::  :: RPs finis & abandonnés :: RPs finis
[FB] Lost Kitten ft. Tôma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aller à la page : Précédent  1, 2
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: [FB] Lost Kitten ft. Tôma Lun 13 Nov - 16:14

Lost Kitten

Tôma & Yeonwoo

Plus les minutes défilaient, et moins je jugeais avoir à regretter de t’avoir suivi. J’en apprenais un peu sur ma propre situation et sur ce lieu. Ainsi donc, je n’étais bel et bien pas une prisonnière. Vos manières divergeaient de celles d’où je venais. Il ne faisait bon d’être sauvé par les membres de la MR. Si telle exception venait  à se produire, assurément ne serait-ce qu’à des fins de intéressés : échanges ou réduction à l’esclavage. Parmi leur captive, je fus un cas particulier. La volonté étant presque que la vengeance à l’égard du leader des Veilleurs et de mon défunt père, n’aurait que d’autant plus de saveur si je venais à porter leurs valeurs impitoyables et sanguinaires de la MR. Ainsi j’avais grandi parmi eux. J’étais devenue l’une des leurs, mais la victoire se mariait à l’échec, car s’ils incarnaient ma famille désormais, je me refusais à adopter certains de leurs procédés. La cruauté jamais ne me consumerait ! Je découvrais aussi l’amertume qui germait vraisemblablement chez certains des vôtres. De ceux dont tu faisais partie. Mon érudition malgré mon jeune âge me permettait de saisir la véhémence de tes mots. Ton ressentiment vis à vis de tes conditions de vie. D’instinct, mes yeux étaient montés en direction du plafond. Mon esprit trop libre et indomptable ne pouvait concevoir qu’on puisse vraiment vivre enfermé sous terre, si longtemps… Rien qu’à cette pensée, ma gorgée s’était nouée. J’eus presque l’impression fantôme de suffoquer.

Qui de mes larmes dissimulées ou de la complainte de mon estomac affamé eut raison de ta fausse méchanceté ? Toi qui refusait d’abord de m’accorder pitance voila que tu cédais. Sur mon visage, tu pus voir un nouveau sourire renaître. Dans mon enthousiasme, j’irradiais la pièce comme si le soleil pouvait encore s’y immiscé par les fenêtres. D’un pas trottinant, je te suivis. Je t’imitais, calquant tes pas et mouvements. Gage de ma reconnaissance et bien conscience que tu pouvais en un instant revenir sur ce changement d’avis, sur le trajet, je me fis bien docile. De mon silence, je te gratifiais tandis que mes yeux furetant de toute part ne manquaient d’enregistrer le moindre élément qui pourrait s’avérer intéressant. Ou au moins utile pour m’orienter seule à l’avenir, chose qui, cependant, ne me serait sans doute aisé avant un moment. A défaut d’un bon sens de l’orientation, je me dotais d’une mémoire à toute épreuve alors, chaque lieu, chaque croisement, sur mes rétines, je photographiais.

Arrivées dans votre réfectoire, mon manège, je poursuivais. Présentement, tu te dressais en modèle, bien que ma curiosité ne pouvait empêcher mon attention de tergiverser sur ce qui nous entourait. Trop affamée, une fois attablée, j’en oubliais tout d’abord de te remercier avant d’attaquer ces quelques mets dont mon ventre ne réclamait qu’à se rassasier. Ma précipitation n’entachait pas cependant, la grâce de mes gestes et mes bonnes manières bien ancrée. Avant de te répondre, ma bouche je pris soin de vider.
« J’aurais pu tomber sur pire, je pense… »
A l’appui, je te montrais ce repas que tu m’offrais. J’avais obtenu plus que je ne souhaitais en m’aventurant dans les couloirs de cet Abri inconnu alors, pourquoi aurais-je à me lamenter ?
« Tu… Vous avez été le premier que j’ai croisé alors je n’ai fait que suivre ce que le destin a décidé. »
Une première butée, tu commençais déjà à m’être familier au point que l’envie de te tutoyer poussait sur mes lèvres. Je te souriais en toute sincérité et innocence, puis, dans un air quelque peu théâtrale, je me renfrognais, ou plutôt, je fis sérieuse et dialoguant comme si j’avais à t’apprendre :
« Tu… vous savez, de nos jours, les gros sourcils froncés, ça ne fait plus peur qu’aux enfants ! »
Et je revendiquais ne plus en être une. J’avais grandi, j’avais treize ans. L’âge de l’adolescence et même le seuil révolu d’entrer dans la sphère des grands au sein de mon ancien. La preuve en sommeillait sous mes bandages, cette marque indélébile incrustée au plus profond de ma chair. Ce secret aussi voilé qu’exposé à ta vue, reposant ainsi sur la surface plane où nous nous étions attablé, de mon regard quelques instants, j’effleurais. Tu penserais sans doute aux blessures dont mon corps avait été meurtri. Dans mon esprit, les questions affluaient et se mélangeaient. Il y avait tant de choses que j’ignorais, sur cet homme, ce parfait inconnu pour lequel j’avais l’impression de ne pas l’être tant, ce médecin qui m’avait sauvé. Celui qui disposait de moi à sa merci. Bien qu’impétueuse, j’avais conscience de n’être qu’un chaton égaré dans un environnement où je pourrais en un instant me faire dévorer. Réduite à une inacceptable mais irréfutable condition de vulnérabilité.
« Le docteur Shin Ji Hyuk est vraiment quelqu’un d’important ? »
Puisque tu avais des dettes, tu devais le connaitre. Je l’avais compris médecin d’envergure. Je voulais lui faire confiance car il m’était désormais seul point d’ancrage mais je ne pouvais taire l’once de méfiance et d’appréhension que j’éprouvais. A votre égard à tous. Néanmoins, je n’avais trop choix. Si rien ne m’imposait de rentrer les griffes, il me fallait tout de même tâtonner pour être accepter, pour que je puisse respirer dans me sentir à chaque bouffée en proie à un éventuel danger.
 

Spoiler:
 


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Shina.
Messages : 360
Capsules : 592
Date d'inscription : 22/09/2017
Crédits : Tumblr.
Multicomptes : Kanazawa Elie
Appartenance : Abri 826
Affectation : Soldat, unité A
Arme : Fusil à plasma
Carnet de bord :

Il n'est ni trop grand, ni trop petit pour un Japonais avec son mètre soixante-dix. / Parfois, il se demande comment c'était vraiment avant tout ça, avant cette guerre, et puis il se dit que ça ne sert à rien d'y penser puisque c'est du passé. / Il avait 13 ans lors de la Troisième Guerre Mondiale. / Il a été un des premiers à partir en exploration, ayant très envie de voir ce que le monde était devenu - pitoyable. / Il n'a jamais vraiment cru en l'être humain, mais aujourd'hui c'est encore pire qu'avant. / Contrairement à ce qu'on pourrait croire, Tôma adore se retrouver à la bibliothèque pour dévorer les ouvrages. / Dans ses histoires inventées, il se dit qu'il est un artiste, libre de faire ce qu'il désire. / Il tient plus à ses proches qu'il ne le dit et ne le montre. / Il arbore des looks toujours assez sombre, ayant réussi à faire du maquillage grâce au charbon essentiellement, tout comme ses cheveux qu'il fonce de temps en temps. / Il possède une cicatrice le long de son flanc droit, souvenir d'une de ses premières missions qui a mal tourné.
Localisation : Probablement en exploration avec l'unité
Explorateur Unité A • soldat
MessageSujet: Re: [FB] Lost Kitten ft. Tôma Dim 26 Nov - 17:05


Assis à cette table dans le réfectoire de l'Abri, Tôma était loin d'imaginer les horreurs qu'avait pu subir son interlocutrice. Il était aussi loin de penser que les choses iraient de moins en moins bien, qu'un autre clan complètement fou sévissait dans une zone qui leur était encore inconnue jusqu'alors. Même si le soldat avait vécu quinze années entières dans ce bunker, il avait vécu protégé de tout le reste, terré comme un pauvre pleutre apeuré. On ne pouvait pas dire qu'il avait vu grand-chose dans sa vie malgré les grands airs qu'il aimait parfois se donner. C'était une vérité qu'il connaissait et qui n'avait de cesse de le tuer encore un peu plus chaque jour. C'était aussi l'une des raisons qui l'avait poussé à tâcher de se faire une place dans ce maudit bunker pour pousser dans l'ombre, se faire un nom et être dans la capacité d'intégrer une équipe d'expédition pour quitter ces murs trop étouffants. Il abandonna un soupir, mais un léger sourire se traça sur ses lèvres quand la demoiselle lança qu'elle aurait pu tomber sur pire ; oui, sûrement.

« Tu peux me tutoyer si c'est plus facile pour toi », répondit-il simplement en continuant de la fixer en train de se remplir l'estomac. Elle faisait bien d'en profiter tant qu'il y avait de quoi se rassasier. Tous les jours n'étaient pas semblables à celui-ci et les vivres commençaient déjà à s'amenuiser. « Je ne cherche pas à te faire peur, je voulais juste que tu me laisses tranquille. » Ce qui semblait manifestement raté. Tôma se laissa légèrement glisser sur sa chaise afin de croiser les bras sur sa poitrine, ses pupilles toujours plantées sur Yeonwoo. Derrière ce visage frais, cet air candide, il ne doutait pas que l'adolescente était plus forte qu'elle n'en avait l'air. Déjà, à son âge, elle était capable de feindre son bien-être alors que le monde tout autour d'elle était en train de s'écrouler. Puis, le tirant de ses songes, elle rebondit sur le nom de Ji Hyuk et le soldat approuva du chef. « Oui, c'est notre unique médecin et c'est quelqu'un d'assez influent dans l'Abri. Il a aussi pris soin de moi quand je n'en faisais qu'à ma tête, tu peux lui faire confiance, crois-moi. » Automatiquement, de nombreux souvenirs déferlèrent dans l'esprit de Tôma qui se revoyait à l'infirmerie à se faire soigner (et réprimander) par Ji Hyuk. Malgré leur amitié, Tôma avait toujours été plus casse-cou et bagarreur, n'ayant pas peur de déclencher une rixe et encore moins des conséquences que cela aurait par la suite.

Tôma finit par se redresser, versant un peu plus d'eau dans le verre vidé de Yeonwoo. « Qu'est-ce que tu comptes faire maintenant ? l'interrogea-t-il, as-tu des proches à retrouver à l'extérieur ? » Après tout, ce n'était pas parce qu'elle avait été trouvé seule qu'elle l'était vraiment. D'ailleurs, elle faisait même  peut-être partie d'un autre clan, celui des Veilleurs ou de la Main Rouge... Tôma l'ignorait, mais, dans le fond, s'il l'aurait appris cela ne lui aurait fait ni chaud ni froid. Pour lui, tous les survivants à ces attaques atomiques n'étaient que des fuyards, des personnes trop lâches pour faire face et  se battre aux côtés de tous les soldats qui avaient été envoyés à la guerre. Lui aussi était un lâche qui faisait de son mieux pour ressembler à son père même s'il ne souhaitait pas être à la botte de ce gouvernement pourri. « L'Abri est une situation provisoire, un point de retour qu'il fait bon retrouver quand on découvre les horreurs qui sévissent au-dehors... mais tu n'as pas l'air d'être une lâche. » Le soldat passa une main dans ses cheveux en jetant un rapide coup d'oeil autour de lui, n'étant pas idiot quant à ses pensées qui n'étaient pas partagées par tous.



ω We can't breathe, we can't bleed surrounded by the enemy. We can't eat, we can't sleep until we make them scream defeat. The war is on.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: [FB] Lost Kitten ft. Tôma Dim 3 Déc - 22:34

Lost Kitten

Tôma & Yeonwoo

Je n’avais guère ni matière ni recul pour croire en tes paroles. Je m’en remettais à toi pour me conforter au sujet de ce médecin alors que de ta personne, je ne savais rien. Et tes mots me rassuraient. Étais-je naïve d’y croire ? Peut-être mais avais-je d’autres choix ? Je pouvais accepter de vous accorder un peu de ma confiance sans pour autant vous ouvrir trop grand la porte de mon coeur. Sans vous laissez y entrer au point de me blesser si vous étiez en train de me tromper. Ma garde, je ne l’abaisserais pas totalement, pas avant longtemps. Ou peut-être jamais. Mais en apparence, je la balayerais, ma méfiance persistante. Je savais m’adapter. Me faire adopter. J’avais foi en mes propres capacités dans ce domaine. Je l’avais déjà fait par le passé. Ce passé que tu ravivais justement en m’interrogeant sur le sujet. Des proches à retrouver ? En un instant, mon appétit fut coupé à cette seule pensée. L’esprit troublé, j’hésitais. Discrètement, péniblement, je murmurais :
« Je… »
Souffle à peine audible. D’ailleurs, tu l’interrompais, probablement sans l’avoir entendu, alors que tu reprenais la parole. Que ton avis sur l’Abri, tu me laissais comprendre, alors que je réagissais soudainement, presque brusquement à ton dernier :
« Je ne suis pas une lâche ! » revendiquais-je fermement, presqu’indignée alors que tu venais de m’accorder que je n’en avais l’air.
Peut-être mon emportement découlait-il de l’éducation de mon clan où il n’y avait guère pire insulte, après celle d’être un traitre, que de faire preuve de lâcheté. Tes mots me rappelaient même un peu leur façon de penser. Le jugement qu’ils portaient aux habitants de l’Abri. Ces planqués. Je ne partageais pas forcément cette mentalité, mais inexorablement, elle m’influençait. De surcroit, je n’avais que trop connu l’extérieur pendant toutes ces années pour vivre enfermer sous terre. J’avais même la hantise d’être à nouveau un jour réduite à la captivité…
« Je… Je ne sais pas ce que je vais faire, mais un jour, je sortirais ! Quand je serais guérie, je sortirais ! »
Les mots m’échappaient. Une main devant ma bouche, je montais, me reculant bien sagement dans ma chaise. Risquais-je des ennuis pour tenir de tels propos ? Allaient-ils me jeter dehors sans plus attendre ? Qu’y ferais-je ? Comment retournerais-je d’où je venais, seule et vulnérable à travers les terres désolées. Mes yeux s’abaissaient. Je prononçais :
« Même si… Je n’ai sans doute plus personne à retrouver… »
C’était la version que le médecin m’avait sommé de prétendre. La peine, l’inquiétude et l’absence qui lacéraient mon coeur m’aidaient à interpréter mon rôle à la perfection. Alors, en réponse à ta question, je te narrais :
« Je suis orpheline depuis longtemps, j’ai été recueilli par un petit groupe de vagabonds indépendants. Ils ne vont pas m’attendre… s’ils sont encore vivants… »
L’était-il ? La seule véritable personne qui avait été exposé au danger avec moi. Celui que vous aviez laissé derrière sans même essayer de le sauver. Mes petits poings sur mes couverts se serrèrent. Pour cela, je vous en voudrais, éternellement. Je le tairais car j’écoutais cet ordre que l’homme m’avait assuré être pour mon bien. Pour une fois, j’écoutais, car ici, je n’avais encore aucun point d’appui.

Profond inspiration, je me concentrais pour évincer ses pensées. Pour empêcher la peine de me dévorer. Pas maintenant. De ma voix de conteuse, je revenais sur ce que tu disais, précédemment à propos des horreurs par-delà la porte de ce bunker.  
« Le monde n’est pas si laid dehors. Quand on prend le temps de le regarder, il peut nous révéler sa beauté… »
Je l’aimais ce monde. Peut-être parce que je n’avais jamais connu l’ancien. Que celui-ci était le mien. Celui où j’avais grandi. Que seuls les livres et les histoires me permettaient d’imaginer le vôtre. Celui que vous avez perdu. Mais n’était-ce pas à l’instar de vos contes fées, comme un univers irréel où la vie serait plus douce ? Qui prêtait à rêver mais ne serait jamais la réalité. Plus jamais. Alors, à quoi bon, ressasser le passé et ne pas souffler sous la cendre de ces terres dévastées afin d’apercevoir les nouveaux bourgeons en train de pousser ?
 


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Shina.
Messages : 360
Capsules : 592
Date d'inscription : 22/09/2017
Crédits : Tumblr.
Multicomptes : Kanazawa Elie
Appartenance : Abri 826
Affectation : Soldat, unité A
Arme : Fusil à plasma
Carnet de bord :

Il n'est ni trop grand, ni trop petit pour un Japonais avec son mètre soixante-dix. / Parfois, il se demande comment c'était vraiment avant tout ça, avant cette guerre, et puis il se dit que ça ne sert à rien d'y penser puisque c'est du passé. / Il avait 13 ans lors de la Troisième Guerre Mondiale. / Il a été un des premiers à partir en exploration, ayant très envie de voir ce que le monde était devenu - pitoyable. / Il n'a jamais vraiment cru en l'être humain, mais aujourd'hui c'est encore pire qu'avant. / Contrairement à ce qu'on pourrait croire, Tôma adore se retrouver à la bibliothèque pour dévorer les ouvrages. / Dans ses histoires inventées, il se dit qu'il est un artiste, libre de faire ce qu'il désire. / Il tient plus à ses proches qu'il ne le dit et ne le montre. / Il arbore des looks toujours assez sombre, ayant réussi à faire du maquillage grâce au charbon essentiellement, tout comme ses cheveux qu'il fonce de temps en temps. / Il possède une cicatrice le long de son flanc droit, souvenir d'une de ses premières missions qui a mal tourné.
Localisation : Probablement en exploration avec l'unité
Explorateur Unité A • soldat
MessageSujet: Re: [FB] Lost Kitten ft. Tôma Dim 17 Déc - 16:07

Un léger sourire se traça sur les lèvres de Tôma quand il entendit la demoiselle affirmer qu'elle n'était clairement pas une lâche. Il était certain de cette affirmation. Yeonwoo, pour le peu qu'il venait de la rencontrer, n'était pas du genre à demeurer bien assise tranquillement dans un coin du bunker en attendant que les horreurs se stoppent là-dehors. Non, tel qu'elle le déclarait, elle ne resterait pas à pourrir au fond de cette boîte, elle ferait de son mieux pour la quitter et vivre sa propre vie de femme. Mais ça... c'était un rêve que nourrissait également Tôma - il cherchait encore un moyen de le réaliser pour son propre chef. Cependant, il ne souhaitait pas se montrer plus négatif qu'il ne l'était déjà face à cette nouvelle résidente. Rêver était possible ; ce n'était déjà pas si mal quand on y réfléchissait. Finalement, il l'interrogea sur sa famille, ou des potentiels amis, et apprit qu'elle était toute seule, ou presque. Le soldat fronça les sourcils à l'évocation de vagabonds, mais ce n'était rien qui l'inquiétait plus que cela. « Cette apocalypse a pris trop de choses à trop de monde », lâcha-t-il en guise de condoléances pour son interlocutrice.
Un nouveau silence se plaça à la suite, et Tôma sut qu'elle était profondément touché de tout ça. Malgré la force qu'elle faisait apparaître, elle était comme lui ; sentimentale. Dans un sens, il avait moins à se plaindre qu'elle car sa mère était à l'abri dans cet endroit pourtant si impersonnel. Sa mère était la dernière personne qu'il possédait dans l'Abri, mais elle commençait à vieillir, n'étant plus toute jeune maintenant. « Je te crois petite, acquiesça le soldat, c'est comme partout en fin de compte. » Il haussa vaguement les épaules pour enfoncer les mains dans ses poches. Tôma avait fini de se faire des films et d'imaginer que le monde serait un jour meilleur. « Si tu as terminé, je peux te raccompagner à ta chambre... sauf si tu as envie d'explorer l'Abri encore un peu. » Malheureusement, de son côté, il était temps qu'il rejoigne sa mère justement qui travaillait sur le marché et qui risquait sans doute d'avoir besoin de son aide pour porter une affaire ou deux.
Parler du sujet délicat de la fin du monde n'était pas des plus agréables, il fallait en convenir. Autant pour Yeonwoo que pour Tôma, il valait mieux s'en tenir éloigner le plus possible, tâcher de faire de son mieux pour survivre chaque jour qui passait. Peut-être que, d'ici quelques années, ils auraient la liberté d'explorer les environs, qu'ils trouveraient d'autres civilisations enfoncées six pieds sous terre et, en formant une alliance, ils parviendraient à rebâtir. Mais le Japonais était sûrement trop avide de lecture que son esprit ne pensait pas clairement. « Contentons-nous de survivre encore un peu. » Il finit par se redresser pour se diriger vers la porte du réfectoire, se demandant si Yeonwoo aurait encore le cœur de se promener dans les couloirs trop sombres du bunker à cause de son trop grand pessimisme.



ω We can't breathe, we can't bleed surrounded by the enemy. We can't eat, we can't sleep until we make them scream defeat. The war is on.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4643
Capsules : 5216
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 19
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (7) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: [FB] Lost Kitten ft. Tôma Mar 26 Déc - 17:59

Lost Kitten

Tôma & Yeonwoo

Tu avais raison, je n’étais pas la seule à avoir beaucoup perdu. Ou plutôt même, à la différence de mes ainés, ne devrais-je pas me considérer chanceuse ne n’avoir pratiquement jamais rien eu ? Au moins, la guerre ne m’avait pas volé ma vie. Je n’avais pas vu mon univers être dévasté. Mémoire trop jeune pour me souvenir du monde d’avant, celui dans lequel nous vivions était le mien. Le précédent ressemblait pour moi presque à un conte de fées. Ma seule richesse était les gens que je rencontrais. Ceux à qui je m’attachais. Parfois, c’était douloureux aussi car si la guerre était finie, nous ne vivions dans un monde de paix non plus. Le danger faisait partie intégrante de l’air que nous respirions à l’extérieur. Peut-être était-ce pour cela que les grands comme toi paraissaient si souvent froids, détachés. Insensibles ? En conséquence, mon coeur ne se renforçait que d’autant plus de répandre cette joie dont j’avais été prénommé. Qu’importait que mon prénom soit changé, mon état d’esprit resterait le même, je me le promettais ! Je vous le promettais, bienfaiteurs de l’Abri à qui je devais la vie. Ma dette, je ne l’oublierais. Je vous la rembourserais !

Mais pour l’heure, j’avais encore beaucoup à apprendre sur ce bunker géant et ses habitants, or de questions de t’interrompre dès maintenant mon investigation. « Je retrouverais le chemin jusqu’à ma chambre toute seule ! » Ou pas, même assurément pas connaissant mon piètre sens de l’orientation. Mais qu’importait, je trouverais toujours raison à justifier mes décisions et affirmations. D’une part, puisque cette capacité me faisait défaut, ne devrais-je pas justement veiller à l’affûter en toutes occasions ? D’autre part, le lieu me semblait encore bien trop vaste pour que je me contente de retourner sagement dans ma chambre. J’étais certaine que les dédales souterrains regorgeaient de découvertes qui n’attendaient que ma visite ! Et si je ne venais à être surprise dans un endroit où je ne devrais pas être, je plaiderais l’ignorance et l’égarement. Ce qui ne serait pas faux non plus ! Sans doute comprendrais-tu facilement qu’à travers cette réponse, je laissais entendre que mon gout de l’exploration et ma curiosité n’auront été rassasiés par ces moments que nous venions de te partager. Pour lesquels, je te remerciais par mon rayonnant sourire sincère.

À tes derniers mots, je tiquais cependant. Silencieusement, je te suivais tout d’abord jusqu’à la porte du réfectoire. Et là, avant que nos chemins ne se quittent inexorablement, je t’assénais d’une petite frappe sur le bras, afin d’attirer une dernière fois ton attention. « Apprends à vivre aussi, Ahjussi ! » De plus bel encore, je te souris. Ton discours me paraissait bien trop triste pour que je puisse en partager la pensée et aussi pour ne pas avoir envie d’égayer ta morosité. « La vie se peint de la couleur qu’on lui choisit ! » D’un petit geste malicieux, mes doigts de la main en revolver, je te désignais. Pistolet de couleurs à projeter sur les murs de ta vie. Les murs de l’Abri, sans doute me surprendrait-on un jour à ajouter une touche personnelle à ce cadre si morne et impersonnel. « À notre prochaine rencontre, je réapprendrais les couleurs ! » Un clin d’oeil que je t’adressais et sur cette affirmation joviale pour laquelle je m’engageais aussi spontanément que sincèrement, mes talons je tournais. Commençant à m’éloigner, je le fis cependant finalement à demi à reculons. Une dernière espièglerie poussant sur le bout de mes lèvres, je m’exclamais : « Ne vous perdez pas dans les couloirs ! » En guise d’au revoir, cette boutade j’accompagnais d’un geste de la main tandis que définitivement, je m’en retournais. Que des pas guillerets, à la conquête de l’Abri, je me lançais.
 


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: [FB] Lost Kitten ft. Tôma

Revenir en haut Aller en bas
[FB] Lost Kitten ft. Tôma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
Sujets similaires
-
» LOST LE RPG
» Alice always lost... [Validée]
» Why the U.N. Lost credibility in Haiti
» Lost in blue
» « I've lost myself in all these fights, I've lost my sense of wrong and right » Ҩ CAT&KATH

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Badlands ::  :: RPs finis & abandonnés :: RPs finis-
Sauter vers: