. Ta survie dépendait désormais de toi, et tu l'avais bien compris. Seulement, tu en avais assez, tu étais fatigué et cela se lisait avec clarté sur tes traits. Tu en avais marre de lutter.

••••

by Wiise


hey playboy
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : tragie
Messages : 464
Capsules : 570
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 23
Crédits : ava: sha ; signa: beerus
Multicomptes : im jae na
Appartenance : abri 826
Affectation : unité e - espion
Arme : arc
Carnet de bord :





Localisation : abri, en quarantaine
Explorateur Unité E • espion
MessageSujet: Re: search of tomorrow♞ kwangsun&yorell Jeu 4 Jan - 2:47

Search of tomorrow
This will be our last fight
Alors, c'est une goule qui a ravagé ce corps devenu si fragile. Comme un rappel que rien n'est éternel, et que tout est éphémère. Je le dévisage du mieux que je peux, la fatigue me rattrapant bientôt. Mes yeux courent sur ces blessures béantes qui guérissent trop lentement aux yeux de son rival explorateur. La faiblesse à bout de bras, la fatigue à vue d'oeil, la frustration sur le bord des lèvres. Je peux comprendre cela, pour l'avoir déjà ressenti. Pour le ressentir en ce moment même. Ce lourd sentiment d'être incapable de tout, de ne rien pouvoir changer à la situation. Lui est condamné à la convalescence, faisant des allers-retours entre sa chambre et l'infirmerie. Moi, je suis condamné aux conséquences de plusieurs semaines de séquestration, avec des cuvettes pour seule vue. Des cuvettes, mais aussi des visages étrangers, terrifiants, et les flammes qui ont dévoré la bâtisse dans laquelle nous étions retenus en otage avec les autres rescapés. Frisson. Des flashs de ces jours malheureux parasitent mon esprit. Et même l'humour ridicule de Kwang Sun ne suffit pas à me ramener à la réalité. Maintenant, c'est le silence qui meuble notre conversation qui n'a, au fond, aucun sens. Nous ne sommes que deux corps qui discutent, qui partagent les mêmes chagrins, les mêmes peines. Et on vit des choses bien moches, et on redescend de notre piédestal. Jamais Kwang Sun n'aura dit quelque chose d'aussi vrai.

Je scrute silencieusement ce mur blanc qui n'a cessé de me fasciner. Un blanc trop pur, à l'imagine de la jolie petite vie qui se passe dans ce bunker anti-nucléaire, bien à l'abri des dangerosités de l'extérieur. Et on se rend compte que tout ça, c'est de la merde. Parfaitement. Evidemment que j'en ai pris conscience. Pour le coup, je me sens sur la même longueur d'onde que lui. A croire que notre amertume, notre rivalité commune ne peut en rien cacher cette similitude qui nous caractérise. La vie est nulle à chier. Car rien ne dure, on s'entête à vouloir se bâtir un monde meilleur où grandir en paix et en harmonie. Mais l'être humain est foncièrement mauvais, et cherchera toujours à mettre des bâtons dans les roues des autres. Sinon, les clans n'existeraient pas. La Main Rouge ne ferait pas chier avec son foutu territoire, et les Veilleurs ne prôneraient pas la vie en communauté avec autant de ferveur. Nous sommes tout simplement incapables de co-exister. Chacun pour sa gueule, et dommage pour les collatéraux. Vie de merde, monde de merde. Je pousse un long soupir et remonte ma main sur mon buste, fixant toujours autant ce plafond que j'ai toujours détesté. « Ouais... Je sais... » Je tourne de nouveau ma tête vers sa carcasse à peine en vie. Le dévisage dans de longues secondes de silence. Tout nous unit, mais rien ne nous attache. Je ne l'aime toujours pas, et cela restera probablement ainsi. Pourtant, il a tout de même accepté de me parler, et je ne peux pas ignorer cela. Alors, c'est maladroitement que je pose des mots sur ce qui me terrifie et me nuit depuis mon retour à l'abri. « J'ai... J'ai été retenu en otage par des fous furieux, et j'ai vu mourir mes camarades un par un. » Je les ai vus mourir, dépérir, succomber aux terribles traitements de nos bourreaux. Et le pire dans tout ça, c'est que j'ai laissé faire. Rongé par la peur. Affaibli par la faim. Ecoeuré par les cuvettes. Je suis le pire des lâches.



☆☆☆ ce sont des mots prononcés au hasard qui m'ont tout révélé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Goyangi
Messages : 710
Capsules : 1421
Date d'inscription : 02/11/2017
Crédits : suture love love
Appartenance : abri 826
Affectation : chasseur
Arme : pistolet improvisé
Carnet de bord : présentation + suivi + rp + liens + calendrier

kwang sun est un peu particulier, assez populaire, narcissique, beau, ambitieux, intuitif, malin, débrouillard, excellent dans son domaine, pas si superficiel, bavard, confiant, curieux, pas intrusif, ouvert d'esprit, impulsif, impatient, rancunier, détestable sometimes, lunatique, mais avec son entourage, il peut être possessif, sans gêne, capricieux, boudeur. en mission, il est vif, obéissant et tenace.



25 ans, né à Busan le premier novembre 2069. ses parents étaient riches avant la guerre, maintenant l'un est un garde de l'abri, l'autre siège au conseil. il a vécu sur terre jusqu'à ses 8 ans environ, avant de se rendre dans les abris. dés qu'il a eu la possibilité d'aller explorer, il l'a fait. il s'entraîne souvent, beaucoup afin d'être à la hauteur de ses propres espérances.

Kwang Sun signifie Dieu ou Divinité en coréen

Il a déjà couché avec des filles, et des garçons. Il ne regarde jamais le sexe de la personne qui lui plaît. Il ne se case jamais, ou alors pour une courte durée, parce qu'il trouve ça encombrant, chiant et ça lui demande trop de temps, trop d'attention.

Son meilleur ami l'a déjà embrassé, parce qu'il était juste impossible à réduire au silence. Sun a tellement rougi de honte et d'embarras, qu'il ne lui a pas parlé pendant plusieurs jours.

c'est ce fameux meilleur ami qui a donné une importance à son anniversaire lorsqu'ils se sont connus. mais c'était sans doute à cause du fait que le cadet était né un jour plus tôt et un an plus tard que lui.

Kwang Sun n'est pas très proche de ses parents. En fait, il essaie de se détacher émotionnellement de tout le monde, mais n'y parvient pas facilement. Une fois qu'il est attaché à quelqu'un, il a du mal à décrocher.

Il s'est battu pour la première fois aux environs de ses douze ans, parce qu'il n'aimait pas les rumeurs qui circulaient sur lui. Il a alors commencé à en balancer, histoire que ça nourrisse la conversation des gens de l'abri, et pour contrôler ce qui se disait.

Il ne sait toujours pas comment il fait pour si bien s'entendre avec son meilleur ami, mais ça semble fonctionner alors il n'y pense plus.

Si l'un est impliqué dans quelque chose, alors l'autre l'est certainement aussi. Plus lié encore que les doigts de la main, ils sont inséparables depuis des années.

Il est clair qu'il excelle dans son domaine, mais ce ne sont pas seulement des "on dits", il est vraiment, sacrément, doué. Mais ses heures d'entraînement sont également nombreuses. Après tout on ne né pas parfait, on le devient.
Localisation : chambre standard familial 01
Explorateur Unité B • chasseur
MessageSujet: Re: search of tomorrow♞ kwangsun&yorell Sam 6 Jan - 19:39

search of tomorrow
yorell & kwang sun
••••

Après tes mots un silence s'installa, et ce n'était pas plus mal. Tu devait économiser ton oxygène, éviter de ressentir ces milliers d'aiguilles qui te traversaient lorsque tu oubliais de respirer calmement, de ne pas prendre de grandes inspirations libératrices de tout le poids que tu avais sur les épaules. On t'avait obligé à être ainsi. Parce que tu avais voulu être le meilleur, maintenant, tu ne pouvais plus te vanter de ta beauté ou même de ton corps divin. Il n'y avait rien que tu pouvais faire pour corriger le tir pour le moment, le temps serait capable de guérir tes blessures, mais c'était compliqué pour toi que de patienter. Tu n'étais pas du genre à attendre sagement en règle générale, et là, tu y étais contraint. Tu avais peur de l'ennui, de la solitude, de tout un tas de choses à présent, même de ton reflet parfois. Tu ne te reconnaissais plus. Ton regard glissas sur la silhouette fatiguée de Yorell. Il semblait bien plus bas que toi moralement parlant, physiquement, à part peut-être des marques de ce qu'il avait vécu, il n'y avait pas grand chose. Peut-être avait-il perdu du poids, tandis que toi, tu en prenais. Grignotant tout ce qui pouvait bien te passer entre les doigts, sans arrêt à noyer le négatif dans un peu de nourriture. Ton ennemi, ton rival, mais ces mots avaient-ils finalement leur place ? Toute cette petite guerre de territoire n'avait-elle pas assez durée ? Tu ne savais plus comment penser, comment agir avec les autres, comme une coquille vide, tu t'étais refermé silencieusement mais brutalement.

Alors que tu t'étais perdu, les yeux dans le vide, fixés sur Yorell, tu battis des cils pour reprendre un peu tes esprits. Tu ne devais pas réfléchir, tu devais juste arrêter tout ça, ce n'était pas bon, ce n'était pas toi. Tu posas ensuite tes yeux bruns sur tes blessures ouvertes, à l'air libre. Parfois, tu avais peur qu'une goule en sorte, que tu te transformes en l'une de ces choses, et que tu finisses par détruire et tuer tout ce qui se trouvait sur ton chemin. Tu poussas un soupir agacé, avant de serrer les dents et de jurer, de marmonner des insultes d'une voix basse. Tu avais mal. C'était trop douloureux, vraiment trop. Tu fermas les yeux et écoutas les mots de ton ennemi de toujours. Il y avait pire que toi, tu le savais, les événements passés ne laissaient présager rien de bon pour l'avenir, mais tu n'y avais pas été. Tu n'avais pas été avec eux, sur les lieux, avec Yeonwoo qui semblait détruite elle aussi. Affronter la mort, d'êtres vivants, de proches, devait être la pire des choses. Et Yorell avait vécu tout cela. Tu ressentis de la peine, un profond élan d'empathie pour lui. Tu avais eu peur de perdre Jaehwa, toi aussi, et c'était ce qui t'avait conduit dans cet état. Tu étais bien content qu'il soit vivant à ce jour, et si c'était le prix à payer pour qu'il le reste, alors tu agirais de nouveau comme un imbécile. A partir de ce jour-là, tu avais décidé de t'entraîner un peu plus longtemps, un peu plus durement. Du moins, lorsque ton corps te le permettra, et le médecin aussi. Pour le moment, ce n'était pas gagné. « Nous ne sommes pas des machines. » Cette phrase sortit d'un coup de ta bouche, réalisant que tu n'avais rien d'un dieu. « On n'est juste un paquet de marionnettes qu'on agitte sous le nez de quelque chose qui nous dépasse. » Ton regard resta figé sur le sol, jusqu'à ce que l'infirmière revienne vers toi, pour s'occuper de tes plaies. Tu la regardas alors d'un oeil mauvais, tes pupilles étaient aussi noires que le néant. La jeune femme appuya un peu trop fort sur tes côtes, et ni une ni deux, tu saisis son poignet fermement. « Yah ! Si t'es pas capable de faire ton taff, demandes à quelqu'un d'autre. » Kwangsun, oui, toi, un être souvent détestable, qui faisait sa loi, un animal têtu et sauvage qu'on ne pouvait pas dompter. La douleur te faisait monter directement d'un cran et alors que tu serrais avec force le poignet de l'infirmière, tu eus envie de le lui broyer. Tu la rejetas seulement, détournant le regard pour la laisser finir, en espérant qu'elle serait plus concentrée sur sa tâche cette fois.

••••

by Wiise


hey playboy
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : tragie
Messages : 464
Capsules : 570
Date d'inscription : 23/07/2017
Age : 23
Crédits : ava: sha ; signa: beerus
Multicomptes : im jae na
Appartenance : abri 826
Affectation : unité e - espion
Arme : arc
Carnet de bord :





Localisation : abri, en quarantaine
Explorateur Unité E • espion
MessageSujet: Re: search of tomorrow♞ kwangsun&yorell Dim 7 Jan - 23:55

Search of tomorrow
This will be our last fight
J'essaie de me souvenir de leurs visages. C'est terrible, mais je dois avouer ne plus y arriver. Mes partenaires d'exploration, ces rares proches que je tolérais dans ma vie de solitaire, je suis incapable de me remémorer leurs visages propres. Comme si mon inconscient avait tout bloqué de cette horreur. Pourtant, j'ai ces flashs, ces simples visions de leurs peaux calcinées, de leurs corps déchirés, de leurs âmes esseulées. Tellement de morts autour de moi, parmi les flammes. Parmi l'enfer. Et l'odeur amère et oppressante de la fumée qui compresse mes poumons et m'affaiblissent. J'ai dû faire des choix là-bas, sacrifier bien des vies. J'ai joué à être Dieu. Laissant le droit de vivre qui je voulais. L'être humain a toujours cherché à tout maîtriser, tout contrôler. Mais qu'arrive-t-il lorsque tout est à sa portée ? Les pires conséquences qui soient. La grande guerre, les terres désolées, et nous. Les dommages collatéraux. Moi, j'ai tiré sur un homme qui méritait sûrement de vivre. J'ai laissé derrière moi des prisonniers qui avaient la même valeur que moi. Désormais, je n'en ai plus. Entâché dans la boue, dans la suie, dans la noirceur. Je suis un monstre, et rien ne pourra me faire changer d'avis.

Après tout, comme Kwang Sun le dit si bien, nous ne sommes pas des machines, mais plutôt des marionnettes qui avancent vers un destin qui semble inévitable. Je n'aime pas le chemin que j'ai emprunté malgré moi. Là, allongé dans ce lit avec cette perfusion à bout de bras, je n'ai plus l'impression de vivre. C'est un cauchemar, c'est un calvaire. Sans médication, j'ai envie de crever, de me laisser emporter par les ténèbres. Le suicide, cette témérité de ne plus vouloir vivre, mais le seul choix que je peux avoir, si ce n'est survivre dans un monde qui ne me plait pas. Le pouvoir vient toujours avec un prix. J'ai goûté au droit divin, les conséquences me pèsent désormais sur les épaules. Et je ne suis plus assez fort pour les supporter. Et alors que Kwang Sun s'acharne sur la pauvre infirmière qui ne fait que son travail, j'observe ce plafond qui m'inspire et me nuit à la fois. Remontant une main sur mon buste, m'accrochant fermement à ce drap blanc bien propre. Je voudrais m'échapper vite, comme la fumée toute noire. Dans mon petit bolide, quand on fend le brouillard. Comme des météorites, l'atmosphère nous sépare. « J'ai envie de fermer les yeux, et de ne plus jamais les ouvrir... » Un temps. De longues seconde de silence qui déchire cette amère confession. La mort. J'ai envie de la mort, car la vie me dégoûte. La culpabilité qui me tue, qui me ronge, qui m'occulte. « Tu m'aiderais... à partir pour de bon ?... » Et lentement, je tourne la tête vers le seul homme que je pense capable d'une telle chose. Un homme qui ne m'a jamais aimé, et qui ne me pleureras jamais. Un rival. Un semblable. Mais un parfait charognard.



☆☆☆ ce sont des mots prononcés au hasard qui m'ont tout révélé.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Goyangi
Messages : 710
Capsules : 1421
Date d'inscription : 02/11/2017
Crédits : suture love love
Appartenance : abri 826
Affectation : chasseur
Arme : pistolet improvisé
Carnet de bord : présentation + suivi + rp + liens + calendrier

kwang sun est un peu particulier, assez populaire, narcissique, beau, ambitieux, intuitif, malin, débrouillard, excellent dans son domaine, pas si superficiel, bavard, confiant, curieux, pas intrusif, ouvert d'esprit, impulsif, impatient, rancunier, détestable sometimes, lunatique, mais avec son entourage, il peut être possessif, sans gêne, capricieux, boudeur. en mission, il est vif, obéissant et tenace.



25 ans, né à Busan le premier novembre 2069. ses parents étaient riches avant la guerre, maintenant l'un est un garde de l'abri, l'autre siège au conseil. il a vécu sur terre jusqu'à ses 8 ans environ, avant de se rendre dans les abris. dés qu'il a eu la possibilité d'aller explorer, il l'a fait. il s'entraîne souvent, beaucoup afin d'être à la hauteur de ses propres espérances.

Kwang Sun signifie Dieu ou Divinité en coréen

Il a déjà couché avec des filles, et des garçons. Il ne regarde jamais le sexe de la personne qui lui plaît. Il ne se case jamais, ou alors pour une courte durée, parce qu'il trouve ça encombrant, chiant et ça lui demande trop de temps, trop d'attention.

Son meilleur ami l'a déjà embrassé, parce qu'il était juste impossible à réduire au silence. Sun a tellement rougi de honte et d'embarras, qu'il ne lui a pas parlé pendant plusieurs jours.

c'est ce fameux meilleur ami qui a donné une importance à son anniversaire lorsqu'ils se sont connus. mais c'était sans doute à cause du fait que le cadet était né un jour plus tôt et un an plus tard que lui.

Kwang Sun n'est pas très proche de ses parents. En fait, il essaie de se détacher émotionnellement de tout le monde, mais n'y parvient pas facilement. Une fois qu'il est attaché à quelqu'un, il a du mal à décrocher.

Il s'est battu pour la première fois aux environs de ses douze ans, parce qu'il n'aimait pas les rumeurs qui circulaient sur lui. Il a alors commencé à en balancer, histoire que ça nourrisse la conversation des gens de l'abri, et pour contrôler ce qui se disait.

Il ne sait toujours pas comment il fait pour si bien s'entendre avec son meilleur ami, mais ça semble fonctionner alors il n'y pense plus.

Si l'un est impliqué dans quelque chose, alors l'autre l'est certainement aussi. Plus lié encore que les doigts de la main, ils sont inséparables depuis des années.

Il est clair qu'il excelle dans son domaine, mais ce ne sont pas seulement des "on dits", il est vraiment, sacrément, doué. Mais ses heures d'entraînement sont également nombreuses. Après tout on ne né pas parfait, on le devient.
Localisation : chambre standard familial 01
Explorateur Unité B • chasseur
MessageSujet: Re: search of tomorrow♞ kwangsun&yorell Lun 8 Jan - 16:09

search of tomorrow
yorell & kwang sun
••••

Tu n'étais pas capable d'exprimer vraiment ce que tu ressentais. Parce que Yorell n'était pas Jaehwa, et qu'il n'y avait qu'avec lui que tu pouvais parler de ce qui allait ou non. Pourtant, plus personne n'était là pour t'écouter ces derniers jours, et tu refusais de parler à quiconque. Que ce soit aux gardes devant ta porte qui avaient le sale boulot que de vérifier que tu ne faisais pas de conneries, que tu ne te tuais pas tout seul, ou les médecins et infirmières contraints de passer dans ta chambre, subissant tes regards accusateurs et le ton sarcastique et froid de tes réponses à leurs questions. On ne pouvait pas vraiment dire qu'il s'agissait de véritables échanges, puisque tu restais têtu, sur tes positions. Jaehwa te manquait, Yeonwoo aussi, et Myungki. Des personnes qui étaient souvent dans ton quoditien, dont tu ne pouvais soupçonner qu'il y aurait un manque si grand en toi. Tu te sentais seul, parce que brusquement, on t'enlevait tout ce qui te faisait sentir vivant. Alors même si tes mots pour Yorell étaient réels, tu ne parlais pas de ce que tu ressentais, tu évitais le sujet. Tenter d'embrasser une goule, et oui, cette teinte sarcastique et ironique dans ta voix quand tu avais répondue, tu l'avais laissée de côté. Yorell te paraissait tellement petit à ce moment-là, que tu n'étais pas sûr de l'avoir en face de toi. S'il n'avait pas ces traits si particuliers, reconnaissables depuis des années maintenant, tu n'aurais pas été capable de mettre un prénom sur ce corps, ce visage fatigué, épuisé, vidé de toute énergie.

Puis, la tête remplie de pensées qui ne devraient pas exister, tu attrapas le poignet de l'infirmière qui appuyas un peu trop fort sur tes plaies. Tu lui balanças une réplique remplie de haine, et elle te regardait avec un air tellement effrayé, que tu te contentas de la repousser d'un geste. Tu ne pouvais plus regarder les gens dans les yeux trop longtemps, il y avait toujours ce souvenir qui te hantait, le regard vide de la goule qui restait à jamais gravé dans ton crâne. Tu persistais à oublier, mais lorsque tu te permettais de dormir, les cauchemars envahissaient le peu de repos que tu pouvais avoir. Tu n'étais pas capable de fermer tes paupières sans que cette vision ne vienne te faire sursauter, ou angoisser. Oui, des angoisses, tu en avais, mais tu prenais sur toi, pour éviter que ton coeur ne s'emballe, que tu respires trop vite et trop fort, que ton poumon ne te fasse souffrir. L'infirmière mit quelques secondes à revenir te panser, avec hésitation et plus de précautions que précédemment. Tu la laissas faire, le regard à moitié concerné par ce qu'il se passait autour de toi. Tu préférais oublier que revenir sur les événements qui avaient eu lieu.

Ton regard se posa sur la silhouette pâle de Yorell après sa confession. Tu fronças les sourcils, pensif, plus que jamais. Tu ne savais pas ce qui le rongeait, mais la culpabilité sûrement. Il les avait vus mourir, mais pourquoi, et comment. Tu ne pourrais poser la question, parce que tu n'étais pas certain de vouloir savoir, de pouvoir partager sa douleur et ses tourments. Trop égoïste, pas assez lié à lui pour prétendre à vouloir se préoccuper de son réel sort, tu restas silencieux, parce que c'était tout ce que tu pouvais faire. Des grimaces de douleur déformant parfois ton si beau visage, alors que tu fermais les yeux pour tenter d'effacer ces plaies si béantes dans ton corps. Et les mots suivants de Yorell te surprirent. Tu sentis l'infirmière s'arrêter dans ses soins pour se tourner vers lui aussi. « Personne ne devrait se sentir capable d'enlever la vie à qui que ce soit. » Parce que d'autres avant toi avait réduit le monde à ce qu'il était aujourd'hui, tu ne voulais pas avoir quoi que ce soit de comparable à eux. Tu n'étais pas Dieu, le vrai, parce que Dieu lui-même n'existait pas, un espoir futil pour les plus désespérés. Peut-être aviez-vous besoin de croire en quelque chose, mais quoi à part vous-mêmes. « Je ne décide pas de qui vit ou meurt. Je ne veux pas de ce pouvoir. » Cela ne te donnerait aucune satisfaction de vivre, et si tu devais finir fou ou aussi vide que Yorell, alors oui, tu préférerais certainement mourir le premier.

••••

by Wiise


hey playboy
©crack in time
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: search of tomorrow♞ kwangsun&yorell

Revenir en haut Aller en bas
search of tomorrow♞ kwangsun&yorell
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» The common thread that links Cuba, Haiti, Guyana and Bolivia
» déboires internetesques...
» SEARCH AND DESTROY.
» Studio Of Manga Video, Search By Natsu/Ichigo
» Bienvenue dans l'Enfer de Glaces...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Badlands ::  :: Niveau 4 :: Infirmerie-
Sauter vers: