::  :: Zone Sud :: Prison
[FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: [FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥ Ven 12 Jan - 10:39


La pluie pouvait bien continuer de tomber, ou le soleil venir irradier la surface de la terre, en cet instant près de toi, je ne saurais ressentir plus douce atmosphère. Plus grisante. Exaltation de nos jeunes corps amoureux et curieux. Curiosité de l’autre, de la découverte. Attraction du péché qui pour l’heure se confrontait à la timidité. Mais celle-ci ne décuplait que d’autant plus, la sensation, le désir t’intimité. Le gout de l’un, le gout de l’autre. Une soif insatiable de tes lèvres. De tout ton être. À la suite de notre baiser passionné, mes lèvres je pinçais. Joue empourprées, minois timide aux yeux lentement se redressant, loin de regretter ma témérité, au contraire, je gageais par ce geste de garder captives la saveur et l’empreinte de tes lèvres sur les miennes. Un souvenir à préserver. À ne jamais oublier, profondément gravé, à l’instar de notre tout premier baiser. Tous ceux passés, et tous ceux à venir car ne sachions-nous pas qu’ici-bas, le moindre instant partagé s’avérait d’une préciosité inestimable ? Et par tes mots, enfin, bien que dans mon coeur, je le savais déjà, je trouvais mon clan d’appartenance : le tien . Qu’il fut célébré sous un étendard blanc ou sanglant, délabré ou flamboyant, je m’y ferais. Du moment que je t’appartenais, partout où tu le souhaitais, je te suivrais. Car, tu es mon phare dans la nuit. Mon récif auquel m’accrocher quelque soit la vigueur de la houle de la marée. En ce monde, je n’ai que toi. Au-delà de cette famille qui chaque jour s’agrandit, mon seul véritable foyer est entre tes bras Hun.

Romance d’enfance, idylle d’adolescence, comme les grands devaient railler de notre insouciance. Cette ferveur qui brûlait dans nos coeur, une étincelle de chaleur qui remplaçait le soleil. Parce que toi et moi, nous n’avions besoin que l’un de l’autre, non pas pour survivre, mais pour vivre. Mon quotidien ne nappait de bonheur parce que tu étais mien.




* * * * *


Un an s’écoula. Mes journées se rythmaient pour l’essentiel au gré de mes frasques et punissions en conséquence. Ainsi que des moments où je pouvais m’imposer en ta compagnie. Si je ne pouvais te coller, alors j’allais traînailler, observer, discuter voire embêter nos aînés. Kyung Hong parmi les premiers, parce qu’il était de loin l’un des plus intéressants malgré son comportement. La marque sur main, j’oubliais. Je m’y faisais, n’y prêtant plus guère attention, car après tout, n’avions-nous pas la même ? Comme un gage, plus que d’appartenance à ce clan, de complicité et d’union entre nous. Parce que nous vivrions ici à deux, nous pourrions vivre heureux, Hun.

Treize années et désormais, je me sentais peu à peu plus femme que enfant. Le développement de mon corps participait indéniablement à ce sentiment. Outre mon reflet dans le miroir, certains regards ainsi que des remarques sans pincette, me faisait bien comprendre que chaque jour un peu plus mon corps changeait. Des filles de ma tranche d’âge, je me démarquais par la croissance de ma poitrine précoce et le développement de mes hanches soulignés par une taille marquée. Treize ans et déjà, un vrai corps d’adolescence. Mais mon esprit lui demeurait parfois encore bien insouciant, continuant sans prudence à pénétrer au soir dans les chambres d’hommes ou de femmes, d’adultes ou enfants, à n’importe quelle heure de la nuit afin de conter histoire. Ma voix apaisait ceux dont les songes étaient rongés par les cauchemars. La narration représentait à mes yeux, la charge qui m’incombait au sein du clan à laquelle je me prêtais le mieux. À la différence des corvées, jamais je n’y rechignais. Tout simplement car j’aimais conter.

Cette nuit ne faisait exception. Sous le ciel étoilé, une cellule je quittais, l’esprit quelque peu troublé. Cellule d’un homme qui m’eut prononcé une étrange promesse. Loin de m’en inquiéter, ma curiosité accroissait une fois la porte refermée derrière moi. Je m’immobilisais. Dans ma tête, notre échange se répétait. Lui dont autrefois, je me méfiais, après m’avoir longuement regardé pendant que je lui contais un récit, de mon âge il s’était montré curieux. À ma réponse, un sourire sur ses lèvres s’était étendu. Sa main sur mes cheveux, il avait dit qu’il faudrait attendre encore un peu, un anniversaire ou deux, puis qu’il m’offrirait un cadeau particulier…  Le son de pas résonnant dans le couloir d’un bâtiment éventré interrompit ma réflexion. Je redressais la tête dans leur direction. « Oh ! » Douce exclamation enthousiaste, à ta seule vue, mon visage s’illuminait. Sur mes traits, un sourire se dessinait. Jusqu’à toi, j’accourais. « Hun ! » Je ne connaissais de mot plus doux au prononcé que ton prénom. Juste sous ton nez, je freinais au dernier moment, me dressais sur la pointe d’un pied et sur ta joue, un baiser j’accrochais. Ma main vint chercher la tienne. Ton visage j’admirais, faisant fi de la contrariété que je pourrais y déceler, car je n’en connaitrais que trop l’origine.  « Dis, Min Hyuk m’a dit qu’il m’offrirait quelque chose de merveilleux que j’allais adoré quand je serais un peu plus grande, tu as une idée de ce que ça peut-être ? » Oui, je trépignais d’impatience et de curiosité à la découverte de cette surprise pour laquelle, il me tardait présentement de grandir. Dans mon innocence, j’étais bien loin de me douter du fond de la pensée de cet homme parvenu à m’amadouer. Et je me pinçais aussitôt les lèvres, montant mes doigts devant celles-ci : « Oups… Il m’a dit de garder ce secret pour moi aussi… »  Mais pouvais-je seulement avoir le moindre secret pour toi ?


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: [FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥ Mar 16 Jan - 23:10

Interwined Destiny

Il est désormais grand. Du moins il rentre dans l’adolescence, une adolescence qu’il subit déjà depuis quelques temps et qu’il parvient à contrôler, contrairement à ses pairs, bien trop curieux d’en apprendre davantage sur les femmes. Lui il ne l’est pas, du moins en apparence, parce que malgré lui ses hormones se décuplent, et se présentent à lui, sans qu’il ne puisse les effacer d’un simple revers de main. Néanmoins il reste bien en-dessous de ses pairs, mais parce qu’il n’a pas besoin d’être curieux. Il en a déjà découvert une grande partie, voir même l’intégralité. Et d’une seule, ce qui lui suffit amplement. Il a sa bien-aimée, alors forcément il ne va pas regarder au travers des petits trous les formes des autres femmes, ou encore tenter quelques approches peu réussies. Il n’en a pas besoin. Parce qu’il l’a elle. Elle qui grandit tout autant que lui. Elle qui change corporellement parlant. Elle sur qui les autres jeunes garçons se retournent, scrutant sa silhouette avec une certaine avidité. Un regard qu’il n’apprécie pas et qui le met souvent dans une colère noire. Il en est même déjà venu aux mains avec un autre garçon de son âge, mais personne ne le sait, honteux de s’en être pris à un autre, par jalousie. Il parait que c’est de la jalousie. Du moins c’est ce qu’il a entendu dire. Il ne sait pas si c’est réellement ça le problème mais dans tous les cas il n’aime pas lorsque d’autres s’approchent un peu trop d’elle, et la regardent ainsi, avec un regard interdit. Il a compris que le temps était compté. Qu’il n’y avait surtout plus de temps. Il ne doit plus réfléchir, il ne doit plus attendre. Il doit agir, et il le sait. Il l’a toujours su et davantage en la voyant grandir et changer. S’il veut la protéger il doit l’éloigner le plus vite possible de ce clan. Ce clan bien trop dangereux pour elle. Mais Hun a peur. Peur d’échouer. Peur de ne pas y arriver. Et s’ils se perdaient ? Et s’ils se faisaient attraper ? Et s . . . tellement de si qui ne peuvent l’aider, il le sait. Il ne peut que penser aux diverses issues, mais il ne peut toutes les contrer, sachant pertinemment que rien ne va se passer comme il le souhaite. Ce n’est pas possible. Il doit donc minimiser les risques et il en est capable. Il est intelligent, bien plus que la moyenne. Il saura y faire. Du moment qu’il est avec elle, même perdu ce n’est pas grave, tant qu’elle se tient à ses côtés.

Il est perdu dans ses pensées quand il entend la douce voix de celle qu’il aime tant : Ra-on. Il oublie ses sombres pensées, un sourire se dessinant sur ses lèvres. Son cœur palpite, comme à chaque fois qu’il la voit et qu’elle pose ses lèvres contre sa peau, sa main glissant dans la sienne, la serrant un moment. Son âme s’apaise et il se sent rassuré, heureux. Toutefois son sourire s’efface dans la seconde où elle lui explique la promesse de cet homme. Une promesse au son bien trop dangereux qui induit un frisson chez le jeune homme. Ses dents se serrent tandis que son visage se durcit, lâchant alors subitement la main de sa bien-aimée. « Co . . . comment ça ? Il . . . il a dit quoi ? »Il a très bien compris mais il veut être certain que ce sont bien ses mots. Une promesse ? Rien que ça ? Et quand elle sera plus grande ? Il rit. Intérieurement. Il doit se contenir pour ne pas aller voir cet homme et lui en coller une, mais il sait que ce n’est ni le moment, ni le temps pour le faire. Il en aura l’occasion. Ou pas. Il prend le visage de Ra-on entre ses mains, vérifiant si tout va bien, « il t’a touché quelque part ? Est-ce qu’il t’a forcé pour quelque chose ? Et pourquoi tu étais toute seule avec lui ? Tu n’as pas à être seule avec un autre homme, ok ? Je te l’interdis Ra-on », sa voix se fait forte, colérique, son sang ne fait que bouillir, mais il sait qu’il doit se calmer, qu’il ne doit pas laisser échapper un être malveillant, froid, et peut-être même violent, comme les membres de la main rouge. Il n’est pas comme eux. « Pardon » dit-il en la lâchant, baissant les yeux, réalisant qu’elle doit sûrement avoir peur de ce comportement si singulier. « Je n’ai juste pas confiance aux hommes de mon clan Ra-On. Ils ne sont pas . . . ils ne sont pas comme moi. Je veux dire, ils peuvent te faire du mal. Bien plus que je ne pourrai t’en faire », psychologiquement parlant et de manière parfois inconsciente. Il la prend subitement dans ses bras, la serrant contre lui, « mais ne t’inquiète pas Ra-On, je vais te protéger. Je te le promets », son regard même si elle ne le voit pas change, prenant la couleur d’une forte détermination, décidé à agir. Ce soir ou demain, à l’aube. Ce qui est certain c’est qu’il va partir. Avec elle.


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: [FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥ Jeu 18 Jan - 13:26


Question innocente, jubilante de curiosité, à une telle réaction de ta part je ne m’attendais. Pourquoi t’étranglais-tu ? Que n’avais-tu compris dans ma question ? Peut-être n’avais pas été assez claire puisque moi-même interrogative quant à la nature de cette promesse de présent. J’étais seulement curieuse de savoir. De grandir. Mais toi, à l’opposé de mon enthousiasme, tu t’énervas. De mes grands yeux étonnés, je te fixais. Me sermonnais-tu ? Pire que cela ? Qu’avais-je fait de mal pour te contrarié tant ? Pourquoi détestais-tu tellement que j’ailles lire ou conter dans au chevet des autres ? J’étais demandée auprès de tout âge et tout sexe. Pourquoi toutes ces questions ? Pourquoi cette interdiction ? Je ne comprenais et même, un soupçon, je m’en offusquais. Je n’aimais m’entendre dire qu’il m’était permis ou non. Même de ta bouche. Surtout quand j’en ignorais la raison. Cependant, tu enchainais rapidement par ton pardon. Par tes réactions, tu me perdais. Les battements de mon coeur que tu avais affolé réclamèrent quelques instants pour s’apaiser. Je continuais à te scruter incrédule. Vraiment pourquoi t’inquiétais-tu tant ? Qui avait-il de tant à redouter des hommes de ton clan ? Oui, ils étaient bourrus et violent, mais voilà cinq à présent que je vivais parmi eux. Que je les connaissais, presque tout autant voire peut-être plus que toi parfois. Puisqu’à ta différence, j’allais régulièrement à leur contact. Sagement ou avec espièglerie, voire effronterie selon mon humeur et les circonstances.


Tétanisée, je ne savais plus que te dire ni comment réagir. Immobile, tu me serrais alors dans tes bras. L’instinct me vint néanmoins de répondre à ton étreinte. De m’accrocher à toi si cela pouvait te rassurer, en plus du fait que j’adorais me blottir contre toi. Brièvement, je fermais les yeux. Je pourrais mourir tant je suis heureuse tout contre toi. Mais pas aujourd’hui, car toi, tu ne semblais serein. Une main caressant ton dos, doucement, je te murmurais : « Mais Hun… c’est toi qui t’inquiète… »Ma tendre prise, je relâchais. D’un pas, je reculais et mes yeux je levais jusqu’à ton visage, soucieuse de ton bien-être : « Quelque chose ne va pas ? » Du bout de mes doigts, je vins effleurer, caresser, tes traits si parfaits. De mes iris, je te couvais. Et finalement, moi aussi je m’inquiétais. Pas de ma personne mais de la tienne. Ce serait-il produit quelque chose que j’ignorais ? T’était-il arrivé incident ou problème avant que nous ne nous croisions dans ce couloir ? Du touché autant de mes doigts que de mes rétines, je vérifiais que tu n’eus nulle trace de coup subit. Aurais-tu été puni ? Cela ne te ressemblait. Cela ne t’arrivais pas sans que je sois impliquée. J’étais toujours celle qui par sa soif de liberté et son insubordination d’apportait les ennuis. Pourtant aujourd’hui, et tout particulièrement ce soir, je n’avais rien commis de répressible. « Et je n’ai pas fait de bêtise, alors non je n’ai pas été frappé. Je ne fais que narrer une histoire. » Par toucher et forcer, tu pensais à être battue, n’était-ce pas ? Mais tu pouvais te rassurer car cela n’avait pas été le cas.  « Tu sais que j’aime trop ça pour refuser… » Toi tu n’aimais pas que j’aille dans la chambre des individus de sexes masculins ayant atteint ou dépassé le stade de l’adolescence. Tu n’étais pas le seul, mais je ne pouvais me résigner à arrêter.  « Les gens aiment ma voix et si ça peut apaiser un peu leurs nuits agitées… » Je me sentais utile. J’avais l’impression de pouvoir apporter quelque chose aux membres du clan. Quelque chose de plus paisible que de rompre la monotonie par mes facéties.

« Viens ! » Soudainement, je te prenais par la main et t’emmenais plus loin. Cette discussion je ne souhaitais l’avoir. Pas ce soir. Car nous finirions sans doute par nous disputer. Ne parvenant à être d’accord. Or, je préférais amplement profiter de ta compagnie plus agréablement. Jusqu’à notre petit niche secrète de la prison, je te conduisais. Ce petit lieu où nous pouvions n’être que tous les deux. Arrivée à destination, je me retournais, sourire un soupçon espiègle sur les lèvres. « Et si c’est ici, j’ai le droit de rester seule avec un certain homme ? » Sur la pointe des pieds, je me dressais pour t’accorder un petit baiser sur tes lèvres volés. Puis, sans avoir lâché ta main, je t’emmenais encore sur quelques pas pour que nous nous asseyons sur nos semblants de siègee confectionnés. L’un à côté de l’autre, face à face, une seconde fois je t’embrassais. Avec une tendresse un peu plus prononcée. « Mais pas n’importe lequel… » Ta main je portais alors sur ma poitrine pour qu’elle se dépose sur mon sein gauche. Timidement, mes yeux se baissèrent quelques instants dessus. Ce geste encore tout innocent il y a un an s’imprégnait à présent de sensation tactile plus intime. Tu remarquais comme elle avait grossi ? Ma poitrine. Légère et discrète déglutition, avais-tu vu comme je n’étais plus une petite fille désormais ? « Celui qui fait battre mon coeur. » Ta main je gardais sous la paume de la mienne, sur mon sein, tandis que l’autre se glissait au creux de cou. Je me penchais vers toi. Je me penchais jusqu’à toi pour cueillir tes lèvres encore une fois. Pour t’accorder un baiser encore plus passionné, à toi, le seul que j’aimais. Celui auprès duquel, je me sentais également chaque jour encore un peu plus femme. Adolescente dans un corps de femme en devenir.


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: [FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥ Dim 21 Jan - 14:21

Interwined Destiny

Il ferme les yeux, quelques secondes, profitant de cette étreinte qui le rassure et apaise les battements de son cœur, et surtout sa crainte. Il sait qu’il s’inquiète bien trop pour elle mais il ne vient pas sans raison, bien au contraire. Il les voit bien. Eux. Ces hommes. Il voit bien comment ils se comportent avec les femmes, leurs attirances pour les formes voluptueuses. Il voit bien ce regard rempli de curiosité, qu’il peut comprendre mais qu’il rejette, violemment. D’autant plus lorsqu’un homme de cet espèce ose faire une promesse à sa bien-aimée. La sienne. Elle lui appartient. Mais peut-être est-ce une pensée bien trop brusque, bien trop possessive et il s’en veut. Il culpabilise. Parce qu’il n’a pas le droit. Pas le droit de la vouloir à ses côtés et rien qu’à ses côtés, étant égoïste. Il ne veut pas lui priver de sa liberté, de ses choix. Elle a le droit de s’en aller, un jour, elle a le droit de le fuir, mais . . . il n’y arrive pas. Il ne veut pas. Et il ne pense pas que cela soit possible. Du moins il l’espère. Il prend une grande inspiration et s’éloigne juste un peu de Ra-on. Elle caresse son visage, avec une douceur indescriptible, Hun plongeant son regard dans le sien à la recherche d’une réponse, pour balayer ses craintes, ses cauchemars. Il dépose délicatement sa main contre la sienne, sa respiration se faisant presque haletante, fermant de nouveau ses paupières pour calmer les douleurs de son âme. Il sait qu’elle n’a rien fait de mal. Ce n’est pas de sa faute et il ne lui en veut pas. Ou juste un peu. Parce qu’elle est ce qu’elle est, attirant bien trop les regards. Il aimerait juste parfois lui mettre quelque chose pour la rendre invisible aux yeux des autres. Mais il ne peut pas. Il n’en a pas encore trouvé le moyen. Fort heureusement elle ne semble pas comprendre ses mots, pensant tout de suite à des potentielles blessures, ce qui le rassure. Elle le lui aurait dit si quelqu’un l’avait touché autrement. Ou peut-être pas. Peut-être qu’elle est encore bien trop naïve ou peut-être juste qu’elle ne veut pas lui en parler, mais il préfère se dire qu’il ne lui est rien arrivé. « Ce n’est pas ça Ra-on] », et il ouvre ses yeux pour scruter les traits de son visage, le caressant du bout de ses doigts, avec douceur. Il pose un doigt sur ses lèvres, les caressant doucement, puis les lâchant. « Je ne veux juste pas que d’autres hommes . . . s’approchent trop de toi. Et d’autant plus lorsqu’ils aiment ta voix », comment lui dire que ce n’est pas sain sans qu’elle ne soit heurtée, comment lui exprimer ses pensées, ses peurs sans la terroriser à son tour ? Il inspire profondément. Il n’en a pas besoin car bientôt tout ça prendra fin.

Et elle l’entraîne alors vers leur lieu secret, là où personne ne peut les juger, là où ils peuvent s’aimer sans craindre les représailles du clan. Elle vole un baiser sur ses lèvres, souriant discrètement de ce côté malicieux. Il se pince maladroitement les lèvres, regardant son papillon virevolté à ses côtés. Elle lui appartient. C’est tout. Elle l’embrasse une seconde fois puis pose, délicatement, sa main contre sa poitrine, lui faisant écarter les yeux en sentant une forme inconnue. Il rougit, violemment, baissant timidement les yeux, ne sachant pas quoi dire ni quoi faire, écoutant juste l’appel de son cœur. Il le sait désormais, Ra-On est devenue une jeune fille épanouie, bien trop vite à son goût. D’ici quelques années, ou même quelques mois, elle deviendra une femme mûre, prête à enfanter, ou peut-être l’est-elle déjà ? Un enfant devenu adulte. C’est ce qu’elle deviendra. Et après ? Qu’adviendra-t-il d’eux ? D’elle ? De lui ? Pourront-ils continuer à s’aimer ? Le clan va-t-il l’accepter ? Et si jamais un autre homme la convoite ? Et si jamais il ne parvient pas à l’avoir ? Et si jamais . . . Ses craintes refont surface mais avant qu’elles n’atteignent son esprit, un frisson parcourt son échine lorsqu’elle vient poser sa main au creux de son cou, venant prendre ses lèvres entre les siennes, scellant leur amour. Le cœur tremblant, les joues en feu, il emporte dans ses doigts les cheveux de sa belle qu’il caresse avec tendresse. Il se perd quelques secondes dans l’ivresse de ce baiser mais finit par s’en éloigner, pour reprendre son souffle, posant son front contre le sien et prenant ses mains entre les siennes. « Si un jour je te vole à ce monde, me suivras-tu ? ». Son regard s’imprègne du sien, une nouvelle lueur se creusant autour de ses pupilles, « si jamais je te demande de me suivre et fuir avec moi, le feras-tu ? ». Mais sans attendre sa réponse il dépose quelques doux papillons sur son cou, y laissant sa marque. La marque de l’amour. Il laisse ensuite son souffle retrouver le sien, ainsi deux échos se répondent, ainsi deux baisers se confondent et ainsi deux longs soupirs ne forment qu’un soupir. Et alors, malgré son innocence encore présente il prononce entre deux baisers, « quand je serai grand Ra-On, épouse-moi » et il reprend ses lèvres entre les siennes, lui promettant ainsi d’être à ses côtés, quoiqu’il advienne et d’être son homme, à tout jamais.


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: [FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥ Lun 22 Jan - 13:23


Je crois que je comprenais, ce que tu ressentais. Même je pourrais te certifier que toutes craintes étaient injustifiées. Que nul homme n’avait guère plus d’intérêt pour moi que le son de ma voix ou l’admiration de mon joli minois. Je comprenais car ce ressentiment, je le partageais. Dès que je t’apercevais en présence d’une autre fille. D’une femme. Mais seules véritables rivales m’apparaissaient dans la tranche de mes ainées. Si mon visage ne saurait être égalé et encore moins pas mes pairs sensiblement du même âge que je l’étais, si je me distinguais de celles-ci par ma silhouette qui se formaient précocement, en revanche, je redoutais les atouts de mes ainées. D’autant plus lorsque celles-ci ne manquaient pas de témoigner de sensualité. Que sur leurs passages, les regards des hommes se tournaient. Toi qui en devenait un, les imiterais-tu ? Deviendrais-tu plus curieux de leurs silhouettes que de la mienne ? À l’adolescence l’écart entre nos âges semblait se creuser. Tu grandissais tandis que je stagnais. C’était ce que j’appréhendais…

Mais toi et moi, ne saurions-nous pas être au-dessus de tout cela ? Au-dessus du monde, dans une strate parallèle qui nous appartenait, matérialisée par cette alcôve secrète où nous retrouvions, loin des autres, loin de tout. Ici, j’entamais de me révéler. De te montrer comme j’avais grandi. De te dissuader porter tes yeux sur une autre femme, une femme plus mûre. Une femme qui répondrait à tes attentes et désirs physiologiques. Elles me l’avaient expliqué un peu, mes grandes soeurs pourquoi vous les garçons vous changiez de comportements lorsque vous deveniez adolescents. Je l’avais étudié un peu aussi, dans les ouvrages de médecine, les raisons de mes propres changements. Ce qui arrivait à mon corps, mon organisme. Et j’avais lu qu’à ton âge, les garçons s’intéressaient beaucoup… aux formes des femmes… à la sexualité… Alors je m’y étais préparée. Mon corps je voulais te montrer, que tu puisses toucher pour que jamais tu n’éprouves le désir d’un autre. Je ne saurais me prétendre l’égal de certaines femmes, mais eh ! Je me défendais, non ? Tu le sentais tandis que les battements s’accéléraient. Les joues rosies, je fondais dans ce baiser passionné que je te donnais. Je t’aimais. Ô combien je t’aimais, au-delà de ce que les mots pouvaient l’exprimer. Alors, ces élans que dans mon corps je ressentais était-il vouer à te le témoigner ? À traduire ce que le vocabulaire ne saurait définir ?

Mon emportement tu rompais. Je ne te voulais, au contraire, légèrement haletante sous l’effet de ma respiration devenue plus saccadée, je te scrutais. Attentive, j’écoutais tes dires. Ces derniers me surprirent. Ta première question je ne compris. Me voler à ce monde ? Qu’entendais-tu là ? Une pensée que tu clarifias par ta seconde interrogation, employant un mot qui sur l’instant m’effraya : « Fuir… » soufflai-je dans un murmure étonné, incrédule et apeuré. Le coeur serré, j’appréhendais ce que tu me demandais. J’avais peur de perdre ce foyer. Cet univers que nous avions bâti et consolidé. Mais plus que tout, j’avais peur de te perdre toi. Alors, sans hésitation, dans mon esprit la réponse s’imposa : « Il n’existe de monde où tu ne serais Hun. Mon monde est celui où tu es alors, partout, n’importe où, n’importe quand, je te suivrais. »  Tu étais le centre de mon existence. Non, la raison de mon existence. Pour toi, pour être avec toi, auprès de toi, j’avais accepté de devenir membre de ce clan. Après t’avoir rencontré, j’avais cessé de résister. Je ne vivais que pour toi. « Tu n’as pas le droit de partir sans moi… » Coeur pincé, gorge nouée et coin de mes yeux ornés de perles salés, je ne pouvais supporter d’imaginer que nous soyons séparés. Jamais. Je ne voudrais rester ni ici, ni ailleurs si tu n’y étais.

Ce chagrin soudain, tu le consolais de tes baisers auxquels je m’abandonnais volontiers. Auxquels, je ne pouvais ni résister ni être rassasiée. Mon coeur tu emplissais et d’autant plus lorsque ton voeu tu me formulas. À ce baiser qui en suivit, je ne sus répondre. Instantanément, je me figeais. De mes yeux, je te fixais. Parce que ta demande était une évidence. Finalement, un sourire se dessinant sur mes lèvres, je me rapprochais. « Pourquoi attendre ? » D’une part et d’autre de tes cuisses, je posais mes genoux. Une main sur ton épaule, je t’enfourchais, me tenant le buste bien droite devant toi. Pouvant ainsi, les muscles de mes cuisses étirées, te dominer. Admirer en contre plongée ce visage que des doigts d’une main, je caressais. Tes sourcils, je dessinais. « Pourquoi ne pourrais-je pas être ta femme dès maintenant ? » Souffle suave, doucement je t’embrassais. Le corps embrasé, à mon tour, ma requête je te formulais. « Hun, ne voudrais-tu pas me faire femme… » Je m’interrompais, inspirais pour rassembler mon courage et corriger, palier à toute compréhension erronée. « Faire de moi une femme dès aujourd’hui ? » Timidement, mes mains de sur tes épaules j’ôtais pour porter mes doigts à mes vêtements. Ma veste je laissais tomber et les premiers boutons de mon chemisier, je détachais. Je voulais devenir grande. Devenir tienne. Me donner entièrement à toi. Je me sentais prête à franchir ce pas vers l’inconnu, aussi angoissant qu’attrayant.


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Omija
Messages : 296
Capsules : 466
Date d'inscription : 08/10/2017
Age : 21
Crédits : avatar : bltmr ; signature : © ANESIDORA
Appartenance : Main rouge
Carnet de bord :
Fiche - Act Rps - Liens


Il y en a qui naissent avec une étoile et d’autres comme des étoiles tombées par terre, écrasées, pleines de coups, et bien que vous ne vouliez peut-être pas le croire, je fais partie de celles qui sont bien tombées par terre.


✲ I can’t go back to yesterday because I was a different person then ✲


Silence d’un mot, Silence d’une larme. Silence d’un frisson au-dessous d’une trame, d’une rage enfermée tout au fond, de l’obscure, isolée, dans l’abysse profond. Silence d’une décennie, de l’effroi qui les a désunies. Silence d’âmes lassées de tout, de dictateurs avides surtout.



A world without weaponry and war, where no one gets hurt, is but a pipe dream





Perhaps the butterfly is proof that you can go through a great deal of darkness yet still become something beautiful.


We delight in the beauty of the butterfly, but rarely admit the changes it has gone through to achieve that beauty.



Who are you? Do you mean the first of your people in the nation you will create? Your first love who somehow went to you as a eunuch? Then who am I? You are Ra on, who fills my world.






Whether you see it from the palace or from Banchon, the moon is still the same right? Even if I am Crown Prince, and you are who you are, we will be allright wherever we are as long as our hearts feel the same. Just like that moon





You must be careful with kindness. It’s usually mistaken for weakness by stupid people.

La Main Rouge • stratège
MessageSujet: Re: [FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥ Dim 4 Fév - 20:05

Interwined Destiny

Il sait que par sa question il risque de la terroriser. D’engendre des questionnements qui ne devraient pas exister. Et c’est normal. Mais il ne veut pas qu’elle croit qu’il peut partir sans elle, bien au contraire, il lui demande de le suivre, si jamais, un jour, il décide de s’enfuir. De toute manière il le sait, la fuite est la seule solution, la seule issue, pour la protéger, elle et son amour. Il ne peut se résoudre à continuer de vivre sur ces terres, surtout pas lorsqu’elle est en danger et lorsqu’il risque de la perdre. Depuis le début, depuis le premier jour, il l’a su. Qu’un jour il allait fuir, à ses côtés, et le moment est venu pour eux de s’enfuir. Parce qu’il n’y a qu’à deux qu’ils pourront survivre, car il n’y aura qu’eux. Il n’a pas besoin d’autre, il a juste besoin d’elle. Et sans elle la vie perd tout son sens. Toute sa logique. Il ne peut vivre sans elle. Son cœur ne peut continuer de battre sans elle à ses côtés. Il le sait. Elle est sa seule raison de vivre. Il n’en a pas d’autre et il n’en aura sûrement aucune autre. Il se sent donc rassuré lorsqu’elle lui affirme vouloir rester à ses côtés, et fuir à ses côtés, si un jour ils doivent le faire. Elle sera là. Avec lui. Et pour toujours. Il se sent apaisé, soulagé, rassuré. Il peut désormais fuir à ses côtés, et vivre la vie qu’il désire, avec elle. Il caresse du bout de ses doigts son visage, esquissant un fin sourire. Sourire reflétant son bonheur de la savoir près de lui. « Merci Ra-on ». Il dépose un rapide baiser sur ses lèvres, fugace. « Jamais je ne partirai sans toi. Jamais. Pas une seule fois cette idée ne m’a traversé l’esprit, je te rassure. C’est avec toi ou rien Ra-On. Si tu perds, si tu n’es pas là, alors ma vie n’a plus de sens. Et je cesserai de vivre, de respirer, parce que j’ai besoin de toi, et rien que toi ». Belles paroles d’enfant, qui ne sait encore quel sort lui réserve l’avenir, qui ne sait encore ce qui l’attend. Naïf soit-il. Innocent soit-il. Il pense que son amour pour elle peut vaincre tous les dangers, qu’il peut surmonter tous les obstacles, et qu’il persistera, à vie. Il n’a pas tort quelque part, mais il n’a pas totalement raison. Car il ne va perdurer de la manière dont il le pense.

Et alors de manière spontanée il lui propose de devenir sa femme. Plus tard. Non pas par crainte de la perdre ou qu’elle s’en aille, mais pour faire d’elle la sienne, réellement officiellement. Pas de suite bien sûre car ses paroles sont encore celles d’un adolescent, en proie à l’émotion, mais plus tard. Quand il en aura la possibilité, le droit. Quand il sera plus fort. Quand il sera certain de pouvoir la protéger de ce monde. « Parce qu’il est encore trop tôt Ra-On. Et que je veux me sentir prêt. Réellement prêt. Je ne veux pas que tu sois ma femme pour l’être, sous le coup de l’émotion, ou encore de la précipitation. Je veux mûrir et être en capacité de t’offrir un foyer. De t’offrir le bonheur. Le vrai bonheur ». Mais qu’est-ce que le bonheur réel ? Il ne sait lui-même pas. Ou du moins il ne fait que des suppositions, sachant pertinemment que son bonheur se trouve à ses côtés. Il a peur Hun. Peur que tout s’écroule. Que tout prenne fin. Il a peur de se réveiller et qu’elle ne soit plus là. Il a terriblement peur. « Attends . . . juste un peu » dit-il en rangeant quelques mèches derrière son oreille, la scrutant intensément du regard alors qu’elle est installée sur lui, la dominant. Et alors elle lui fait une requête. Une requête déstabilisante. Qui fait battre son cœur. Une fois. Puis deux. Il avale difficilement sa salive, écarquillant les yeux, ne sachant pas quoi dire ni même quoi faire. Il est juste troublé et surtout anxieux. Il regarde autour d’eux quand elle se déshabille progressivement, s’assurant que personne ne les voit. Et surtout que personne ne la voit. Il l’arrête, soudainement, son cœur et son corps s’emballant, entendant les battements de son cœur tambourinés fortement contre ses tympans. Est-il en capacité de lui offrir tout ça ? Est-il en capacité de faire d’elle une véritable femme ? En même temps il le veut, mais il a peur. Car cela serait accepté de faire d’elle une femme. Une vraie. Une que tout le monde peut convoiter et regarder. Mais en même temps, elle le serait devenue avec lui. En sa présence. Et c’est mieux que tout. Il l’arrête dans son geste, la regardant intensément. « Es-tu sûre Ra-On ? Es-tu sûre de vouloir ça ? Maintenant ». Il ne veut pas qu’elle pense qu’il ne veut pas. Bien au contraire, son corps s’embrase face à sa créature enchantée. Et il en a envie. Terriblement envie. Mais il se retient, parce qu’il ne veut pas le faire dans la précipitation. Parce qu’il veut s’assurer qu’elle le désire aussi. De nouveau ses mains viennent caresser le visage de la jeune femme, sans attendre sa réponse, l’approchant de lui, dangereusement. « J’ai envie de toi Ra-on. De tes bras. De ton regard et de ta peau. De te sentir contre moi. De m’enivrer de ton parfum. De me perdre dans la profondeur de tes yeux. M’abandonner à la valse des sens et de me laisser emporter dans cette folle danse. De ta peau contre la mienne. De tes mains dans les miennes. De tes doigts mêlés à mes cheveux et de tes bras autour de ma taille. Je veux céder à tous ces désirs inavoués. De goûter à ce fruit défendu. D’explorer tes moindres secrets et de les imprimer à jamais dans mon cœur. Mais toi . . . le désires-tu aussi ? ». Son souffle chaud vient caresser la peau de la jeune femme, n’osant savourer ses lèvres. Du moins pas encore. Attendant patiemment, mais difficilement, sa réponse.


† “I’ve learned that secrets make you sick. I’m learning how to be a voice and not a victim. I’ve learned that sex is natural. I’ve learned that love is necessary, heartbreak is unavoidable, and loneliness is brutal. I’ve learned the key to being happy is to tell your truth, and be okay without all the answers
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: [FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥ Mar 6 Fév - 17:05


Même si je ne comprenais, par tes mots, l’angoisse que les précédents avait soulevé, tu balayais. Ces paroles que tu exprimais, elle résonnait comme l’écho de mes propres pensées. De mes sentiments, sans toi, je perdais toute raison d’exister. Pour toi, par curiosité, alors que je te connaissais à peine, ma palissade j’avais abaissé. À ma résistance, j’avais renoncé pour peu à peu m’intégrer à cette communauté. Ici, j’étais arrivée en captive. Otage sans rançon. Je pouvais devenir objet, esclave ou bien fierté et incarnation d’une vengeance assouvie. Perdue dans cet univers fait de rancoeur et de violence, tu m’étais apparu, avec ses beaux traits d’ange qu’à mes yeux tu n’avais perdu. À toi, je m’étais raccrochée. Tu incarnes ici mon seul véritable pilier. Mon monde, je l’avais constitué non pas autour de toi, mais en toi. Alors, comme tu me l’assurais, je t’interdisais de t’éloigner. Partir sans m’emmener. Quels que seraient les dangers, où que tu irais, ce ne serait sans ma main dans la tienne. Tu es les battements de mon coeur, l’oxygène qui emplie mes poumons et celui qui par sa présence dans mes pensées m’a donné apporté la force de continuer. Mon sourire n’a pu perduré qu’après t’avoir rencontré. J’ai pu rester celle que j’étais auparavant uniquement grâce à toi. Parce que tu es la moitié de mon être qui me permet de tout endurer. Ton souffle, ta voix et ta chaleur sont comme des fils de soie qui tissent et relient les fragments de l’enfant enlevée, cassée derrière l’apparence d’un roc refusant de fléchir, que j’étais le jour où nous nous sommes rencontrés.

Cinq années étaient passées, aussi courtes que longues, comme si c’était hier. Comme si nous nous connaissions depuis toujours tant concevoir ma vie sans toi ne me paraissait plus possible. Je ne pouvais imaginer que nous soyons séparés. Mon esprit avait beau être doué pour conté et composé des histoires, aucune ne parvenait à élaborer un récit où une force suffisamment forte pour nous éloigner existerait. J’avais beau connaitre la mort, je la renias. J’avais beau connaitre la cruauté, je l’oubliais. Tout simplement parce que je m’y refusais. Rien ni personne, pas un individu, pas un leader, pas une créature et encore moins le destin ne serait autorisé à nous arracher l’un à l’autre. N’est-ce pas ? Alors, existait-il plus grande évidence que celle de devenir ta femme ? Ne l’étais-je pas déjà ? Ah non, car je n’étais point encore femme. Le moment ne serait-il venu d’y remédier. Si pour t’épouser, tu m’imposais de patienter, le pourrais-tu pour cela aussi ? Certes, tu avais toujours été plus patient, plus réfléchi que je ne l’étais mais… ton corps ne demeurait-il pas celui d’un homme ? D’un jeune homme qui d’après les livres répondait à des besoins biologiques le rendant plus ou moins avides des femmes. Mais les autres, tu n’aurais, n’avais besoin de regarder car j’étais là, prête à m’offrir pleinement à toi.

Le coeur battant, les doigts tremblants, j’entrepris de me dévoiler. Me dénuder. Pleinement exposée à la douche froide que tu m’infligeais en m’interrompant. Les joues en feu mais le corps gelé, de mes yeux brillants incrédules, je te questionnais. Ne le voulais-tu pas ? Mon coeur se serrait. Je déglutis et du regard t’implorais de ne me rejeter. Tu me demandais si j’étais sûre de le vouloir, et malgré cette boule dans mon estomac, d’un hochement de tête timide et penaud, je te l’assurais. Mon visage au plus près du tien, ton souffle me caressait au gré de tes paroles. Rassurantes, réjouissantes, enivrantes, un sourire renaissait. Du bout de mon nez, en réponse, j’effleurais le tien. Amusée, espièglerie ravivée, je te murmurais : « Tu parles trop… » Ironie de nos rôles inversés mais plutôt que de le dire, je m’impatientais encore plus de voir, te sentir agir. Sur tes lèvres, un baiser je dérobais, avant de me défiler. Ou plutôt de t’entrainer, t’emmener avec moi sur les couvertures de notre alcôve de fortune. Comme lorsque nous passions des heures à regarder le ciel, je m’y allongeais. Je t’incitais à t’étendre au-dessus de moi tandis que je te guidais par mes baisers. Mes doigts dans tes cheveux, je ressentais comme chaque instant, mon corps en réclamait un peu plus. Alors, je me redressais, ainsi ainsi pour finir t’ôter mon vêtement avant que mes doigts n’en viennent à te libérer du tien. Révéler à mes yeux ton torse dénudé que de ma paume, je caressais. J’attendais de tes mains qu’elles aussi viennent se poser sur le mien. Un corps en mal de caresses. Que ne réclamait que les tiennes. Nous nous étendîmes de nouveau. La chaleur corporelle terrassait la fraicheur de la nuit. Je tremblais, un peu. Je te l’avouais. « J’ai peur, Hun… un peu… » Peur de l’inconnu, celui qui attire, celui qui rend curieux. « Mais j’ai envie… je veux le faire… » Ma légère inquiétude était légitime, non ? Elle ne signifiait pas le renoncement. Au contraire, je me préparais à franchir ce pas, jusqu’au bout. « Avec toi… maintenant… » Nul autre que toi, alors pourquoi attendre ? D’autant si tu le souhaitais, je tenais avant tout à te rendre heureux. Te combler pour que jamais, jamais, tu ne puisses envisager de désirer une autre femme. Je te donnerais tout ce que tu désirerais. « S’il te plait, fais moi l’amour… » J’ignorais si une telle chose se disait mais après tout puisque je le ressentais, pourquoi devrais-je le taire ? D’une main, je couvais la peau de ton cou, t’embrassant de plus en plus passionnément, tandis que de l’autre je m’aventurais timidement dans ton pantalon…

La lune pour seul témoin, l’astre les protège. Curieuse, elle regarde ces deux corps étendues qui se couvrent de baisers et de caresses. De ses rayons, elle bénit leur union. De sa lueur, elle les couve et observe ses deux adolescents maladroits qui par amour, se donne l’un à l’autre. Qui se découvrent, le corps de l’autre mais aussi le sien. L’éveil de l’intimidé, baignés dans la chaleur de leur peau. De leur chair qui succombe et brûle dans un incendie que seul l’autre peut éteindre. Le consumer pour l’apaiser. Apprendre l’amour, jusqu’au bout. Jusque dans la douleur. Douleur d’une jeune fille qui s’accroche éperdument à son amant tandis qu’il la pénètre et que son hymen de déchire. Souffrir dans sa chair, désir du corps, plaisir des sens, tout assouvir pour combler le seul dessein de lui appartenir.


D’entre mes lèvres un gémissement s’échappait. À toi, d’autant plus fort, je m’agrippais. Mes ongles s’enfoncèrent dans la chair de ton dos. Une larme au coin de l’oeil, tu étais en moi. Je souffrais mais j’aimais. Par mon étreinte, je te témoignais de te pas arrêter. De continuer. Et par respect pour notre pudeur, à moins qu’intimidée par nos ébats, d’un voile nuageux la lune masqua ses yeux. Elle nous offrit l’obscurité pour le reste de la nuit. Et nos corps essoufflés, fatigués, transformés, nous lovions ensuite l’un contre l’autre. Après cela, je ne connaissais de désir d’autant plus fort que celui de dormir dans tes bras. Bercée par ta chaleur, je m’endormais. De toi, je rêverais jusqu’au petit matin…


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥

Revenir en haut Aller en bas
[FB]Intertwined Destiny #HunRA ♥
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Badlands ::  :: Zone Sud :: Prison-
Sauter vers: