Partagez | 
 

 (koshi) push it to the limit.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité


Invité

En savoir plus

MessageSujet: (koshi) push it to the limit.   Ven 2 Juin - 2:39


 
 
Papiers d'identité

kanou koshi

dit "on le dit pas" (ou le cerveau)


Âge dix-neuf ans Lieu & date de naissance il est né un six septembre dans une région complètement boueuse dans les terres nordiques nippones. Nationalité entièrement japonaises. Orientation sexuelle demisexuel, il n'est que très rarement attiré par quelqu'un pour son physique, c'est plutôt le lien qui créer l'étincelle. cependant il est homoromantique. Situation amoureuse tu ne veux pas savoir. Occupation stratège, vagabond de son temps libre. Groupe explorateurs. Célébrité jean jungkook.

Force
3

Perception
5

Endurance
4

Charisme
2

Intelligence
6

Agilité
4

Chance
1




jojo
âge la vingtaine, team97 région franche comtée le coin du fromage comment as-tu découvert le forum? j'étais littéralement assis devant tragie quand elle a soulevée l'idée bonjour un avis? !!!!!! vous vous en êtes sorti finalement fiou gg un dernier mot? it's time to d-d-d-d-d-duel


I am what I am



Caractère


je m'aime et me déteste à la foi. c'est une relation étrange que j'entretiens avec moi même, car si pour beaucoup je passe pour un narcissique, ils sont bien loin de tout savoir à mon sujet. on m'a appris depuis que je suis gamin que je n'ai aucune valeur. naturellement, je les ai cru pendant longtemps, et même si aujourd'hui j'arrive à être fier de qui je suis, il n'est pas rare non plus que je retombe lors des mauvais moments. je déteste ma faiblesse face à la solitude, face aux jugements d'autrui, ma facilité à pleurer lorsque j’abandonne ma carapace, mon incapacité à réellement me battre lorsqu'on me fait du mal, car j'ai l'impression de le mériter, pourtant j'apprends lentement mais surement à accepter l'idée que je mérite le respect, d'être traité comme un être humain décent, j'apprends à être mon premier fan lorsque j'arrive à créer des thèses , des stratégies que peu de personnes arriveraient à comprendre, lorsque je suis fier de mes tenues vestimentaires malgré les regards accusateurs et moqueurs. j'apprends tout simplement à être mon propre meilleur ami, et je suis fier du chemin que j'ai parcouru jusqu'ici.

secret, je ne parle que très rarement de ma personne, à la plus grande frustration de certains. je ne sais guère parler de moi, de mes ressentis, de ce que j’ai sur le cœur, car j’ai été habitué à garder le silence. aujourd’hui cela reste un réflexe dont je ne sais me débarrasser. j'admets être assez arrogant. disons que je méprise naturellement les autres lors qu'il est question de discussions sérieuses : je suis persuadé d'être plus intelligent que la moyenne, et pour cette raison, je sonne très souvent prétentieux, ou monsieur je sais tout. je sais que c’est méprisable, mais c’est une manière presque personnelle de prouver ma valeur. pessimiste, j'ai du mal à voir le bon côté des choses, et me persuade que de cette manière là, je n'arriverais pas à être déçu au bout du compte. ce qui est bien évidemment faux. j’essaye sincèrement d’alterer ce défaut qui semblerait presque compréhensible considérant le monde dans lequel nous vivons, or je n’en suis pas fier. j’aimerais avoir la foi, l’esperance qu’on verra un jour la lumière au bout de ce tunnel.

intelligent et ouvert d’esprit, j’aspire à agir en tout temps de manière réfléchie et juste. les apparences, les préférences, l’experience, j’essaye de m’en détacher le plus possible sur tous les aspects. si ce n’est une question de survie, toute connaissance pourrait se montrer cruciale. par chance, je possède une certaine facilité à confectionner des plans, des stratégies, assez rapidement. je n’irais pas jusqu’à dire que je suis un prodige, ou un génie, mais on m’a souvent évoqué la possibilité que j’ai un qi bien plus important que la norme. là est probablement ma plus grande fierté. bien que j’ai une relation conflictuelle avec les émotions, face auxquels j’essaye toujours de rester très neutre, je reste un individu sensible qui succombe facilement une fois le rideau tombé. dans la vie de tous les jours, le masque protecteur m’empêche d’etre affecté, de me laisser submerger, un véritable atout qui m’attire parfois des regards méprisants quant à savoir si je possède un cœur ou non, mais la vérité est qu’il est même trop imposant. à l’abris des prunelles étrangères, la fragilité retire son armure, et se laisse pleinement exister, preuve des nombreuses insécurités que je possède. je sais écouter, être de bon conseil, et compatir à ce qu’on décide de me confier. je ne tends juste pas mon oreille à n’importe qui, c’est une manière de me protéger, de l’attachement, et de ma compassion qui parfois, réclame de se sacrifier pour alléger le poids de certains êtres chers. responsable et mature, je n’ai aucun mal à reconnaître mes tords et à accepter les quelconques répercutions. rejeter la faute sur un tiers ne m’apporterait rien, si ce n’est le ridicule et la déception. je préfère ainsi que mes erreurs soient fruits d’un savoir qui me sera toujours bénéfique. avoir grandi au sein de ce chaos a ses avantages et ses inconvénients. cependant, je suis sincèrement reconnaissant pour tout le courage et le sang froid que j’ai eu la chance d’acquerir. mon physique n’est probablement pas le plus masculin, ni même ma voix, ou mes habitudes, pourtant c’est bien une chose qu’on ne pourra me reprocher. évidemment, l’experience n’assure en aucun cas une immunité face aux dangers extérieurs, mais l’aissance, l’absence du stress du débutant, la confiance en soi, tous ces facteurs, changent tellement la donne. et je suis fier d’être de ces têtes qui ne craignent pas de sortir, de mettre leur vie sur la ligne.
Esprit

Energie

Nature

Tactique

Identité





Annecdotes
i'm not scared of death, because death is all over me
⊱⊰

koshi n’est pas cisgenre, il ne sait pas vraiment où se dessine la ligne entre individu masculin ou féminin. non pas transgenre, il se pense d’avantage genderfluid, ou peut être bien androgyne, une alternation ou chevauchement des deux. la manière dont il s’exprime en public reste masculine cependant, il n’ose être entièrement lui même qu’à l’abris des regards. ❦ contrairement à son aîné, il a toujours été très curieux et studieux, particulièrement lorsqu’on leur parlait de leur ancienne civilisation, et des concepts qu’ils n’ont pas connu, comme la politique, la démocratie, la mode, la musique. tout ce qui touchait à la psychologie et l’au delà du visible, du normal, comme la philosophie, le passionnaient. ❦ arpenter les commerces abandonnés est son passe temps préféré, la soif de dénicher de nouveaux vêtements et augmenter sa collection de trésors bien présente. il lui ait déjà arrivé de tomber sur des romans, des livres à thèmes bien précis, même sur de la lingerie. (il ne l’admettra pas, mais il est reparti avec quelques articles sur lui.) de paire, il fait particulièrement attention à son apparence, à ce qu’ils appelaient autrefois la mode, du peu qu’il existe encore. ❦ matérialiste, il possède toujours les deux armes avec lesquels il est arrivé dans l’abris, même si elles ne sont plus utilisables. l’une était une mitrailleuse, l’autre un magnum. ❦ certains de ses sens sont particulièrement aiguisés, notamment sa vue et son ouïe. parfois gênant, comme en présence de puissante luminosité, elles savent se montrer aussi utiles, surtout lorsqu’il est question de viser, il est très bon viseur. cependant il cede souvent cet atout pour du rapproché, son sang froid lui permettant de canaliser la situation tout en anticipant la prochaine étape, ce qui lui semble plus compliqué à faire en tant que sniper. ❦ il n’a jamais été intime auparavant, car il n’est jamais tombé amoureux et n’a jamais ressenti un désir charnel pour quelqu’un d’autre. ce n’est en aucun cas une honte, bien que ce ne soit pas non plus connu des autres.
⊱⊰
| couleur préférée: nuances rougeâtres. un signe du zodiac: la vierge. une saison: l’automne. une émotion: constante incertitude. un animal: un paon. un mot: gambit. un vêtement: un short noir. un livre: huis clos, de jean paul sartre. un verbe: penser. une heure de la journée: quatre heure du matin. une qualité: la loyauté. un défaut: névrosé. un des 7 péchés: l’orgeuil. une erreur de jeunesse: l’autodestruction. un voeux: puisse son jumeau à jamais être protégé et connaître le bonheur. une senteur: l’après pluie. une pierre précieuse: la citrine. |
Once Upon a Time

I. I DONT KNOW WHAT IT MEANS TO LIVE.

la bêtise humaine l'a toujours fait rire. c'est un fait, une expérience de la vie qui s'est confirmée de ça il y a bien des années. et si pour koshi, cette vérité pourrait s'étendre universellement à la majorité des individus, c'est haut la main que le petit léguerait le titre du pire être humain qu'il ait pu rencontrer à son père. et pourtant, ce n'est pas faute d'en avoir croisé des ordures. déjà depuis la petite école ça le faisait rire, d'entendre toutes ces belles histoires sur les familles, sur ce soit disant amour si pur qui soude des foyers, le dernier noyau de bonheur sur ces terres meurtries. d'année en année, la réaction des professeurs restait la même : des sourcils froncés à l'indifférence et au rejet de koshi pour tout ce qui concerne l'utopie des couples, des familles. c'est à juste titre cependant, car son jeune âge ne l'a jamais empêché de passer outre toute cette haine qui lui était déversée dans sa propre maison. de son humble point de vu, ça a d'ailleurs toujours été une mauvaise idée, de propager cette fausse image si tôt dans l'enfance, car en grandissant, il ne put s'empêcher de remarquer oh combien cette once d'espoir n'amène rien de plus. rêver c'est bien, mais ça n'apporte pas que du bon. bien évidement il a eu droit aux discours du "tous les couples ne sont pas voués à l’échec", mais koshi n'a jamais voulu y croire. probablement car au fond, le japonais reste jaloux et vraiment déçu ne pas avoir pu goûter à cette utopie dont quelques enfants ont eu droit.

lui ? son enfance se résume assez simplement : il n'était pas voulu. une erreur de la nature qui s'est ajoutée à la dernière minute après le premier enfant à l'accouchement. si sa mère au départ n'était pas tellement contre, ce n'était pas le cas de son paternel qui ne se cachait absolument pas pour se plaindre de son arrivée. le plus drôle dans tout ça, c'est qu'il osait prétendre que c'était une question de finance, qu'ils n'arriveraient jamais à subvenir à leurs besoins. sa mère a ensuite rapidement suivi le mouvement alors qu'il gagnait en années, on ne sait pour quelle raison. si le portrait papa maman hide semblait être l'utopie de base d'un foyer parfait, il s'est assez brusquement radicalisé pour quelque chose de plus chaotique : un enfant favorisé qui ramasse tous les compliments tandis que l'autre est simplement mis aux oubliettes. c'est certain qu'au départ le plus jeune vivait vraiment mal ce rejet, notamment car la tendance de son père a le rabaisser lui fit réellement croire qu'il ne valait rien, que sa vie ne se résumait simplement qu'à laisser le temps l’user. koshi c'était cet enfant que n'importe quel autre parent enviait pendant les grands repas, parce qu'il ne disait rien et ne bougeait pas. or ce n'est pas un comportement anodin, c'est simplement qu'on lui a appris depuis l'enfance que non, il n'a pas le droit de faire comme les autres enfants, de se lever et d'aller jouer. tout comme c'était normal de parler de son jumeau à table, de sa journée, des choses qu'il avait appris à l'école, et puis en grandissant avec les années, d'élaborer les sujets de conversations pour d'autres plus intéressants. lui avait le droit de donner son avis, koshi lui, restait silencieux. les autres parents avaient beau l'envier, il n'y a réellement pas de quoi, car on ne lui a simplement pas appris à vivre. il ne sait même pas ce que c'est.


II. I'VE BUILT A WALL AROUND ME, NEVER LETTING ANYBODY INSIDE AND TRYING NOT TO VENTURE OUTSIDE MYSELF.

ce fut compliqué au départ, de ne pas en vouloir à son jumeau lorsqu'il était le sujet d'attraction de tous les regards. pourtant, il n'a jamais réussi à le détester ou garder rancune contre lui. après tout, ça lui semblait inutile quand en vérité, seuls leurs parents étaient fautifs. d'autant plus, on ne peut pas dire que hide ait été un mauvais jumeau : jamais dans leur enfance il n'a pris la grosse tête, s'est senti supérieur et plus méritant que koshi, ce qui est une raison valable supplémentaire pour épargner son frère dans toute cette histoire. leur relation est d'autant plus complexe que cela. car bien qu'ils n'étaient pas les plus proches du monde, tout semblait néanmoins les réunir au bout du compte, ce qui est d'ailleurs toujours le cas aujourd'hui. destiné ? simple génétique ? le plus jeune ne saurait dire, mais hide possède une place bien trop importante dans sa vie pour négliger ce fil conducteur qui ne semble pas vouloir se briser, et ce, peut importe oh combien il peut se tendre parfois. c'est vrai, comme tous bons frères, ils se sont disputés, à plusieurs reprises, ils ont connu leurs hauts et leurs bas sans pour autant accepter que ces tensions ne gagnent sur leur relation. on pourrait même dire qu'il y a eu plus de bon que de mauvais, ce qui constitue en soit une belle compensation pour koshi qui au lieu de se retourner vers un amour parental, se suffisait d'un amour fraternel.

le pire dans tout ça, c'est que cela lui suffisait amplement. et c'est une des raisons pour lesquelles le brun n'a jamais été réellement intéressé par le fait d'avoir des amis au sein des différents clans qu’ils ont habité. timide et réservé, la sociabilité n'a jamais été le point fort de koshi, d'autant plus que ses parents ne l'ont jamais conditionné pour ça non plus. pourtant, ironiquement, l'attitude et l'apparence du japonais attiraient et attirent toujours de nos jours. avec ses traits fins, son tempérament calme et son sourire, on a du mal à imaginer qu'il puisse être une mauvaise personne, ce pourquoi il aspire à la sympathie. loin d'être aussi asocial, le petit n'a jamais craché sur l'opportunité de se créer des fréquentations. pour autant, là où koshi a été différent et ce dès un jeune âge, c'est son désintéressement à créer de liens solides avec les autres. discuter avec d'autres individus lui convient très bien, c'est un bon passe-temps en plus de pouvoir être intéressant suivant les sujets de conversation, cependant, il n'a jamais poussé plus loin. ça ne l'intéresse pas d'être ami à proprement parlé avec quiconque, préfère se contenter de son frère et de sa propre personne. ce qui surprend par ailleurs lorsqu'on prend quelques minutes pour réfléchir à son éducation et aux insultes qu'il emmagasinait à la maison. il est vrai que dans sa jeunesse le brun ne croyait pas en lui même ni en ses capacités, or c'est l'accès à l'éducation, à l'école qui lui ouvrit les yeux sur beaucoup d'aspects de la vie, notamment sur le fait qu'il n'était en rien coupable de sa propre existence. oui koshi se l'est souvent reproché, il fut même quelques fois où il considérait l'idée de partir, ou simplement se tuer pour rendre la vie plus belle à ses soit disant parents. pourtant aujourd'hui le plus jeune est heureux de ne pas l'avoir fait, et ce, malgré l'épidémie dans laquelle il a grandi. l'école, étudier lui a permis de réaliser l'abus que ses parents exerçaient sur sa propre personne, du fait que c'était loin d'être normal et correct. et bien qu'il aurait pu prendre du poil de la bête et essayer de se révolter pour se faire entendre, koshi ne l'a jamais fait. tout simplement car cela ne l'intéressait pas de gaspiller son temps, d'utiliser de l'énergie inutilement pour des individus qui n'en valent pas la peine. de toute façon, ses parents l'auraient voulu parti à ses dix-huit ans. les choses n'ont pas réellement tournées de la manière dont il l'aurait imaginé, et finalement c'est même avant sa majorité qu'il leur dit adieu, mais à son propre soulagement, au moins il n'était pas seul.

III. I AM GOOD AT WALKING AWAY. REJECTION TEACHES YOU HOW TO REJECT.

lorsque l’épidémie frappa le japon, les jumeaux n'étaient pas plus grands que trois pommes. ils savaient tous qu’elle finirait par arriver sur leurs terres malgré tout le temps à gagner comparé aux plus grandes villes. leur télévision les tenait informés de la panique dans le reste du pays, et l'idéal aurait bien évidement été d'essayer de partir pendant qu'ils le pouvaient, pourtant leur père fut ferme : ils ne partiraient pas. ancien militaire, il était connu dans le village et alentours pour être une véritable tête brûlée qui n'obéie qu'à elle même. malgré les couvre-feux instaurés par la commune pour éviter tout risque d'infection, le père kanou continuait ses passe-temps, partait à la chasse comme si tout était normal. quelques mois plus tard, la nouvelle s'était répandue : un coin voisin, particulièrement proche de leur lieu de domicile fut reporté comme contaminé. en conséquence, le maire renforça la règle concernant les couvre-feux. les enfants n'avaient pas le droit de sortir, et la seule raison qui était autorisée pour un adulte de quitter son logement était pour récupérer des provisions. ce rythme leur permis un comfort raisonnable pour quelques mois supplémentaires, avant que l’alerte ne soit définitivement sonnée, conseillant toutes les familles de plier bagages et de trouver un moyen de rejoindre des terres certaines. les petits avaient alors cinq ans. le fait que leur père ait préparé un plan de fuite éventuel reste l’unique forme de respect que koshi possède pour l’homme. pendant que leur abris restait habitable, il avait usé de ses contacts pour s’assurer une sortie par par la ville portuaire à quelques heures de voiture de leur petit village. en conséquence, il avait économisé le plus de barils d’essence possible. grâce à lui, ils eurent une place à bord d’un navire dont la destination était une ville côtière de corée, une ville qui aura bercé leur enfance, jusqu’au berceau de l’âge adulte.

ils trouvèrent refuge dans cet endroit, à la fois lugubre et largement assez. ce n’est pas comme s’ils pouvaient se permettre le luxe de choisir leur petit cocon. ce fut une notion qu’ils se voyaient devoir oublier en quittant leur domicile. ils imaginaient le pire, devoir dormir à l’air libre, sans toit ni couverture. au moins, ici ils pouvaient apprécier un confort similaire, loin de la notion des dortoirs. c’est comme si leur quotidien était revenu au même, si ce n’est que dorénavant, ils auraient à participer à la vie collective au lieu de simplement collecter des provisions et se dissimuler dans l’ombre d’un cimetière. leur père appréciait l’idée de pouvoir participer à la chasse, leur bénéficier de ses aptitudes en tant que militaire, et leur mère se faisait l’identique joie de pouvoir se rendre utile que cela soit aux fourneaux, ou avec un kit de soin à la main. bien évidemment ce lieu possédait ses hauts et ses bas, mais cela leur suffisait amplement. cela leur offrait un oreiller sur lequel dormir, l’opportunité de pouvoir vivre sans être constamment aux bords de la folie à cause de l’exposition à la vie sauvage, la peur ou encore la fatigue. bien évidemment rien ne leur garantissait que les murs ne tomberaient pas, qu’ils finiraient tous infectés ou éradiqués, mais ce fut assez pour leur conscience. cela permis à koshi et hide de grandir dans un endroit plus approprié, où on leur enseigna multitudes de connaissances jusqu’à l’âge où ils pourraient eux-mêmes toucher et manier une arme.

de nombreuses années passèrent, durant lesquelles le petit eu amplement le temps de maîtriser l’art de tenir un fusil entre les mains, et de s’en servir. toujours positionné dans les plus hauts classements de ses classes, nombreux avaient foi en ses capacités et celles de hide, qui étaient tout à fait différentes mais non plus négligeables. koshi a dix-sept ans, lorsque sa vie prend un nouveau tournant. cette soirée là, les deux petits étaient à l'étage, hide accoudé à la fenêtre, le regard jeté dehors. koshi lui, était préoccupé, livre sur la psychologie posé entre ses mains. c'est le cri provenant du rez de chaussé qui alarma les deux petits. si la scène en elle même n'était pas plaisante à assister, le brun n'était pas surpris qu'une telle chose se produise sous ses yeux. il s'y était préparé depuis des années. ceci dit, ça ne l'a pas empêché d'être choqué par tous ces litres de sang qui s'épuisaient du corps de leur mère alors que leur père passait à table. naturellement, d'instinct, le premier geste du cadet fut de traîner son jumeau vers la cuisine pour s’échapper, profiter du temps qu'ils avaient pour prendre leurs jambes à leur cou et prendre la poudre d'escampette. alors qu'il s'assurait que l'autre était bien armé, koshi lui de son côté pris d'avantages de précautions et fit un rapide détour par une réserve que gardait leur père pour y dissimuler certaines de ses armes de plus gros calibres. sa main saisit la première sur son passage, et se retrouva plutôt satisfait au final, puisque le brun se souvint des dires de son père sur les magnums et leur puissance. "une balle suffit pour faire sauter toute une cervelle". des propos plus que convaincants dans une telle situation, car il était clair comme eau que leur paternel avait du se faire mordre plus tôt par une goule, probablement en tentant d’abattre la créature.

si lire la peur sur le visage de son jumeau lui avait glacé le sang auparavant, alors le constater par terre si proche de leur père une fois de retour dans la cuisine le lui a glacé d'avantage. appuyer sur la détente fut d'une facilité presque effrayante, mais pour koshi, ce fut tel un orgasme, de constater le corps limpide de son géniteur tomber sans vie. car après tout, œil pour œil, dent pour dent, et le sentiment de satisfaction qui s'en suivi fut bien réel.

ce fut avec le magnum à la main et une mitrailleuse m16 à l'épaule après une rapide dépouille de la réserve de leur père que les deux jumeaux tiraient un trait sur ce qui avait l'habitude d'être leur quotidien.

IV. I BOUGHT THIS PLACE FOR A PITTANCE, BECAUSE IT WAS A DUMP. REJECTED, ABANDONED, UNWANTED. LIKE ME. I FIXED IT UP. MADE IT MINE.

arriver jusqu'à l’abris ne fut guère simple. koshi n’en avait entendu parler que brièvement, mais savait qu’en passant par la côte cela pourrait être accessible, la ville accueillant le refuge n’étant guère loin d’une zone portuaire. on ne peut pas dire que les jumeaux eurent bonne mine en arrivant en face de la grande palissade du campement, mais pour une certaine raison, koshi était réellement fier d'avoir pu survivre aussi loin quand pendant longtemps son père ne faisait que lui répéter sans cesse qu'il ne serait jamais capable de rien, que sa faiblesse l'empêcherait de survivre dans la nature. cette satisfaction de l'avoir abattu est encore présente aujourd'hui, si elle n'est pas même plus grande qu'il y a de ça environ deux ans. pour celui qui était considéré comme le plus faible et peureux des deux, on peut dire que koshi est d'autant plus content d'avoir pu ouvrir les yeux sur tellement de choses dans le passé, car dorénavant, maintenant qu'il est libre d'agir à son aise, on pourrait l'imaginer comme métamorphosé. pas forcément dans son comportement quotidien, car au final le petit s'est attaché à ses racines, à cette prudence dont il en use l'art si souvent. en arrivant, il est vrai que ce fut difficile de lui décider d'un groupe dans le quel travailler, car il pouvait s’imaginer être bénéfique au sein du camp, leur apporter certains savoirs, leur apporter main forte. or il choisi d’être explorateur, car c'est au sein de ce groupe qu'est allié performance, rapidité et stratégie, mêlé à l’adrénaline de mettre un pied à l'extérieur. stratège, c’est la fonction qui lui semblait être le plus adaptée à ses compétences et ses goûts. koshi apprécie cette satisfaction d'être capable d'accomplir certains exploits. pour lui, le terrain est tel un échiquier, il demande à être calculé soigneusement avant de s'y jeter, et c'est absolument ce qui le stimule, d'avoir à réfléchir à une stratégie d'attaque et à plusieurs plans de secours si jamais les choses tournent au vinaigre. et l'avantage dans tout ça, c'est qu'il a confiance en ses capacités, ce qui ne le dérange pas réellement dans le processus d'utiliser une arme créant du bruit ou non. car il est prêt à sacrifier la discrétion pour de l'efficacité. surtout si au bout du compte, on est capable d' utiliser au mieux ses neurones pour créer et mettre à exécution le plan idéal qui allie les deux. le cadet préfère de loin être celui à occuper cette place plus rapprochée de l'adverse plutôt que laisser son jumeau se lancer bêtement à l'aventure sans penser à ses actions. non pas qu'il soit tout le temps dans le faux, mais à date, c'est lui le cerveau des deux.

 


Dernière édition par Kanou Koshi le Sam 10 Juin - 14:17, édité 18 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Ven 2 Juin - 2:59

#teamjapon calin
Bienvenue parmi nous jojo, c'est fou comme on a toujours la même tronche toi et moi russe russe
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Admin • we rule the world

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Ven 2 Juin - 4:59

Ma jo de moi gimme
Même sans ordi tu parviens à niquer le game jpp de toi scream
Bienvenue par ici, courage pour ton bébibou et pis tu sais où me trouver si tu as des questions lama

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
La Main Rouge • infirmière de terrain

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Ven 2 Juin - 8:43

Koshi a écrit:
franche comtée le coin du fromage
#TEAMFC !!!!
Ola nan mais jamais je n'aurais cru voir quelqu'un d'autre mettre cette région plz . Trop d'émotion en moi de voir une régional franc-comtoise. Je ne suis pas seule plz.

Ouais rien que pour ça je t'aime déjà ! En plus tu m'as mis de bonne humeur ce matin avec ça et aussi ton pseudo, car j'ai eu une chanson en tête et je l'ai encore.

Kookie juste très bon choix, ce petiot a une bouille et sur le gif avec ses petites lunettes encore plus cutie. J'aime ! love

En tout cas bienvenue parmi nous et... Le bon jojo, il ira loin ~♫♪
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Modo • we do our best

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Ven 2 Juin - 10:28

YAAAAS UN EXPLO DE 19 ANS !!!!
jotème !


BIENVENUE !! excited excited

_________________
I am a lost boy from Neverland. Usually hanging out with Peter Pan. And when we're bored we play in the woods. Always on the run from Captain Hook "Run, run, lost boy," they say to me, "Away from all of reality." — .
Ruth B. - Lost Boy

MinThug:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
La Main Rouge • leader

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Ven 2 Juin - 12:03

Kooki la terreur on dit oui un grand oui **

Courage pour ta ficheuuuh dhsjdbdjdjdjsbshdj perv2

_________________

I DO NOT BELIEVE

© signature by anaëlle.



trinity fab:
 

La Mifa:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
La Main Rouge • mécanicien

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Ven 2 Juin - 21:06

Kanou Kashi... J'ai déjà croisé ce nom x) !
Bienvenue parmi nous love et bon courage pour la rédaction de ta fiche !!!

_________________



Triforce de la Main Rouge:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Mar 6 Juin - 14:57

j'ai... la chanson dans la tête... c'est terriiiible.

pablo bon bah écoute j'aime les petits gars intelligents, je sens qu'on va se faire un bon lien tous les deux huehuehuehueheuehueheuehe

bienvenue en retard le kookiiie même si t'es là depuis toujours *^* /PAF/
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Sam 10 Juin - 1:40

eri, #teamjapon (même si tu es le faux japon apparemment)
toujours un plaisir de te recroiser kylas, mais vraiment mort, on reste fidèles aux racines

tragidus, on se connaît charmante demoiselle? on ne se serait pas déjà rencontrés ?
je te remercie;;;; le game a été vraiment galère sur phone je promets, m’en voulez pas si y a des fautes par-ci par-là il m’ecrit juste que de la m*rde parfois grrr

yeonah, quelqu’un qui vient du coin du fromage!!!!! incroyable renversant. je ne viens pas de là mais, j’y suis quand’ meme donc ça compte voilà ehe
toujours heureux de mettre les gens de bonne humeur ui ui, qu’elle est donc cette chanson que tu as eu en tête ?

je te remercie en tout cas ehe (ui jk c’est la cutance meme on est d’accord merci)

minjae, ayaaa la jeunesse de ton petiot  wink j’ai pas de gif sous la patte mais, tae c’est la qualité  pablo garde moi quelque chose de bo

dongho, la terreur des bacs à sable c’est bien lui ui ui perv2

kyunghong, ui j’ai déjà joué le petiot deux autres fois c’est fort possible que tu connaisses russe

luan, ENFIN QUELQU’UN QUI REMARQUE CETTE CHANSON LÉGENDAIRE JE TE REMERCIE, entendons nous je suis d’accord pablo


Dernière édition par Kanou Koshi le Sam 10 Juin - 2:30, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Sam 10 Juin - 1:58

JO ? GENRE JO ? OMG SI C EST TOI CA FAIT UNE ETERNITE plz SI C EST TOI JE SUIS TROP CONTENTE OLALAH cry2 sinon bah je passe pour une imbécile mais je le vis bien y ICI INU happy
bienvenuuuuuuuuuuue
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Sam 10 Juin - 2:02

JO GENRE JO UI, ÇA FAIT SUPER LONGTEMPS INU OLOLO C’EST L ÉMOTION, LA JOIE DE TE REVOIR DANS LES PARAGES nabilla

il nous faudra un lien. négociations non-autorisées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité


Invité

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Sam 10 Juin - 2:05

tu sais me parler toi pablo quand tu veux pour le lien excited olalalah joooo plz excited
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Admin • we rule the world

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Sam 10 Juin - 7:57

Coucou héhéhé perv2

J'ai lu attentivement ta fiche et je vais pouvoir te donner le reste des informations dont tu as besoin !
Koshi est un personnage de type MOYEN (25 points)
Tu as la possibilité de tirer le dé d'armes moyennes (level 2)

N'oublie pas de mettre à jour ta fiche de présentation et ton profil lama

Si tu veux contester cette décision, tu peux venir me voir en privé <3

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité


Invité

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Sam 10 Juin - 14:06

je te remercie bien petite pousse
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Admin • game master

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Sam 10 Juin - 14:06

Le membre 'Kanou Koshi' a effectué l'action suivante : Lancer de dés


'Arme (Level 2)' :
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://badlands.forumactif.com

avatar
Admin • we rule the world

En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   Sam 10 Juin - 14:27

Validation
Félicitations ! Le staff a l'honneur de t'annoncer que tu es officiellement validé ♥ !
L'enfer pour ton petit survivant vient de commencer! Pour survivre dans ce monde, il lui faudra des amis -et des ennemis- pour en trouver, nous te conseillons fortement de créer une FICHE DE LIEN. Pour suivre l'évolution de ton personnage et de ses petits camarades, il te faudra faire une fiche de SUIVI DU PERSONNAGE. Nous te renvoyons également vers l'ACTIVITÉ RP qu'il sera impératif de mettre à jour avant chaque mise à jour! Pour finir, n'oublie pas de regarder les REGISTRES ET AFFECTATIONS. Tu as besoin de te rendre utile, alors n'oublie pas de t'inscrire dans l'affectation de ton choix en fonction de ta compétence principale et de ton groupe !
Pour conclure, nous te souhaitons un bon jeu, en espérant que tu passeras des moments sympathiques -ou pas- dans les terres désolées ♥ !

_________________
love the way it hurts
I can't tell you what it really is I can only tell you what it feels like And right now there's a steel knife in my windpipe I can't breathe but I still fight As long as the wrong feels right honey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



En savoir plus

MessageSujet: Re: (koshi) push it to the limit.   

Revenir en haut Aller en bas
 
(koshi) push it to the limit.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Atlanta Hawks : The sky is the limit.
» [2500 pts] tournoi NO LIMIT
» Comment one turner en push-push
» Choix entre 2 listes pour tournoi no-limit 2500pts
» [3000pts] tournoi no-limit

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Badlands :: Gestion du personnage :: Présentations :: Anciennes présentations-
Sauter vers: