::  :: Zone Nord :: Temple bouddhiste
Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar
Pseudo : badlands
Messages : 843
Capsules : 569
Date d'inscription : 30/10/2016
Age : 50
Crédits : Avatar: suture
Appartenance : Abri 826
Affectation : Superviseur
Arme : Kick suprême
Localisation : Omnipotent
Admin • game master
MessageSujet: Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun Dim 11 Fév - 17:02

Kalos Eranthis Byunsanensis
ft. Park Yeonwoo & Park Hun

Park Yeonwoo : Sur ordre spécial de la Superviseure, l'unité C, une unité tout juste formée se vit confier une mission spéciale de reconnaissance. En effet, l'Abri réussi à mettre à disposition une Jeep avec de l'essence, cette dernière acheté à un clan d'indépendant ayant pour base la station essence de Suwon. Avec cela, ils pourraient parcourir de plus longues distance et moins de temps. Leur but était de partir découvrir les terres d'Incheon, là où le nouveau clan avait établit leur base.
Arrivé sur les terres, Park Yeonwoo descendait souvent en reconnaissance pour éloigner les créatures et revenait faire son rapport. Cependant, Bae Luna qui entendu parler de la Kalos Eranthis Byunsanensis souhaitait voir cette fleur si mystérieuse. Elle espérait pouvoir en voir même à Incheon. Park Yeonwoo, qui connaissait les pouvoirs de cette plante uniquement par le biais de témoignages se doutait du danger que cela pouvait représenter. Pourtant elle souhaitait faire une surprise à son amie ce qui la poussait à s'éloigner un peu trop de la Jeep. Elle ne se doutait pas un instant que Luna la suivait. Guidée par le hasard, ce fut des papillons fluorescents qui la forçait à accélérer le pas. Jusqu'à s'arrêter net. Là, une battisse en ruine. Cette dernière était faite de bois. Dans cet endroit où la nature avait reprit ses droits, elle fut émerveillée de voir des fleurs à la teinte blanche-rosée illuminer le sol. Partout, les papillons venaient les butiner D'abord émerveillée, elle se sentie en elle des sentiments étranges lorsqu'elle aperçu un homme, assis en tailleur sur le sol des ruines.

Park Hun : Suite aux récents événements avec le nouveau clan, Park Hun, soucieux de l'avenir de son clan décidait de partir en exploration. Evidemment, plusieurs hommes s'étaient proposé pour le suivre mais une fois arrivé dans une forêt marécageuse où l'air était presque irrespirable, ils durent faire demi-tour. Dans leur fuite, tous se séparèrent. Les mains devant leurs voies respiratoires, l'humidités et le brouillard les empêchaient de voir où ils mettaient les pieds. Cependant, des sortes de feux follets rose fluorescents attirèrent l'attention de Park Hun. Ce dernier décidait de les suivre, se doutant qu'il pouvait s'agir de créature. Peut être qu'elles connaissaient le chemin vers un endroit où l'air était respirable? Il avait vu juste. En moins de temps qu'il fallu pour dire "ouf", il sortit de la forêt. Là, il identifiait ces créatures volantes comme de simple papillon et pousser par ses souvenirs, il continuait de les suivre. Ces derniers le menèrent à un temple en ruine. Il s'avançait vers se dernier, s'asseyant en tailleur sur le sol en bois pour méditer un instant avant qu'il ne voit comme par magie des fleurs éclore sous ses yeux. Le spectacle était magnifique et peu à peu, ce lieu qui fut si sombre était éclairé par des milliers de lumières qui jonchait le sol. Bien rapidement, son cœur s'accélérait et il fermait les yeux pour mieux apprécier ce qui s’opérait dans son esprit, gardant dans sa mémoire le spectacle qui lui avait été offert plus tôt.


Le contexte que nous vous proposons vous sert de point de départ afin de justifier votre présence dans ce lieu. A vous de choisir si vous souhaitez poursuivre le but qui vous est proposé ou si vous préférez vous laisser porter par les événements, en trouver un nouveau, uniquement vous inspirer de quelques points de ce contexte etc... Le but premier est que vous vous amusiez, alors have fun les amis ♥️ ~
Amour sur vous !
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun Lun 12 Fév - 0:29

St Valentin

le coeur a ses raisons que la raison ignore

Suivre le clan n’a jamais été sa tasse de thé et n’a jamais été son point fort, bien au contraire. Désireux d’aller sur des sentiers battus il a toujours été le petit mouton noir, s’en allant vers d’autres contrées, découvrant autre chose, partant seul à la découverte du nouveau monde. Ce n’est donc pas bien étonnant de le voir, seul, alors qu’il était quelques minutes plus tôt avec les membres de son clan, marchant vers de l’air plus pur, se pensant être sur le bon chemin. Il a juste suivi ces petits feux follets, d’un rose éclatant et surtout fluorescent, sachant pertinemment, ou du moins pressentant, qu’ils allaient le mener vers le droit chemin. Il est donc là, les regardant avec une attention particulière, presque subjuguée par leur luminosité, avançant à l’aveugle, du moins sans vraiment regarder ses pieds. Il se retrouve alors soudainement en dehors de la forêt, pouvant enfin respirer calmement, ses poumons retrouvant la pureté d’avant. Et alors, pris par une soudaine euphorie, il les voit se transformer en magnifiques papillons, son cœur battant à tout rompre, soumis à quelques souvenirs heureux et malheureux. Il sourit, bêtement, se rappelant de la douceur de ses lèvres et de sa peau, ressentant un manque profond mais surtout un vide inexplicable. Elle lui manque. Terriblement. Et davantage depuis qu’il a croisé cette femme. Cette étrangère aux allures hasardeuses, défiant son regard, et manquant cruellement de méfiance. Elle lui a rappelé sa bien-aimée, sa dulcinée, son papillon. Qui n’est plus. Et son cœur se serre, saignant de seconde en seconde, ressentant une profonde amertume. Il regrette. Il regrette de l’avoir laissé. De l’avoir abandonné. C’est de sa faute si elle a disparu. Si elle est morte. Il aurait dû être prudent. Les quelques papillons, soi-disant, viennent frôler son oreille, bourdonnant au creux de celle-ci un chant doux et somptueux, l’entrainant davantage plus loin. Il les suit, sans crainte, subjugué par leur beauté. Il se retrouve alors face à des ruines anciennes, qu’il ne connaissait pas, du moins qu’il n’a jamais vu. Il y a peu de lumière mais il peut imaginer la splendeur du lieu et son côté si grandiose. Il regarde aux alentours, tournant sur lui-même, attendant d’y trouver un trésor caché. Peut-être. C’est à ce moment même qu’elle apparaît, sous ses yeux. Elle est là. Elle avance vers lui. Son cœur bat à tout rompre. Il est perdu. Perdu dans ses yeux. Il la contemple encore et encore, ses lèvres s’étirant légèrement, mais assez peu pour se faire remarquer. « J’ai presque cru avoir une illusion » dit-il d’une voix douce, peu commune.

Pourtant, il la reconnait. Elle. Cette fameuse étrangère qui lui évoque tant sa bien-aimée. Elle qu’il a rencontré par hasard au détour d’un lac. Elle. Une femme au visage de porcelaine mais au caractère certainement bien trempé. « Comme nous nous retrouvons. M’aurais-tu suivi ? » dit-il taquin. Oui, il est d’humeur taquine. Surprise.


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun Lun 12 Fév - 19:05

St Valentin

Fleur mystérieuse, j’étais bien curieuse de te trouver. De vertus en méfaits, bien des rumeurs courraient à son sujet. Pour mon amie, je souhaitais en cueillir, le lui en ramener pour peut-être qu’elle puisse l’offrir au garçon qui lui était destiné et que son coeur se languissait de rencontrer. Pour partie, je l’enviais car elle virevoltais d’insouciance en insouciance même si moi, je l’avais déjà trouvé.  Puis de lui séparée depuis de trop longues années, cruellement comme il me manquait. Mais cette douleur, cette langueur dans le coeur, aussi permanente que persistante, au gré de mes pas, elle s’estompait. Poids inconscient, je ne le comprenais. Je ressentais seulement comme mon organe s’allégeait au fur et à mesure que j’avançais. À la croisée de magnifiques papillons, ma quête j’avais pleinement oublié. Hypnotisée, amourachée je m’étais laissée guider jusqu’à ce qu’il m’emmène en ce lieu… féerique. Tableau enchanté qui me prouvait ce que j’avais toujours pensé : même dans les ruines la beauté continuait d’exister. Ce monde dévasté renaitrait. Quel chemin avais-je donc inconsciemment emprunté pour arriver en ce paradis où fleurs et papillons dansaient en cérémonie d’ouverture du bal du printemps. Plus qu’une fleur, ce fut un homme qu’en ce lieu je rencontrais. À l’instar des papillons qui virevoltaient, mon coeur sembla battre au rythme de leur ailes. L’air dont mes poumons s’emplissait se fit soudainement, subitement, vent d’espoir. Je retrouvais une joie, un bonheur comme je n’avais plus ressentie depuis si longtemps. Depuis que la vie nous avait éloignés. Alors, le coeur en suspend, cherchant sa cadence, hésitant entre accélérer ou s’arrêter, jusqu’à toi j’avançais. À travers cette allée digne d’un conte de fée, je marchais. Je me rapprochais.


Et alors, l’un en face de l’autre, nous nous retrouvions. Sentiment de retrouvailles. Au son de ta voix, un frisson suave m’enveloppa. Tu ne fus celui que j’espérais, je le compris. Quand bien même mon esprit semblait perdre ses repères et sa raison, je le sus, et pourtant, je ne fus déçue. « N’es-tu pas un songe ? » murmurais-je alors qu’à ton instar, je pensais rêver. M’être immergée dans une si belle et douce illusion que volontiers je m’y adonnerais de tout mon être. Un instant, mes paupières se fermèrent afin de savourer cette sensation si agréable et chaleureuse. Puis, elles se relevaient et mon regard révélaient. Je te fixais. Tes traits j’admirais. Bien que je les connaissais, il me semblait les redécouvrir. Encore une fois Tes mots me parvinrent. Des yeux brièvement je clignais avant que leur sens ne s’inscrive dans mon esprit. Très légèrement, je sursautais : « Hein ? Suivi ? » répondais-je d’une voix étonnée, décontenancée comme si soudainement d’une étrange torpeur je m’extirpais, partiellement. « Ah ! Non... Non ! » Agitant les mains, les joues rosies par un feu soudain, je me défendis. Je ne voulais pas que tu te méprennes.  « J’ai suivi les… »  papillons à l’écho de cette pensée ma phrase je ne pus terminée. Justification en suspend, mes lèvres demeurèrent entrouvertes tandis que de mes yeux, je tentais de chercher une réponse, dans le vide tout à d’abord, glissant de droite à gauche, puis dans ton regard que j’interrogeais du mien. « Que fais-tu ici ? »  Comment aurais-je pu te suivre alors que le mois dernier  nous nous étions rencontrés sur les bords du lac ? Comment pouvais-tu à nouveau te trouver ici en ce lieu si éloigné du premier.  Qui étais-tu ?



When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun Jeu 15 Fév - 14:14

St Valentin

le coeur a ses raisons que la raison ignore

Il arque un sourcil lorsqu’elle lui pose une question peu commode, le perturbant quelques secondes, son regard plongé vers le sien, se perdant dans la lueur de ses pupilles. Pendant quelques minutes il a cru retrouver celle qu’il a perdu et qu’il souhaite retrouver. Pendant quelques minutes il a osé la confondre avec celle pour qui son cœur bat toujours. Pendant quelques minutes il a cru la voir. Et il s’en veut. Il culpabilise. Se sentant presque infidèle. Il n’a pas le droit. Pas le droit de se tromper. De la croire elle. Alors qu’elles sont différentes et pourtant . . . si semblables. Il y a quelque chose en elle qui reflète ce qu’elle était et ce qu’elle a toujours été. Le perturbant grandement. Mais peut-être est-ce juste son envie de la retrouver, de la rejoindre. Mais peut-être est-ce juste qu’il cherche une femme pouvant lui ressembler. Parce qu’il veut juste la retrouver. Pourtant il le sait, personne ne peut la remplacer. Personne. Et pour rompre cette impression il se met à parler, osant dire qu’elle le suivait. Ce qui n’est pas impossible. Il faut dire que cela fait déjà deux fois. Deux fois qu’il la croise, par hasard. Et le hasard, ça n’existe pas. Il esquisse un discret sourire en la voyant quelque peu décontenancée, le rouge prenant ses joues, la trouvant presque mignonne. Et elle tente, en vain, de se justifier, tandis que lui, s’amuse de la voir ainsi. Il lui fait peut-être de l’effet. Et cela flatte indirectement son ego. Elle ne finit par sa phrase, la laissant en suspens, se demandant alors si elle ne cherche en effet pas d’excuse, essayant d’expliquer la raison de sa poursuite. Mais il n’est pas idiot non plus. Il sait qu’elle ne l’a surement pas suivi. Elle n’est pas ainsi. Il ne la connait pas, certes, mais il doute qu’elle soit de celles qui le suivent, sans raison, juste épris par lui. Lorsqu’elle lui demande la raison de sa présence ici, il ne sait quoi répondre, lui-même perdu. Bien sûr, ça n’est pas bien compliqué, d’expliquer les raisons de son arrivée en ce lieu si atypique, mais il ne sait pas par quoi commencer et surtout pourquoi il lui répondrait. Il hausse simplement des épaules, et contemple les alentours, se perdant dans la splendeur des lieux. « Je ne sais pas » dit-il simplement, d’une voix basse, presque inaudible. Et dans son champ de vision, elle réapparaît. Sublime créature. « J’ai été happé », entraîné par ce lieu mystique. Il ne sait comment. Il ne sait pourquoi. Mais c’est comme si ce lieu le voulait et l’avait amené jusqu’ici. C’est stupide, il le sait. Mais c’est la sensation qu’il a. « Et toi ? Que fais-tu ici si ce n’est pas me suivre ? ». Il fait alors un pas vers elle, avançant lentement et prudemment jusqu’à sa silhouette, se penchant légèrement en avant, restant tout de même assez éloigner de la jeune femme. « Serais-tu perdue ? Ou à la recherche de quelque chose ? ».


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun Sam 17 Fév - 17:06

St Valentin

N’était-ce pas étrange ? Non pas seulement que nos chemins se croisent une seconde fois sur les terres désolées, mais en des lieux aussi éloignés l’un de l’autre. Dès la première fois où je foulais véritablement le sol d’Incheon. Plus loin que le désert et cet effroyable hangar dont la flamme s’étaient repaisses. Si cet endroit aurait pu être mon tombeau, celui où nous nous trouvions à présent ressemblait d’avantage à un parfait tableau du paradis. Étais-tu un ange ? Et cette question résonna dans mon esprit à m’en donner le tournis. Un vertige tandis que par l’ignorance tu prétendais me répondre, tes yeux se détournant, se promenant sur le paysage environnant. Je vacillais et à ton regard qui ensuite me revenait, je me raccrochai. Point d’ancrage pour ne pas tomber, perdre l’équilibre dans le gouffre d’un amour perdu. Où étais-tu ? Si tu n’étais pas lui et lui pas toi, alors pourquoi ? Pourquoi je me surprenais encore une fois à le chercher à travers toi. À y croire…

À ta question retournée, j’haussais légèrement un sourcil, quelque peu froissée de n’avoir obtenu de réelle réponse. Je te vis approcher. Un pas en arrière je fis pour commencer avant de me raviser. Pourquoi reculerais-je ? Je n’avais peur de toi. Pourtant, mon coeur s’emballait. Et sa galopade se fit encore plus intense lorsqu’à hauteur de mon visage tu te penchas. Sur l’instant, mes yeux te fixèrent. Ils soutinrent les tiens, si plongèrent. Immobile, même l’organe dans ma poitrine sembla s’arrêter. Un léger courant électrique me rappela à l’ordre. Je déglutis, puis détournais mes yeux, timidement. À quoi pensais-je à l’instant ? Ou justement, est-ce que mon cerveau pensait encore seulement ? À l’exception du fait d’être troublée par ô combien tu étais beau…

Et mon coeur palpitait. Instinctivement, je portais une main sur lui, puis me ressaisis. Par le biais d’une légère toux feinte, étranglée par ma propre salive, je trouvais prétexte à me détourner. Je me raclais la gorge en tambourinant légèrement sur la base de celle-ci. Ma voix recouverte et éclaircie, je te répondis : « Ne cherche-t-on pas tous quelque chose dans cette vie ? » Puisque tu ne répondais guère que de façon mystérieuse, alors j’en ferais tout autant. À cette idée, je sentis un nectar délicieux se diffuser dans mes veines. Ainsi sur mes lèvres, un sourire facétieux s’esquissa. À mon tour, d’un pas je me rapprochais de toi. Comme dans l’intention de t’intimer quelque secret, une main je portais au coin de ma bouche. L’autre, je la déposais sur ton torse, à l’emplacement du coeur et me dressais sur la pointe des pieds afin de pallier aux centimètres qui me manquaient : « Tu devrais prendre garde à tes pensées avec un tel regard, tu es dans un endroit sacré, » insinuais-je non sans une once de moquerie et d’espièglerie et gratifiant ta poitrine de quelques doux tapotement amicaux. Si vraisemblablement tu semblais chercher à te jouer de mon inhabituelle intimidation, je saurais te le rende en tentant allègrement de te décontenancer.

Sur ces mots, à côté de toi, je passais mon chemin. Seulement de quelques pas. Franchissant la lisère que tu incarnais entre ma personne et les vestiges de temple que la terre semblait avoir tenté d’avaler. « Connais-tu cet endroit ? » Peut-être y étais-tu déjà vu ? Peut-être vivais-tu dans les parages et que notre rencontre au bord du lac fut le fruit hasardeux d’un tes voyages. À mon instar aujourd’hui. « Ce devait être si beau… » soufflais-je admirative tandis que mes yeux se perdirent dans l’admiration des ruines sublimaient par la nature, plus belle que je ne l’avais encore jamais vue. Lentement, je tournais sur moi-même. Je m’émerveillais et m’exclamais  : « Mais ça l’est toujours ! Et peut-être même plus ! » Ma ronde j’avais l’espace de quelques tours accélérée avant de m’arrêter. De te regarder, toi qui te détachais si élégamment du décors.  « Tu ne penses pas ? » Ce si bel endroit, c’était avec toi que je le découvrais.




When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun Dim 18 Fév - 14:18

St Valentin

le coeur a ses raisons que la raison ignore

Il est d’humeur jouer Hun, ou alors taquin, il ne sait pas. Mais dans tous les cas il a envie de s’amuser, d’une certaine façon, il a envie de connaître un peu mieux cette étrangère qu’il croise pour la seconde fois. Bien sûr, il pourrait encore s'en aller, l'ignorer, et ne pas s’impliquer davantage avec cette jeune femme, qui lui ressemble tant, mais aujourd’hui il en a envie. Juste pour aujourd’hui. Il ne peut s’empêcher d’esquisser un sourire quand elle lui précise que dans toute vie, chacun recherche quelque chose. Elle n’a pas tort. Lui aussi il cherche quelque chose. Mais il ne sait pas quoi ou plutôt, c’est une chose qu’il a déjà perdu, il y a des années. A cette pensée son cœur se serre, levant quelques secondes les yeux au ciel, se demandant ce qu’elle fait actuellement et surtout où elle est. Il aimerait tant retourner à cette époque où il lui tenait la main. Cette époque où il était heureux. Aujourd’hui il ne sait plus ce qu’est que le bonheur. Il est juste perdu. Perdu à tout jamais. Il sent alors une main qui se pose sur son torse, arquant alors un sourcil, surpris de voir la jeune femme si près de lui, manquant quelques battements, inconscients. Il inspire alors profondément, sentant un doux parfum venant lui titiller les narines, le berçant d’un étrange chant. Étrangement son corps s’apaise, alors que d’ordinaire il aurait été crispé par ce contact soudain, désireux de s’éloigner d’elle, mais ressentant son étrange contraire. La jeune femme a l’air d’être toute aussi joueuse que lui. Il fronce doucement des sourcils, amusé par son comportement si provocateur. « Mon regard ? De quel regard parles-tu ? Et pourquoi évoques-tu cet endroit sacré ? Serait-ce des sous-entendus ? Ou est-ce parce que mon regard te charme sans même que je n’en ai le désir ? ». il sourit, ne comprenant lui-même pas ses paroles ni même ses gestes. Une part de lui lui intime d’arrêter ce jeu stupide, cette provocation qu’il commence à mettre en place, craignant les conséquences désastreuses d’un tel comportement, mais quelque part, quelque chose en lui le pousse à agir de manière si étrange, à agir ainsi. Il y a comme deux êtres qui se battent entre eux à cet instant précis, chacun désirant autre chose, chacun le rendant presque fou. Elle s’en va alors, regardant ce paysage désastreux mais merveilleux. « Non, et toi ? » demande-t-il intrigué de savoir si elle est déjà venue, ici. Il trouve ce lieu mystique et particulier. Il a envie de l’explorer, empressé d’y trouver quelques trésors cachés. Il se demande comment c’était . . . avant et sûrement a-t-elle les mêmes pensées que lui puisqu’elle fait une remarque sur ce que ça devait être, par le passé. Elle a raison. Ça devait être particulièrement beau et s’il ferme quelques secondes les yeux il imagine le décor, il imagine aussi les personnes venant prier pour diverses raisons. Il imagine aussi les visiteurs, intrigués d’en savoir plus, curieux de savoir l’histoire. Il imagine un monde coloré, avec des personnes souriantes, heureuses. Il imagine un autre temps. Et il frisonne.

Il sort de ses pensées quand il sent son regard qui se pose sur lui, croisant alors ses pupilles colorées d’une étrange lueur. Pendant quelques secondes il se tait, ne disant rien, sa question raisonnant dans son esprit. Et étrangement il trouve en effet que cet endroit est sûrement plus beau qu’avant, et même plus beau qu’il y a quelques minutes, quand il venait d’arriver, parce qu’elle est là. Elle fait partie elle aussi du décor. C’est une étrange pensée qu’il y a là, et il se met à sourire. « Peut-être est-ce parce que nous sommes là » se contente t-il de dire, s’avançant vers la jeune femme, faisant presque le tour de celle-ci. Les mains derrière son dos, tel un prince des temps anciens, il se met alors debout sur un énorme galet, se plaçant au-dessus de tout, ou presque. « Souhaites-tu explorer à mes côtés les ruines anciennes ? Ce temple bouddhiste qui n’attend qu’une chose, d’être exploré ? Mais seulement si tu as du temps à m’accorder ? ».


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun Jeu 22 Fév - 14:40

St Valentin

C’était un jeu. Une pièce de théâtre où dans nos rôles, nous paradions au regard l’un de l’autre. À la nature qui nous observait, nous offrions un ballet. Le ressentais-tu ? En tout cas, je le vivais ainsi. Et je m’en amusais. Chaque fois que je réfrénais mon sourire pour accompagner mes dires, je devais lutter contre celui-ci. Le soumettre à m’obéir alors que mon coeur si léger ne demandait qu’à rire. À nous tourner autour, nous rapprocher pour ensuite s’éloigner, ne virevoltions-nous pas avec des papillons ? Ceux qui tout autour dans leur jardin exceptionnellement si fleuris, dansaient aussi. Une parade amoureuse dont nous n’esquissions, de toute évidence, pas les pas de danse. Pas décemment, consciemment. Nous jouions juste. À l’instar de deux enfants qui se retrouveraient dans leur jardin secret.


Des yeux je te suivais. Mes paupières brièvement battante tandis que tu me contournais. M’observais ? Avant de t’ériger sur ton rocher. La vue y était-elle belle ? Le monde serait vraiment plus beau vu d’en haut ? Pourtant, c’était bien vers le bas que tu manifestais de le désir de t’aventurer. Mon attention se détachait de ta personne pour glisser vers le bâtiment principal du temple en ruine. Celui dont une partie avait été avalé par la terre. Nous y faufilerions-nous comme des souris ? La tache me serait aisée, mais pour toi ne serait-ce pas plus compliqué que de te frayer un chemin au milieu des décombres, certainement instables pour la plupart. Alors, à ta demande, je feignis de réfléchir. Je te tournais le dos à demi. Avais-je du temps à t’accorder ? Avais-je envie de me lancer dans une expédition de découverte ? En ta compagnie de surcroit ? À l’évidence, ma réponse serait : oui !



Cependant, je ne t’accorderais mon consentement aussi ouvertement. Ce serait gâcher une partie du plaisir que je prenais à te taquiner, toi l’Étranger. « Après avoir été témoin de ton manque de souplesse et d’agilité, je ne peux que me sentir obligée de t’accompagner. » Mon regard revenait sur toi, se relever pour effleurer ta silhouette qui se dressait en hauteur. Si je sentis un instant mon coeur vaciller ? Je devais reconnaitre que ton allure ne manquait ni de charme, ni de prestance. Tu avais son élégance . Je déglutis discrètement, puis ajoutais sur un tout plus doux, exagérément doux alors que mes yeux pétillaient de malice et provocation. « Il te faudra bien une infirmière si tu venais à te blesser ! » Si cette affection n’était la mienne au sein de mon unité, mes connaissances en médecine égalaient pour l’heure celles de ma meilleure amie. Depuis mon enfance, j’avais beaucoup appris de mes ainés. Au sein de l’Abri encore, j’avais hérité pour partie du savoir de mon tuteur. Je te tendis ensuite la main, comme si tu avais besoin d’aide pour descendre. Comme si tu avais besoin d’être couvé, que je sois là pour te protéger. Si je me moquais ? Un peu. Cependant, mon geste, je ne tardais à le rétracter. « Mais, attention ! Ceci n’a rien d’un rendez-vous galant ! » Ma main reprise, je croisais les bras devant moi en affirmant cela. Si je me jouais de tes intentions ? Aussi. « Je ne suis pas femme à accepter si facilement. » Que tu ne te méprennes tout de même sur ma personnalité. Peut-être étais-je avenante et naturellement chaleureuse mais je ne faisais que jouer présentement et en aucune façon, tu ne m’intéressais vraiment. Je m’en défendrais s’il le fallait. « Je ne suis pas femme à accepter du tout, même… » L’attention de mes iris qui t’avait dégager de mon champs de vision revenait à nouveau sur toi. Astre dominant dans le ciel dont la clarté d’auréolait ainsi dressé sur ton rocher. « … face à un bel homme qui me fait les yeux doux… » Ma voix légèrement se perdit sur la fin. Mon esprit s’égarait. Il se troublait, obnubilé par tes yeux par lesquels je refusais encore de me laisser ensorceler. Aussi forte que fut leur magie.




Finalement, je te tendis à nouveau la main. Cette fois, non plus pour te la proposer mais pour te faire signe de descendre et de me suivre tandis que j’entamais d’ouvrir la marche pour nous enfoncer dans l’exploration de ce temple en ruine. 




When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun Dim 25 Fév - 21:59

St Valentin

le coeur a ses raisons que la raison ignore

« Vraiment ? Je n’en ai pas souvenir » dit-il tout en feignant leurs souvenirs communs. Il est vrai qu’il n’est pas doué dans toutes les circonstances et dans tous les domaines. Il a ses faiblesses et il a ses forces, et certainement est-ce son intelligence qui prime sur ses compétences. Mais c’est ce qui lui a permis de se maintenir en vie, encore quelques jours, encore quelques années. Il croise alors son regard lorsqu’elle propose d’être son infirmière, son cœur manquant, étrangement, quelques battements, sentant une source de chaleur lui parcourir le corps alors que le temps est bien loin d’être chaud. Étrange. Peut-être est-ce le lieu qui lui apporte cette étrange sensation de douceur et de chaleur. Ou est-ce la jeune femme qui ne le laisse pas tant indifférent. « Mon infirmière ? Vraiment ? Mais puis-je te faire assez confiance pour t’accorder mon corps ». Et il esquisse un sourire, lui qui se sent si joueur. « J’en doute ». Il la laisse alors parler, sans dire un mot, se contentant juste de la regarder, sourire aux lèvres. Oh alors comme ça la demoiselle n’est pas une femme facile et qu’il faut convoiter ? Qu’elle se rassure lui non plus. Cela fait bien des années que son cœur n’appartient qu’à une seule personne et elle lui appartiendra toujours, pour le plus grand désespoir d’autres femmes. Mais étrangement, quelque part, cela l’intrigue, et il devient curieux de comprendre les raisons de cette impossibilité à la charmer. « Vraiment ? », il se penche légèrement en avant, pour mieux apercevoir les iris de cette charmante demoiselle, essayant d’y voir la moindre faiblesse. « Je ne te fais pourtant pas les yeux doux. N’est-ce pas là une envie cachée malgré tes réticences à te laisser charmer ? ». Et il se laisse alors tomber au le sol, refusant sa main pour l’aider, descendant tout de même avec une certaine grâce et fierté. Il avance doucement, reprenant les devants, pour mener cette exploration, gardant les mains derrière son dos, se tenant aussi droit qu’un pic. « Je te rassure, je ne suis pas non plus un homme facile, qu’il est possible de charmer, et ce ne sont pas tes prunelles qui vont me tromper ». Ou peut-être un peu. Il n’espère pas. Il ne veut pas. Il appartient déjà à quelqu’un et ne peut donc se laisser aller à quelques charmes et pourtant . . . Ses yeux s’en vont jusqu’à la silhouette de sa partenaire d’exploration, son cœur manquant de nouveau quelques battements. Que lui arrive-t-il ? Pourquoi son cœur agit-il ainsi, sans même qu’il ne le désire ? Il se sent frustré, énervé, peiné, tout un flot d’émotions contradictoires qu’il ne parvient à contrôler.

Il attrape brusquement le bras de la jeune femme et l’attire contre lui, sans le vouloir, « fais attention » crie t-il. Elle a failli marcher dans un piège, manquant de justesse de se blesser. « C’est toi qui auras besoin d’un docteur à ce rythme », et il se rend compte, bien trop tard, qu’elle est contre lui, sa main tenant fermement sa taille. Il déglutit difficilement, se sent faiblir, juste un peu. Mais bien trop longtemps à son goût. « Pardon » se contente t-il de dire tout en la repoussant doucement, moins violemment que la dernière fois. « Faut juste faire attention, on ne sait pas sur quoi on peut tomber », surtout que c’est un endroit perdu et abandonné depuis des années, très certainement. Il n’a pas envie de finir cette exploration avec du sang sur les mains. Il aimerait qu’elle se passe de manière confortable. « Si besoin tu t’attaches à moi », il ne sait pourquoi il dit cela, chassant ces quelques mots d’un revers de main, « je veux dire par là que tu me tiens. Bref tu as compris ». Il se sent étrangement gêné par ses paroles alors qu’elles n’ont rien de spécial. Ce n’est pas grave. C’est normal de vouloir protéger cette femme, n’est-ce pas ?



† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun

Revenir en haut Aller en bas
Even St Valentin; Park Yeonwoo & Park Hun
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Badlands ::  :: Zone Nord :: Temple bouddhiste-
Sauter vers: