::  :: Zone Nord
If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri) Sam 6 Jan - 18:07

If I could trust only one person in this world that person would still be you
feat. Na Ri

Le ciel s’assombrit, de seconde en seconde, et lui, il reste là. Il attend. Patiemment. De toute manière il n’a pas d’autres choix que d’attendre. Alors, il observe, de son regard avisé, le monde environnant, cherchant un indice, une silhouette qu’il n’aurait pas remarquée jusque-là, mais rien. Il n’y a rien. Juste lui et ses pensées. Juste lui et le ciel qui s’obscurcit. Menaçant et hostile. Pourquoi n’est-elle pas là ? Il commence à s’inquiéter, son corps s’agitant un peu plus, se levant à maintes reprises pour finalement se rasseoir, gardant espoir. Mais l’espoir de quoi ? Qu’elle vienne ou qu’elle soit vivante ? Qu’elle soit en retard ou qu’il ne lui ait rien arrivé ? Peut-être un peu des deux. Ou peut-être plus l’un que l’autre. Il ne sait pas. Il ne sait plus. Il ne veut peut-être pas savoir. Il ne veut peut-être pas y penser. Malheureusement, il y pense malgré lui. Il ne peut contrôler tout ce qui lui vient en tête, et ce ne sont pas que de bonnes choses, bien au contraire. Il s’imagine déjà le pire. Mais c’est quoi le pire pour lui ? Un souffle passe au même moment, à l’endroit où il est positionné, un frisson parcourant son échine, se sentant soudainement engourdi. Il ne peut pas rester assis à attendre, indéfiniment. Il a besoin de savoir. De se sentir rassuré. De la voir, saine et sauve. Qu’importe le prix, il doit savoir. Il se lève, un peu trop brusquement, manquant de tomber mais se rattrapant de justesse. Son visage est fermé, déterminé mais surtout blêmi par la peur. Il ne veut pas la perdre. Pas elle. Pas encore. Il ne veut pas subir ça une seconde fois. Il regarde l’horizon et sert son arme contre sa paume. « Attends moi . . . Nari » dit-il en un souffle, avançant tel un homme intrépide vers les terres désolées. Pour elle, il est prêt à tout.
Prudemment, il avance jusqu’au camp, craignant de se faire prendre, essayant déjà de repérer au loin la silhouette désirée. Mais il ne la trouve pas. Il n’y a aucune trace de la jeune femme. Ce qui l’inquiète davantage. Peut-être qu’elle n’est pas là ? Peut-être qu’elle est actuellement en mission ? Ou qu’elle est simplement dans un habitat et qu’il ne peut donc la voir. Mais il en doute. Elle n’a jamais manqué un rendez-vous, quoiqu’il arrive, alors pourquoi aujourd’hui ? Pourquoi n’est-elle pas venue comme à chaque fois ? pourquoi ne l’a-t-elle pas rejointe en leur lieu habituel ? Ce n’est pas normal. Ce n’est pas elle. Il y a tous les indices pour lui signifier qu’il doit se méfier, être prudent, et surtout s’inquiéter pour elle. Il tremble, légèrement, son cœur se serrant à l’idée de la perdre elle. Pourtant Hun n’est pas de ceux qui s’attachent facilement, voir même il ne s’attache jamais. Il n’aime pas les autres et les autres ne l’aiment pas. Parce qu’il est bizarre et simplement plus intelligent qu’eux. Il n’exprime jamais rien de ses émotions, gardant ce visage froid et distant, esquissant parfois un sourire sarcastique qui ne plait jamais. Mais avec Na Ri c’est différent. Il a retrouvé force et espoir à ses côtés. Il s’est épanoui et surtout, il a survécu. Elle a toujours été là dans les moments difficiles et surtout, elle est arrivée au bon moment dans sa courte vie. Elle est devenue son repère, sa fougue et sa continuité. Un tout qui ne peut être remplaçable. Alors oui, il a besoin d’elle à ses côtés, alors oui il est prêt à se mettre en danger pour elle, et enfin . . . il ne peut la perdre. Il prend une profonde inspiration et avance un peu plus vers le camp, essayant de se cacher le plus possible, pour ne pas se faire repérer, surtout en tant que membre de la main rouge. Il ne sait pas comment faire. Comment la retrouver sans se faire prendre. Il réfléchit, à toute vitesse, observant les alentours, repérant des coins possibles pour se cacher. Mais alors qu’il finit par trouver une solution . . .
Elle apparaît. « Na Ri ! » ne peut-il s’empêcher de souffler, assez fort pour qu’elle puisse l’entendre.


♡ ♡ ♡
COSMIC ARROW


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : cosima
Messages : 53
Capsules : 57
Date d'inscription : 27/12/2017
Crédits : bavboule (avatar) ANESIDORA (signature)
Multicomptes : aucun (pour le moment)
Appartenance : Les Veilleurs
Affectation : Scientifique
Arme : pistolet 10mm
Carnet de bord :
Les Veilleurs • chercheuse scientifique
MessageSujet: Re: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri) Dim 7 Jan - 19:03

If I could trust only one person in this world that person would still be you
feat. Hun

Le temps passe. Elle peine à le contrôler, le vérifier, n’a pas l’envie de mettre la tête au dehors et de lever les yeux, deviner l’heure avec le temps qu’il fait. Elle n’a pas envie de sortir tout court. Les rires résonnent encore dans ses oreilles, et Nari récite sa suite de chiffre préférée, en murmurant, ses mains tremblant contre les lamelles qu’elle tente de glisser sous la lentille. Idiote. Quelle idiote. Qu’est-ce qui lui a pris, de toute façon ? A chaque fois qu’elle cligne les yeux, elle revoit les regards se lever dans sa direction, les coins de leurs lèvres se relever, la façon qu’ils ont eu d’ignorer les paroles sorties de sa bouche, de lui faire dos, d’ignorer son existence. Elle a l’habitude. Et pourtant, il y a des jours où elle ne peut pas le supporter. Des jours où elle n’a pas assez dormi, ayant passé stupidement des heures dans le laboratoire pour recueillir des résultats qui l’auraient malmené toute la nuit sinon. Des jours où elle a oublié, de tandem, de nourrir son estomac, et où elle semble ne pas entendre les grognements insistants de son ventre. Elle se sent un peu étourdie. Pourtant, elle refuse de tirer un tabouret à elle pour l’aider à effectuer son travail proprement, persuadée que rien ne va mal. Qu’elle est intouchable, immortelle. Si je suis forte, ils ne peuvent pas se moquer de moi, hein? se dit-elle intérieurement.

A baisser trop vite la tête vers son microscope, elle se cogne l’oeil contre la lunette. Un gémissement de douleur s’échappe de sa bouche, et ses jambes lâchent enfin. Le pourtour de son oeil va sûrement devenir violet. Elle a envie de pleurer. C’est ce que les gens font, dans ces moments là, non ? Quand tout monte, quand tout est sur le point de déborder. Et pourtant, elle reste muette, à fixer le sol. Occupe son esprit rapidement en comptant les grains de poussière, tout plutôt que de penser à des choses qui lui feraient un peu plus de mal. “Nari, t’es encore là ?” Elle ne répond rien. Les gens qui font des recherches avec elle sont habitués, de toute façon. La jeune femme fait de son mieux pour se relever le plus vite possible avant de sortir de la pièce, dans sa solitude brisée par une présence imprévue.

Elle marche. Elle s’éloigne, en essayant d’ignorer ses genoux tremblants. Ses bras viennent se croiser sur sa poitrine, et elle se rend compte un peu en retard du temps qu’elle fait. Lorsqu’elle lève le regard vers le ciel, elle se rappelle soudain. Hun. Elle espère qu’il est rentré. Qu’il ne l’attend pas encore. Nari se dit que ça ne sert à rien d’aller jusqu’à là bas, il sera parti avant qu’elle y arrive. Elle s’en veut. S’accroupit une nouvelle fois et plonge le visage dans ses mains, furieuse envers elle même. Elle s’en donne même une petite tape, sur la joue, par habitude. Lorsque ses pensées l’entraînent trop loin du moment présent, lorsqu’elle sent la dissociation arriver, c’est le meilleur moyen de revenir sur terre. Il doit être déçu d’elle. Son esprit part. Elle n’avait qu’une chose à ne pas oublier, pourquoi son cerveau peut-il se remplir de tant d’informations inutiles, et oublier de lui rappeler le seul rendez vous important de sa semaine ? L’idée d’attendre encore des jours avant de le voir lui est.. désagréable. Elle ne sait pas pourquoi. Ne cherche pas à savoir pourquoi. Mais un instant, elle se sent perdre pied.

Jusqu’à ce qu’elle entende une voix, pas loin. Son nom. Elle soupire entre ses mains, d’être à nouveau dérangée, là où elle a envie d’être seule, plus qu’à n’importe quel instant. Elle se redresse avec une rapidité impressionnante, et se tourne vers l’origine du bruit. Ses pupilles sautent d’un élément du paysage à un autre. Elle ne voit rien.

Elle se rapproche. Elle ne devrait pas. Pire qu’imprudent, tu redoubles de stupidité aujourd’hui se dit-elle intérieurement. Peut-être n’était-ce que le vent. Et pourtant, après quelques pas et une rotation, elle le voit. Pas le temps de réfléchir. Encore moins celui de ressentir. Elle vient rapidement poser ses mains sur l’épaule de Hun et pousse. Histoire de lui faire comprendre qu’il doit partir. Elle se retient de l’appeler idiot, les mots restent coincés au fond de sa gorge. Il ne bouge même pas d’un poil. A quoi s’est-elle attendu ? Nari est loin d’être connue pour sa force, et aujourd’hui, elle en a moins que tout. Elle finit par arrêter et lui donner un, deux coups. Pas des coups mignons, elle veut vraiment lui faire mal. Mais bon, avec la force de ses poings, ça ne doit pas faire grand chose. “Pars, pars, pars, pars !” répète-t-elle en chuchotant, se remettant dans l’idée d’arriver à le déloger en le poussant de ses mains. “Pourquoi tu bouges pas !” s’exclame-t-elle, à basse voix tout de même, plus pour elle même que pour lui. Si ça se fait elle est arrivée au point où les hallucinations lui tombent dessus. Elle finit par abandonner, définitivement, et se laisse tomber les fesses au sol, d’un étourdissement soudain. Il a compris maintenant. Il va bien partir.


♡ ♡ ♡
COSMIC ARROW
[/quote]


† Sometimes, the most brilliant and intelligent minds do not shine in standardized tests because they do not have standardized minds
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri) Dim 14 Jan - 23:52

If I could trust only one person in this world that person would still be you
feat. Na Ri

Il se sent soulagé Hun, parce qu’il la voit enfin et qu’elle est bien vivante. Il sait pertinemment que c’est stupide de sa part d’avoir cru à un potentiel accident, il sait qu’il a eu une pensée déformée et que son esprit n’a pas été assez intelligent pour réfléchir de manière rationnelle, mais il n’a pas pu s’empêcher d’avoir des pensées négatives. Lui qui pourtant n’a pas grand intérêt à s’inquiéter pour les autres. Une personne peut même trébucher devant lui sans qu’il ne daigne la relever, enfin du moins c’est ce qu’il essaye de faire paraître car au fond de lui il le sait pertinemment c’est un être docile, chaleureux, bienveillant, mais son histoire l’a mené vers d’autres routes, l’obligeant à changer de direction. Lui qui n’avait jamais eu le désir de tirer sur quelqu’un, ni même la force d’agir ainsi, l’a finalement fait. Et plusieurs fois de suite, sans aucun scrupule. Du moins en apparence, car ses cauchemars reflétaient toujours sa culpabilité. Enfin qu’importe il avait eu peur pour sa meilleure amie et désormais il était rassuré. Il ne peut donc s’empêcher d’esquisser un fin sourire, assez discret, celui-ci s’en allant rapidement lorsqu’elle vient jusqu’à lui, le prenant par les épaules, semblant paniquée de le voir, ici présent. Elle tente naïvement de le frapper, mais il ne sent rien, aucune douleur, rien. Il est bien trop heureux de la voir pour ressentir quoique ce soit d’autre. Elle s’acharne mais en vain, il ne partira pas. Pas tant qu’il ne saura pas la raison de son absence. Il l’a attendu, bien trop longtemps, alors il a droit à des explications, surtout qu’il a bravé le danger pour la retrouver, pour s’assurer de son existence. Mais elle tombe au sol, lui essayant de la rattraper, trop tardivement, car ses fesses touchent déjà le sol. Il s’agite, la regarde avec cette lueur de profonde préoccupation. Pourquoi est-elle tombée ? Pourquoi semble-t-elle si faible ? « Na Ri ? ça va ? », question stupide qui lui donne envie de se frapper car il perçoit bien que ça ne va pas. Et de nouveau il s’inquiète, se posant une multitude de questions, essayant de comprendre cette perte soudaine de conscience. Il se met à sa hauteur, lui tenant les épaules, « Na Ri, qu’est-ce qu’il s’est passé ? Pourquoi tu n’es pas venue ? Pourquoi tu me parais si faible ? ». Il sait qu’il ne devrait pas employer ce terme, si maladroitement, mais c’est la vérité. Aujourd’hui elle a l’air faible. Pas au sens moral mais plus au sens physique. Ou peut-être bien les deux. Il regarde autour d’eux, s’assurant que personne ne les a repéré, mais ils sont bien trop occupés par autre chose pour qu’on puisse les remarquer. Il tente alors de la soulever pour l’aider à s’asseoir sur un rocher, le temps qu’elle reprenne ses esprits. Il remarque alors une marque bleuâtre autour de son œil, ses yeux s’arrondissant pris d’une certaine colère, se retrouvant alors démuni et impuissant. Il prend son visage entre ses doigts et lui tourne délicatement la tête pour mieux observer la trace qui dessins son œil. « C’est quoi ça ? Quelqu’un t’a fait du mal ? On t’a frappé ? ». Est-ce possible ? Alors que les veilleurs sont réputés pour être doux, plutôt pacifistes, alors pourquoi cette marque ? Ou peut-être s’est-elle battue contre une créature, mais une créature ne laisse pas une telle trace, n’est-ce pas ? ça ne peut qu’être l’œuvre d’un humain . . .

♡ ♡ ♡
COSMIC ARROW


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : cosima
Messages : 53
Capsules : 57
Date d'inscription : 27/12/2017
Crédits : bavboule (avatar) ANESIDORA (signature)
Multicomptes : aucun (pour le moment)
Appartenance : Les Veilleurs
Affectation : Scientifique
Arme : pistolet 10mm
Carnet de bord :
Les Veilleurs • chercheuse scientifique
MessageSujet: Re: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri) Ven 19 Jan - 15:46

If I could trust only one person in this world that person would still be you
feat. Hun

Elle soupire. Nari ne sait pas si c’est parce qu’elle ressent de l’énervement, de la fatigue, ou parce que son corps est faible que l’envie de répondre à la question de Hun ne vient absolument pas. Elle s’est un peu fait mal en tombant, et elle esquisse tout de même une toute petite grimace, sans prêter attention au jeune homme. Il ne manquerait plus que ça : qu’il s’inquiète pour elle. Il n’a pas de temps à perdre pour ça, et elle n’a pas de temps à perdre à le rassurer. Tout ce qui compte est qu’il s’éloigne du camp, au cas où cela occasionnerait une rencontre qui dégénérait. Si elle doit le suivre jusqu’à leur cachette pour qu’il daigne bouger de là, elle le fera. Mais pour l’instant, ses jambes ne coopèrent guère. Elle finit par relever le regard vers lui. Nari ne sait pas trop comment interpréter ce qu’elle voit sur son visage, et ça ne l’aide pas, qu’il vienne s’accroupir pour se mettre à son niveau. Qu’elle soit de près, ou de loin, la situation lui occasionne un stress dont elle n’a pas besoin. Elle ne répond toujours pas, jugeant ses mots inutiles. Il faut qu’elle mette toute sa force dans le fait de se relever et de le pousser loin d’ici. Elle entend à peine les mots qu’il prononce, sûrement s’enregistrent-ils dans un coin de son cerveau, comme un peu tout. Elle entend vaguement le mot “faible”, ne peut s’empêcher d’y réagir d’une grimace, se rend à peine compte qu’il l’aide à se déplacer vers un rocher. Mais quel idiot. Au moins, au sol, ils ont moins de chance de se faire repérer. Elle tente de lui faire savoir mais la motivation lui manque encore, pour dire ne serait-ce qu’un seul mot. Bouger un peu, avec son aide, lui redonne un peu d’énergie. Lorsqu’il vient lui prendre le visage, elle retient son souffle. Automatisme. Peur. Qu’est-ce qu’il fait ? Elle a envie de le repousser, et pourtant il est l’une des rares personnes qu’elle laisse la toucher, mais bien vite comprend qu’elle doit avoir une marque, autour de l’oeil. Foutu microscope. “T’occupe pas. On m’a rien fait.” lance-t-elle pour économiser ses mots. Elle vient attraper ses mains et les repousse, n’aimant pas être dans la position de.. Est-ce qu’il s’inquiète pour elle ? Est-ce que c’est ça ? Mais il n’y a pas de raison. Il le voit bien : elle est en vie, elle ne saigne de nulle part, elle a peut-être une tâche autour de l’oeil mais ça se voit bien, que ça ne va pas attenter à sa vie. De la faiblesse, plein de gens en ont, selon les jours. “Tu as à manger ?” demande-t-elle presque honteusement, en le regardant de haut en bas, essayant de juger s’il garde un petit encas quelque part. La migraine tape derrière ses yeux. Quelle idiote. Elle aurait dû manger, elle aurait dû boire, se dégourdir les jambes, ne pas oublier leur rendez vous, ne pas se laisser prendre par l’heure.. Mais bien entendu, rien ne se passe jamais comme elle veut. Elle soupire, tente de faire des efforts, imagine qu’il ne doit rien comprendre. “Je me suis cognée contre mon microscope. Personne ne me touche.” dit-elle un peu défensive. On s’en est déjà pris à elle, et elle n’a rien pu faire contre. Seulement, elle ne veut pas l’avouer à Hun, et dans cette situation là, ce n’est pas arrivé. Pas réellement. Pas physiquement. Les rires lui reviennent à l’esprit et une expression peinée prend part de son visage, sans qu’elle ne s’en rende compte. “Emmène moi plus loin au moins.. Qu’on nous voie pas” marmonne-t-elle en remontant le regard vers son visage. Elle vient prendre son bras pour s’aider à se lever. Sa tête tourne un peu, mais elle peut marcher, elle n’est pas handicapée. “Allez.”


♡ ♡ ♡
COSMIC ARROW



† Sometimes, the most brilliant and intelligent minds do not shine in standardized tests because they do not have standardized minds
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri) Dim 21 Jan - 14:28

If I could trust only one person in this world that person would still be you
feat. Na Ri

Sa réaction ne l’aide pas à conserver son calme, bien au contraire, il a peur. Peur qu’on l’ait touché. Peur qu’on lui ait fait du mal. Dans ce monde la violence peut se trouver à n’importe quel recoin, même sur des terres dites pacifistes, parce que le monde en lui-même est fait de violence, de torture. C’est pour cette raison qu’il a peur pour elle. Peur qu’elle se soit blessée, qu’elle ait mal. Et son silence pèse davantage, semble confirmer ses pensées, alors que ce n’est finalement pas le cas. Le simple fait qu’elle le repousse le fait grimacer mais il ne s’en approche plus, du moins pas pour l’instant. Il la regarde juste, avec cette inquiétude grandissante. Elle a beau lui dire qu’il ne doit pas s’en occuper il a le sentiment qu’il doit le faire, surtout qu’elle ne lui donne aucune réponse. Elle ne lui dit pas d’où provient ce bleu qui entoure son œil, mais il n’insiste pas, parce qu’il aura sa réponse, tôt ou tard. Il le sait. Elle lui demande alors s’il a mangé, fronçant des sourcils, ne sachant pas si cela est une véritable question et une question rhétorique. Est-ce qu’elle se la pose à elle-même ou s’en inquiète-t-elle vraiment ? Au vu de sa faiblesse il suppose qu’elle n’a pas mangé ou très peu. Et lui non plus n’a pas mangé car il l’attendait. Il pensait prendre quelques encas en sa compagnie, comme dans leur habitude, alors forcément sans elle il n’a rien touché. Il a juste laissé les quelques morceaux de nourriture au fin fond de son sac attendant qu’elle le rejoigne, attendant qu’elle mange à ses côtés. Il lui fait un petit sourire, presque imperceptible. « Non . . . parce que je t’attendais pour le faire ». Il le dit simplement, à voix basse, jetant un œil sur son sac mis de côté pour lui faire comprendre qu’il y a de quoi se nourrir là-dedans. Il laisse échapper un soupir de soulagement quand elle lui dit que son œil n’est que l’œuvre de son microscope. Elle aurait pu le lui dire depuis le début au lieu de l’inquiéter ainsi. Il est désormais rassuré que ça ne soit que ça. Du moins il l’espère. Mais elle ne va pas lui mentir, pas à lui n’est-ce pas ? Même si cela peut être difficile à avouer, surtout pour ça. « Ok Na Ri. Je préfère que cela soit ça qu’un individu » ou même une bête. Il hésite à la prendre dans ses bras mais ne le fait pas. Se contentant juste de la couvrir d’une certaine chaleur. Elle lui demande alors de s’éloigner, sûrement pour ne pas se faire prendre, pour s’éloigner de ce lieu dangereux, pour lui, et il s’exécute, l’aidant à se relever. C’est qu’elle peut être très directive quand elle le veut, « oui chef ! » dit-il sur un ton ironique mais amusé pour détendre cette atmosphère si pesante qui règne autour du duo. Il la prend délicatement, la tenant par la taille sans trop s’y approcher, la frôlant à peine mais essayant d’être un pilier pour qu’elle puisse marcher. Ils s’éloignent donc du petit village, pour être à l’abri, en sécurité, se plaçant à un endroit plus stratégique et protégé. Ils se posent contre une paroi, la laissant au sol, doucement, et sortant ce qu’il a ramené pour manger. « Tiens ». Il lui tend sa préparation, « c’est une toute nouvelle recette, j’espère que tu vas apprécier », parce qu’il en a mis du temps pour finaliser sa recette. Enfin recette . . . c’est une façon de parler puisque dans ce monde il n’y a presque rien, ou du moins pas assez. « Tu vas pouvoir retrouver des forces », il sort sa partie, et croque à l’intérieur, laissant quelques secondes de silence s’insinuer entre eux. « Il s'est passé quelque chose ?» Simple question qui attend réponse, rapide soit-elle. Il sait pertinemment qu’il s’est passé quelque chose mais il ne sait pas quoi. Et même si c’est banal, futile, il veut l’entendre dire ce qu’il s’est passé.


♡ ♡ ♡
COSMIC ARROW


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : cosima
Messages : 53
Capsules : 57
Date d'inscription : 27/12/2017
Crédits : bavboule (avatar) ANESIDORA (signature)
Multicomptes : aucun (pour le moment)
Appartenance : Les Veilleurs
Affectation : Scientifique
Arme : pistolet 10mm
Carnet de bord :
Les Veilleurs • chercheuse scientifique
MessageSujet: Re: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri) Mer 24 Jan - 13:36

If I could trust only one person in this world that person would still be you
feat. Hun

Elle ne repère même pas son sourire, et lorsque le non sort de sa bouche, tout espoir semble s’évanouir de son corps. Il a tout mangé sans elle ! En tout cas, c’est comme ça qu’elle comprend ce qu’il lui répond, malgré son regard vers le sac. Nari n’est pas faite pour comprendre les sous entendus, et elle ferme les yeux en s’imaginant devoir gérer son estomac grondant encore quelques heures. “tu aurais pu m’en laisser…” finit-elle par dire en marmonnant, un peu déçue et bougonne. Elle prête à peine attention au fait que Hun ait l’air grandement inquiet du fait que quelqu’un la touche, mais en y réfléchissant, il est vrai qu’elle n’apprécierait pas non plus que le jeune homme se présente avec une blessure occasionnée à cause d’autrui. En se mettant dans cette position, elle comprend un peu plus son sentiment et tente d’y compatir un minimum. “ne t’inquiète pas, personne ne me touche ici… les gens sont gentils” finit-elle par sortir avec un oeil prudent sur son visage. Elle ne sait pas si elle a vu juste, au niveau de l’inquiétude, ou si c’est quelque chose qui va le rassurer, mais elle espère avoir fait une bonne lecture de la situation. Et c’est vrai.. Chez les veilleurs, c’est assez calme. La situation se gâte un peu lorsqu’elle s’éloigne du campement, ce qui arrive assez souvent au final, mais c’est une autre histoire. Nari n’est pas douée en combat, mais elle est douée pour être discrète comme une souris. “chef ?” demande-t-elle en fronçant les sourcils, essayant de déterminer s’il fait une blague, ou pas. “ton chef te dit que la prochaine fois.. même si je viens pas.. tu viens pas jusqu’ici, tu dois le promettre” murmure-t-elle alors qu'il la dépose sur le sol, assez loin pour qu’ils ne puissent pas être repérés. lorsqu’il sort finalement de la nourriture, ses yeux s’arrondissent. “mais tu m’avais dit que t’en avais pas !” s’exclame-t-elle en attrapant l’aliment, la salive commençant à lui monter à la bouche. Elle attend à peine avant de dévorer ce qu’on lui a donné, et son estomac l’en remercie silencieusement. Elle laisse un soupir de satisfaction s’échapper de sa bouche, et finit par marmonner un “Merci” pour ne pas être impolie. Elle laisse un certain silence s’étirer face à la question de Hun, et ne s’empresse pas de répondre. Finalement, elle n’y tient pas et bouge les lèvres. “Rien de spécial, rien de grave, rien d’intéressant” sort-elle à la vitesse de l’éclair, comme elle en a l’habitude. Elle pose l’arrière de son crâne contre la paroi avec une petite moue. “Je ne sais pas. Peut-être que je n’ai même pas compris la situation. Mais parfois j’ai l’impression que les gens agissent comme si je n’existais pas” sort-elle en détournant le regard, se faisant un peu plus petite. “Enfin ce n’est rien. J’ai l’habitude. C’est moi l’idiote, je devrais arrêter de m’attendre à ce que la situation soit.. différente.” Elle secoue la tête “Si on met les mêmes éléments dans un bécher, bien entendu qu’on attend une réaction similaire aux autres fois où l’expérience a été tentée, je fais preuve de peu de logique”


♡ ♡ ♡
COSMIC ARROW


† Sometimes, the most brilliant and intelligent minds do not shine in standardized tests because they do not have standardized minds
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri) Dim 4 Fév - 20:12

If I could trust only one person in this world that person would still be you
feat. Na Ri

Il arque un sourcil lorsqu’elle lui précise qu’il aurait dû lui en laisser, ne comprenant pas forcément les propos de la jeune femme. C’est ce qu’il a fait, il l’a attendu pour manger avec elle. Et de toute manière il n’aurait su trouver appétit sans sa compagnie. Il ne relève toutefois pas la remarque de la jeune femme, se centrant principalement sur la marque autour de son œil, se sentant apaisé. « Hum, si tu le dis », mais dans ce monde existe-t-il vraiment des personnes gentilles ? Du moins qui le sont totalement ? N’est-ce pas qu’une apparence ? Une habitude ? Une norme de leur société ? Il n’en sait rien mais il est certain que les membres ne doivent pas tous être purs et gentils. Ce n’est pas possible. Pas dans ce monde dévasté où la survie compte plus que toute autre chose. Il fait mine de grimacer, se sentant presque sermonner par la jeune femme lorsqu’elle lui donne l’ordre de ne pas revenir même si elle n’apparaît pas ou ne vient pas au point de rendez-vous. C’est plus facile à dire qu’à faire. Il peut très bien lui dire oui mais ne pas tenir parole. Il ne peut pas s’empêcher de ressentir un soupçon d’inquiétude et d’avoir cette envie torturante de la voir, même quelques secondes, pour s’assurer de son existence. Et bien plus qu’un besoin c’est devenu une nécessité. Il l’a compris aujourd’hui. « Je ne peux pas » dit-il en détournant le regard. Un regard dur. « Cette promesse . . . je le sais. Je ne la tiendrai pas ». Doit-il lui promettre pour la rassurer, sachant pertinemment qu’il ne peut s’y tenir ? Faire semblant en sachant la vérité ? Il le peut si cela peut l’aider. Ce n’est pas compliqué de promettre, même dans le vent.

« Tu n’as pas compris Na Ri. Je disais juste que je ne pouvais pas manger sans toi alors je n’ai pas mangé et je n’aurai sûrement pas mangé avant de savoir où tu te trouvais », il ne dit pas se priver pour elle, il aurait tenu peut-être une journée, tout au plus, mais il avait oublié la faim pendant quelques heures, le temps de l’attendre et de la retrouver. Il la regarde qui saute sur l’en-cas, semblant affamée. A croire qu’elle ne se nourrit pas bien ou est-elle simplement en manque d’énergie ? Ce qui ne le rassure pas de la savoir ainsi. Il pose alors la question, pour savoir, ressentant une pression. Pressentant quelque chose. Et il n’a pas tort, surtout lorsqu’elle tente de lui dire qu’il n’y a rien, mais un rien qui ne semble pas intéressant, selon elle. Il suppose donc qu’il y a quelque chose. Et il attend. Attend qu’elle parle, qu’elle se dévoile. Il ressent un léger pincement lorsqu’elle lui annonce son sentiment. Ce sentiment de ne pas être visible aux yeux des autres. D’être presque inexistante. Et il comprend son sentiment. Ce sentiment dur dans lequel on s’habitue, mais qui ne devrait pourtant pas l’être. A cet instant il a envie de la rassurer, de lui dire que le plus important est qu’il la voit. Mais il ne fait rien, il se contente juste de la regarder, en l’écoutant attentivement, ressentant sa peine et son incompréhension. Si seulement il était à ses côtés, pour l’aider, l’épauler, mais ils sont bien trop loin l’un de l’autre. Il ne peut pas autant la protéger, pas comme il le souhaiterait en tout cas. « Arrête de dire des sottises Na Ri », il prend un petit caillou et le lui lance, sur le front, pour la faire réagir. « Peut-être que certains ne te remarqueront pas, mais d’autres le front. Tu vois par exemple ce petit caillou il le sait. Il sait que tu existes sinon il aurait continué sa trajectoire ». Il sait que ses mots sont stupides, voir même enfantines, mais il ne sait pas comment s’y prendre. Il n’est pas très adroit. Surtout qu’en général il est froid, voir haineux, alors qu’avec Na Ri il se sent doux. Chaleureux, protecteur. « Moi je te vois Na Ri et à mes yeux tu es loin d’être invisible ». Et elle ne sait à quel point il le pense. Il se rapproche légèrement d’elle. « Ils sont juste aveuglés par toi, tu les éblouis bien trop » et il tente un sourire, quelque peu manqué. « Mais pourquoi tu penses ça ? Qu’est-ce qu’ils ont fait ? ».


♡ ♡ ♡
COSMIC ARROW


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : cosima
Messages : 53
Capsules : 57
Date d'inscription : 27/12/2017
Crédits : bavboule (avatar) ANESIDORA (signature)
Multicomptes : aucun (pour le moment)
Appartenance : Les Veilleurs
Affectation : Scientifique
Arme : pistolet 10mm
Carnet de bord :
Les Veilleurs • chercheuse scientifique
MessageSujet: Re: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri) Lun 5 Fév - 19:01

If I could trust only one person in this world that person would still be you
feat. Hun

Face à l’incapacité de son ami de répondre à sa promesse par la positive, la jeune femme relève le regard vers lui et pince les lèvres dans une moue légèrement boudeuse. Pourquoi ne peut-il pas ? ça n’a pas de sens. Il n’a qu’à décider de ne pas le faire, point. Elle secoue la tête et finit par détourner le regard “Je comprends pas pourquoi tu peux pas. C’est pas compliqué” lance-t-elle peut-être un peu trop directement, comme à son habitude. Mais Hun la connaît, il sait que ce n’est pas parce qu’elle a forcément envie d’être rude ou ne prend pas attention à la personne en face d’elle. Nari dit juste les choses comme elles sont, n’ayant jamais compris, peut-être dû à son trouble, la notion de nuance. “Et s’il t’arrive quelque chose...” ajoute-t-elle en levant un regard timide vers le jeune homme. Peut-être qu’elle est inquiète, au fond. Est-ce le même sentiment qui l’anime en affirmant ne pas pouvoir promettre ce qu’elle lui demande ? Elle l’observe silencieusement un instant, mais cela lui semble sans sens. Il pourrait lui dire de but en blanc qu’elle ne le croirait pas : pour elle, même Hun ne souffrirait pas tant de sa disparition. Il lui est impossible de se dire qu’elle puisse manquer à qui que ce soit, qu’on puisse réellement se faire du soucis pour elle.

Elle baisse le regard, honteuse, de ne pas avoir compris ce qu’il lui avait dit. Elle fait toujours ce genre d’erreur, non ? Il doit la trouver vraiment stupide. Elle finit par plisser les paupières et laisser un soupir lui échapper. Nari n’aime pas avoir l’impression d’être un enfant face à son ami, mais parfois la situation fait qu’il doit lui expliquer les choses comme si elle avait trois ans. Elle s’en veut. Pourquoi ne peut-elle pas comprendre ce genre de choses plus vite ? elle laisse un silence s’étirer, qu’elle ne brise que lorsqu’elle s’exclame en sentant le caillou lui atterrir sur le front. “Mais !” fait-elle en relevant le regard vers lui, fronçant les sourcils jusqu’à ce qu’ils se touchent presque. Qu’est-ce qu’il raconte, encore ? Mais oui, elle sait qu’elle est stupide, il n’a pas besoin de lui répéter ! “Qu’est-ce que j’en ai à faire, que le caillou sache que je sois là…” répond-elle un peu geignarde, pas sûre de comprendre où le jeune homme veut en venir. Les images ça ne lui parle pas énormément, et elle ne peut que se montrer sceptique face à la démonstration qu’il semble vouloir lui faire. Elle l’écoute pourtant, avec attention, parce qu’il prend le temps de lui dire ces choses, et qu’il est bien le seul. Sa poitrine s’emplit d’une douce chaleur lorsqu’elle l’entend dire qu’il la voit, et elle sourit légèrement, sans s’en rendre compte. “C’est toi qui dis vraiment n’importe quoi Hun…” finit-elle par marmonner gênée, après qu’il ait finit de déblatérer ses belles paroles. Elle a envie de le frapper à nouveau cet idiot.

Elle ne veut pas répondre à sa question, mais finit par céder. “Rien de grave. C’est peut-être juste dans ma tête” prononce-t-elle doucement avant de venir planter son regard vers le sol. “J’ai juste eu l’impression qu’on m’a ignoré. Qu’on s’est.. moqué de moi.. Mais après tout, ce n’est pas si grave. Je ne sais pas pourquoi ça m’atteint comme ça, ce n’est pas comme si je n’avais pas l’habitude. Alors tu vois, j’en fais une caisse pour rien du tout, et toi tu te retrouve à faire des trucs dangereux parce que je ne peux pas vérifier l’heure.” Elle reste silencieuse un moment, avant d’ajouter “C’est nul que tu ne sois pas avec nous. Je pourrais te voir tout le temps.”


♡ ♡ ♡
COSMIC ARROW


† Sometimes, the most brilliant and intelligent minds do not shine in standardized tests because they do not have standardized minds
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri) Dim 18 Fév - 14:22

If I could trust only one person in this world that person would still be you
feat. Na Ri

Ce n’est pas compliqué . . . Les mots de la jeune femme résonnent dans son esprit, lui laissant un goût amer et le sentiment d’être vide. Bien sûr que ça ne devrait pas l’être. Pas pour lui. Pas alors qu’il est devenu celui qu’il est aujourd’hui. Un homme poignant et poignardant, sans regret, sans larme. Un homme qui s’en contrefiche des autres et qui ne les comprend pas toujours. Un homme qui les trouve stupides. Ces autres. Mais Na Ri elle n’est pas comme les autres. Elle est sa meilleure amie. C’est tout. Il n’y a rien d’autre à ajouter ou même à comprendre. Il avale difficilement sa salive lorsqu’elle lui précise qu’il peut lui arriver quelque chose. N’importe quoi. Et à vrai dire il n’y a pas pensé. Pas quand il craignait qu’il lui arrive, à elle, quelque chose. La peur de mourir ou même de se faire prendre ne l’a même pas effleuré et il n’a pas eu peur. Pas alors qu’il pense qu’elle est en danger. « Et alors ? » demande t-il simplement, sans attendre de véritable réponse. Il la fixe quelques secondes, hésitant à poser sa main contre la sienne, mais le faisant tout de même. « Et s’il t’arrive quelque chose . . . à toi ? S’il peut m’arriver quelque chose alors il peut aussi t’arriver quelque chose ». Doit-il en conclure que s’il lui arrive quelque chose, à elle, ce n’est pas grave ? Mais que s’il lui arrive quelque chose, à lui, ça serait grave ? N’y a-t-il pas un déséquilibre ? Lui aussi a le droit de s’inquiéter pour elle, lui aussi a le droit de se dire qu’il lui arrive peut-être quelque chose.

Il entend son soupir. Ce soupir qu’il ne connait que trop bien. Mais il ne peut pas lui en vouloir, parce qu’il sait. Il sait qu’elle ne peut pas toujours bien interpréter ses paroles, ses gestes. Ça fait partie d’elle, de sa personnalité. Et il comprend. Il sourit alors qu’elle réagit face à son caillou. Elle a raison, le fait qu’un caillou sache son existence n’a pas d’importance. Du moins pas si elle pense ainsi. Peut-être que certains humains ne la voient pas. Qu’elle est invisible pour eux, mais elle ne l’est pas pour tout le monde et pour le monde. La nature sait sa présence, les choses savent son existence et il est certain que même des humains dans son clan savent son existence. Elle est vivante. Elle respire. Comme les autres. Elle n’a pas de cap d’invisibilité. Il la voit. Lui. Il sourit discrètement quand elle semble toucher par ses mots, par ce qu’il vient de lui dire. Des mots qui sont pourtant vrais. Les autres n’ont pas besoin de la voir. Lui si. « Pas du tout. Je suis sincère Na Ri. Ne fais pas attention à ces idiots, ils ne méritent pas d’attention. Et surtout, ils ne méritent pas ton attention ». Les autres sont dénués d’intelligence, dénués de tout. C’est ce qu’il pense et c’est ce qu’il a toujours pensé.

Il arque un sourcil quand elle lui dit que c’est sûrement juste dans sa tête, comme si elle était folle, mais il en doute. Certes peut-être qu’elle dramatise beaucoup de circonstances, qu’elle a souvent ce sentiment de persécution mais elle reste intelligente et saine d’esprit. Il avale difficilement sa salive lorsqu’il entend les raisons de sa peine, le pourquoi du comment, se sentant presque agacé. Enervé contre ce monde qui ne prend pas assez en compte les autres, qui ne voit pas la véritable valeur de chacun. Il a envie d’aller les voir, et de les menacer. De leur dire qu’ils ne doivent plus lui faire du mal et qu’elle existe. Elle a droit à un regard bienveillant, à une écoute active. Elle a le droit d’avoir des amis, de sourire, de rire, d’être heureuse. Comme les autres. Mais elle ne l’est pas. Pas assez. Et si lui n’arrive pas à trouver le bonheur elle, elle doit l’avoir. Elle doit le toucher. Elle est humaine Na Ri. Elle est comme les autres. Certes elle ne comprend pas toujours, mais cela ne l’empêche pas d’être touchée. « C’est normal Na Ri. Tu as le droit. Tu as le droit d’être touchée par leurs comportements. Tu as le droit d’être peinée du fait d’avoir l’impression d’être inexistante. Tu as tous les droits ». Parce qu’elle est sensible Na Ri même si elle montre le contraire, même si elle donne le sentiment d’être froide, insensible. Ce n’est pas vrai. Il le sait. « Ce n’est pas grave Na Ri, si moi j’en viens à faire des choses stupides. C’est de ma faute. C’est parce que je l’ai voulu. Ce n’est pas de ta faute », parce qu’elle ne peut pas le prévenir. Il n’y a pas de moyen de contact. Il inspire profondément, se sentant tout aussi coupable de devoir la laisser, seule, à ce clan. Il aurait aimé, lui aussi, être plus présent, pour elle. Il aurait aimé se tenir à ses côtés pour la soutenir. Mais il ne peut pas. Il ne peut pas car il doit encore faire des choses au sein de son clan. Beaucoup trop. « Même si je ne suis pas là, tous les jours, même si nous ne nous voyons pas, je suis toujours là Na Ri. Indirectement je suis là », dans sa tête. « Et si tu as besoin de réconfort, d’une présence, alors imagine moi. Juste là. A tes côtés, pour mieux te rassurer ». Il ne sait pas si cela va l’aider, mais il l’espère.


♡ ♡ ♡
COSMIC ARROW


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri)

Revenir en haut Aller en bas
If I could trust only one person in this world that person would still be you (ft. Na Ri)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» give me a reason to trust you ★ ft. marcus.
» Why Haiti Can't Forget Its Past
» •Crows Zero•
» Nou di ke se mantalite ki fè nou an reta. Eske se pa kilti nou pito?
» L'Horloge qui dit tout

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Badlands ::  :: Zone Nord-
Sauter vers: