AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Talking to the (phantom) moon... ft. JiHyuk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

 :: Hors Jeu :: RPs finis & abandonnés :: RPs finis
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4625
Capsules : 5374
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 18
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (6) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Talking to the (phantom) moon... ft. JiHyuk Mer 2 Aoû 2017 - 21:29
Talking to the (phantom) moon...
I know he is somewhere out there...
La tension dans l’atmosphère flottait à travers toutes les entrailles de l’Abri. Les visages dans les couloirs de métal feignaient à la croisée des civils que rien n’était, pourtant chacun s’interrogeait quant à la disparition de l’Unité E. J’en avais fait de même avec Ji Wook, lorsque sa petite main dans la mienne, je l’avais ramené à notre chambre du dortoir. Nous ne devions pas trop couver les enfants. Leur cacher le visage de la réalité ne saurait leur rendre service. En tout cas, tu n’étais pas de ce registre à élever ton enfant dans un tableau chimérique brodé au fil de soie. Les fils que tu maniais le mieux n’étaient-ils pas ceux pour recoudre la peau ? S’exposer aux blessures pour en guérir et devenir plus fort. Une blessure comme celle qui meurtrissait la chair de mon bras, mais que je taisais depuis mon retour.

Lorsque mon unité et moi-même étions revenus d’explorations quelques heures plutôt, le tumulte régnait au niveau 4 de l’Abri. Comme si la mystérieuse disparition de l’unité équestre n’avait pas suffi, les créatures du monde extérieur s’étaient attaquées à des unités en déploiement. A mon arrivée dans l’entrée de l’infirmerie, médecins et infirmières semblaient débordés afin de sauver la vie des blessés, ceux pour qui ils n’étaient pas déjà trop tard. Dans la fournaise de l’étage hospitalier, j’eus vent à mes oreilles qu’une horde de furie avait frappé. Un voile gelé se déposa alors sur les épaules. Du bout des doigts de ma main gauche, je vins effleurer mon avant-bras opposé, tirant un peu plus sur ma manche afin de le dissimuler. Luhan et toi étiez certainement trop occupés. Je ne voulais pas attendre au milieu de cet enfer empreint de l’odeur ferreuse du sang et des cris de souffrances. Je ne voulais pas entendre leur récit encore effaré de l’attaque. Je ne voulais pas revivre ses instants semblables que trop profondément ancré dans ma mémoire. Fantômes de mes songes agités qui la nuit parfois revenaient me hanter. Alors, j’ai fui. L’entaille dans ma chair n’était pas bien grave après tout. Je n’avais pas subi d’attaque, j’avais juste chuté en escaladant un amas de grava parmi les ruines de l’ancienne capitale.  J’avais senti le liquide chaud se répandant sur ma peau sous mes bandages qui n’avaient suffi à me protéger pleinement. Je dus serrée les dents pour affirmer ne subir nulle autre douleur que celles d’éraflures bénignes. Parce qu’il s’agissait de mon bras droit, parce que j’aurais dû le révéler à nu, je n’avais pu me résoudre à signaler la plaie à Xiao afin qu’il me procure les premiers soins, encore moins sous les yeux de Lia. Si elle apprenait que je porte la marque de la Main Rouge, elle qui leur voue une haine si féroce…

Alors, je m’en étais retournée. Bref passage au dortoir pour me laver, nettoyer un minimum la plaie plus profonde que je la pensais, me changer…etc, avant d’aller chercher Ji Wook à la garderie. Je me doutais que tu serais occupé jusque bien tard ce soir, alors nous dinâmes tous les deux. Comme bien des fois, je le couchai, gentil garçon avec lequel, en ton absence, nous détournions tout sous forme de jeu, même enfiler son pyjama, et s’il était sage, il avait le droit à une histoire. Ce soir ne fit pas exception. Je lui narrai un conte occidental dont je me souvenais du récit sans user de livre. Ma voix le berçait. « Mais le prince ne connut le cœur de la Petite Sirène. Il épousa une autre femme et la jolie sirène se transforma en écume de mer… » en arrivai-je à la conclusion de l’histoire, posant mes yeux sur mon petit frère profondément endormi, probablement depuis un moment. Un sourire affectueux se dessina de la pointe d’un doux pinceau sur mes lèvres du bout desquels, je vins déposer un baiser sur la joue de l’enfant. Que ce présent puisse lui apporter de jolis rêves. « Verras-tu l’océan dans tes songes cette nuit ? » lui murmurai-je d’une voix très discrète en me redressant, veillant à ne pas le réveiller. Je pris soin ensuite d’ajuster sa couverture avec toute la délicatesse que la nature m’avait conférée dans ce monde fait de brutalité et de destruction. Dans un ce geste, la douleur se rappela brusquement et vivement dans tout mon bras. Je grinçai, me pinçant les lèvres. Ramenant mon membre endolori vers moi, je le couvais de la paume de ma main opposée. Je fis lentement glisser la manche qui le recouvrait dévoilant le sang séché mélangé au liquide pourpre plus frais qui imbibait les fibres de mon bandage. En tenant Ji Wook par la main au retour du souper, tandis que nous nous amusions, j’avais senti  la chair ayant à peine commencé à cicatriser se déchirer de derechef. Une larme coula le long de l’arrête de mon nez. Chute dans le vide, elle s’écrasa sur le dos de ma main droite, raison véritable de ma peine soudaine. La Main Rouge, les furies et surtout le souvenir de celui qui restait, et resterait toujours aussi cher à mon cœur. Aussi éprouvant que cela puisse être parfois, aussi vain que cela puisse paraître, je gardais précieusement, tel un trésor, l’espoir qu’il vive encore. Si l’organe dans sa poitrine avait cessé de battre, le mien aussi se serait arrêté. J’étais certaine de les entendre encore, ses battements, même s’ils me paraissaient bien plus faibles qu’avant. Tambour qui s’essouffle et dont la mélodie se faisait désormais presque inaudible…

J’essuyai du dos mon index les timides perles salées s’échappant du coin de mes yeux en me relevant du bord du lit sur lequel j’étais assise, puis me retournai. Ce fut alors que je remarquai ta présence à l’entrée de la chambre : « Oncle Jihyuk ? » m’étonnai-je d’une voix soufflée avant d’être prise d’un hoquet. Instinctivement, je montais mes mains devant ma bouche, comme dans l’espoir d’en atténuer le son pour ne pas risquer de réveiller Ji Wook. Je pris une inspiration, m’illusionnant de me défaire et murmurai-je à ton intention : « La journée n’a pas été trop rude ? Tu dois être épuisé… » Un nouvel hoquet m’interrompit et ma main droite utilisée en barrière se plaqua derechef sur mes lèvres.


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Michi pour ne pas changer
Messages : 64
Capsules : 0
Date d'inscription : 15/07/2017
Crédits : Bazzart
Appartenance : Veilleurs
Affectation : Médecin
Membre • survivant en devenir
MessageSujet: Re: Talking to the (phantom) moon... ft. JiHyuk Ven 6 Oct 2017 - 11:15
Talking to the (phantom) moon...
I know he is somewhere out there...
L'infirmerie n'avait jamais été un lieu calme. Il y régnait une ambiance électrique quelques fois empreinte des effluves de la mort, mais jamais elle n'avait été une pièce où la sérénité régnait. Les cris, les pleurs, la douleur et la peur, chaque émotion avait un parfum bien particulier, et si les visiteurs qui s'y pressaient régulièrement ne les sentaient pas, je n'en perdais pas mon odorat en changeant de patient. Ce soir-là ne faisait pas exception. Les membres mutilés, les visages terrifiés et les hémorragies encombraient chaque centimètre carré. Je fus rapidement dépassé par l'arrivée en masse des membres d'une unité débusquée par des créatures immondes, victime de l'homme et sa cupidité. « Il y en a encore beaucoup ? » L'exaspération coulait silencieusement dans mes veines alors que je gardais un calme implacable. Jamais je ne flanchais, trop conscient de l'importance d'un tempérament au sang-froid. Cette indifférence, je la lui devais. À elle. Pour m'avoir menti et quitté, pour avoir voulu explorer encore et toujours des régions arides et dévastées. Pour avoir rendu son dernier souffle sans même une pensée pour son fils qu'elle laissait derrière elle. Le muscle battant s'était changé en pierre, incapable d'éprouver quelques émotions que ce soit, si ce n'est pour cette famille qu'il me restait aujourd'hui. Dans les visages marqués par la stupéfaction, je reconnaissais néanmoins quelques collègues de Ra On, mais je ne la trouvais nulle part. « Toi ! » J'attrapais l'un des hommes réclamant ses soins. « Où est passée Yeon Woo ? » « Je ne sais pas, elle n'était que légèrement blessée il me semble. » Crétin. J'hésitais entre l'envie de vérifier ses dires et abandonner brièvement l'infirmerie, ou tout simplement m'occuper des pauvres malheureux qui revenaient tous plus amochés les uns que les autres. Si je m'étais interrompu un instant, les geignards savaient réclamer leur dû. « La ferme ! » Il était loin le temps où l'indiscipliné que j'étais avait eu le pouvoir de frapper sans retenue, aujourd'hui, je remplissais mes responsabilités et j'y trouvais par ailleurs une certaine satisfaction. Mais pour l'heure, je ne pouvais que me fier aux paroles d'un homme à la souffrance évidente et qui enraillait sa voix et sa lucidité, m'en retournant aider les blessés. Je bravais les hurlements pour suturer des plaies hideuses laissant des traces de sang sur ma blouse, trahissant une lutte à laquelle je m’étais accoutumé. Je ne m'accordais qu'un instant lorsque l'horloge sonna, me rappelant l'heure à laquelle Ji Wook sortait de la garderie. L'exaspération me frappa de nouveau, incapable de me libérer pour m'occuper de mon fils, j'espérais que Ra On soit effectivement rentrée saine et sauve, et qu'elle soit celle qui l'ait récupéré pour retourner le plus tranquillement du monde dans le logement qui nous était réservé. Le doute m’étreignait néanmoins, et incapable de me concentrer davantage, je saisis le combiné pour composer le numéro de mon appartement de fortune. La tonalité qui résonna sans s’interrompre m’acheva et je craignais le pire. Il était tout ce qu’il me restait, ma chair et mon sang, et même si elle ne m’était pas liée, je ne concevais pas non plus qu’elle puisse agoniser dans un coin. L’esprit vif et impatient, je composais alors le numéro de la garderie. « Ji Wook ? » « Oh bonsoir Ji Hyuk, il vient tout juste de partir avec Yeon Woo, elle ne t’a pas prévenu ? » Le soulagement se diffusa soudainement dans mes veines, relâchant un à un les muscles contractés et douloureux d’une angoisse que j’avais pourtant cherché à réfréner. « Dans le doute… Merci ! » Sans plus de cérémonie, je délaissais le téléphone pour de nouveau retourner auprès de mes patients, plus léger et plus serein.

Ce ne fut que lorsque l’infirmerie résonnait des respirations endormies et régulières des hommes et femmes blessés que je le quittais. Laissant derrière moi les hurlements qui m’avait bercé toute la soirée pour prendre le chemin qui m’amènerait jusqu’à eux. Je ne les vis pas tout de suite, ces petites perles écarlates qui accompagnaient mes pas. Elles brillaient sur le sol gris et terne, disséminées sur mon passage comme pour me guider. Le doute m’envahit, mais je ne pliais pas sous la tension qui parcourait à nouveau mes muscles, alerte et parfaitement conscient que tout pouvait arriver, et ce même dans un abri pourtant réputé sécurisé. J’entrai dans ma demeure, balayant la pièce du regard avant de me diriger instinctivement vers la chambre surprenant la jeune fille donc le visage témoignait d’une fatigue qu’elle ne pouvait me cacher. « Tu t’attendais à voir quelqu’un d’autre ? » Il ne me fallut que quelques secondes pour découvrir un anomalie, d’un bras trop raide et de ses traits crispés qui ne reflétaient pas uniquement l’étonnement qui luisait sans force dans deux prunelles noyées. « Rude… c’est le mot. » Je m’avançais vers elle avant de prendre place à son côté. « Et toi ? Comment s’est passée ta journée ? » Le buste de Ji Wook se soulevait à un rythme régulier et paisible, et je profitais de cette proximité pour planter sur son front un baiser doux et bref avant de reporter mon attention sur Ra On. J’effleurais volontairement son bras, provoquant la douleur qu’elle afficha sous une grimace à peine masquée. Un réflexe qui m’en disait long sur son état et sans plus attendre, je remontai sa manche pour découvrir une entaille profonde, laissant apparaitre la chair à vif. « Ra On… » La marque un peu plus bas sur sa peau m’arracha un rictus. « Est-ce que quelqu’un a vu ? »



 
A bad peace is even worse than war
Play the moments, Pause the memories, Stop the pain, and Rewind the happiness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4625
Capsules : 5374
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 18
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (6) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: Talking to the (phantom) moon... ft. JiHyuk Mar 10 Oct 2017 - 23:01
Talking to the (phantom) moon...
I know he is somewhere out there...

Mon hoquet impromptu s’annonçant tenace fut pourtant rapidement balayé par le son de ta voix. Comme une douche à laquelle, je m’étais pourtant accoutumée. Néanmoins, je me demandais parfois, si je connaitrais un jour la chaleur d’un foyer souriant. Que ce fut aussi de ta famille où tu as eu la bonté de m’accueillir, ou dans ma vie d’antan en tant que membre de la main rouge, il semblerait que le sourire avait dû être répertorié dans le registre des délits. Alors, durant quelques instants, je cessais de me faire hors-la-loi. Sous une expression un soupçon sarcastique, je me rembrunis et rétorquai :  « Tu n’as pas perdu ton sens de l’accueil… » Ma voix demeurait basse, empreinte d’ironie, tandis que dans un discret soupir, je roulai brièvement des yeux. J’attelais à me redresser, remettre en place les plis de mes vêtements, gestes inconscients qui trahissaient malgré le fait que j’avais indéniablement quelque chose à cacher. Néanmoins, mon esprit se dissipait en quelques marmonnements râleurs de cette langue que nul ne saurait réduire au sort de l’inertie induisant son silence. Dans ma barbe – inexistante - je grommelais ces mots qui auraient pu, voire qui auraient dû être les siens s’il n’était pas aussi bourru. « Oui, c’est moi, Yeonwoo. Content d’être enfin rentré et de vous voir. Merci de t’être occupé de Ji Wook, Yeonwoo… » Evidemment, j’exagérais, surenchérissais, sachant pertinemment que tu n’accorderais pas attention à cette complainte qui en vérité, n’avait nulle valeur de reproche quelconque. Tu n’avais en rien à me remercier. Tu ne me devais point de reconnaissance pour le temps dont j’usais à prendre soin de ton fils. Je t’étais redevable et certainement pas l’inverse. Chacun de mes services rendus ne correspondait qu’à un remboursement de ma dette. Et encore… D’une part, je ne pourrais jamais rendre à sa valeur ce que vous avez fait pour moi, vous mes amis de l’Abri, toi particulièrement qui m’a protégé sans que je ne sache vraiment pourquoi. D’autre part, lorsqu’il s’agissait de Ji Wook, j’éprouvais plutôt la sensation d’une récompense. La joie de moment partagé en toute simplicité. Un doux bonheur que je ne méritais pas. Car un jour viendrait, je vous trahirais . D’un vague revers de main, j’évinçais mes murmures un soupçon provocants, m’apprêtant à te donner réponse.   « Comme une journée d’exploration… aish ! » Un sifflement irrépressible entre mes dents serrées m’avait échappé au contact pourtant léger que tu infligeas à mon bras. Sur mes traits, un rictus se dessina et je le transformais ensuite en expression de ma résignation forcée. Tu m’avais piégé. A tes yeux d’expert, ma blessure je n’avais pu garder secrète. Comptais-je vraiment le faire ? Je n’y avais pas vraiment réfléchi. Peut-être aurais-je tout simplement attendu que tu sois endormi pour ouvrir ton tiroir où tu conservais quelques désinfectants et autres produits pour notre usage personnel, toi, Ji Wook ou moi et surtout encore avant ta femme. Mais soudainement, un mot, deux syllabes, un nom résonna en écho dans mon âme. Ra On. Je me raidis. Mon regard se durcit à l’instar du souffle de glace dans ma voix : « Je m’appelle Yeonwoo, Park Yeonwoo. » Oui, je te corrigeai. Oui, tu le savais mieux que quiconque, toi, qui m’avait plus que vivement conseillé – ordonné ? – de taire mon prénom de naissance et revendiquer ce nouveau que tu m’avais donné. J’avais mis tant de temps à m’y accommoder. Aujourd’hui encore, j’en souffrais. De ce silence. Le désespoir de l’entendre à nouveau, de redevenir  Ra On, mais que plus les mois, les années passaient et plus je prenais conscience qu’il me serait douloureux de quitter mon identité de Yeonwoo. Alors, s’il y avait bien une voix de laquelle je ne souhaitais pas entendre ce prénom qui m’avait été ôté, c’était la tienne. Même si, paradoxalement, je m’y raccrochais car la seule encore en mesure de le faire.  « Personne n’a rien vu. C’est arrivé quand j’étais seule et j’ai veillé à ce que les membres de mon unité ne le remarque pas. » Conservant mon regard droit, mon timbre demeurait sur les mêmes ondes. Je n’avais pas commis d’imprudence. Ce fut juste une chute banale comme nombres pouvaient m’arriver en expédition. Je n’avais pas pris le risque d’en parler, d’exposer mon bras, ma peau dénudée, ma marque. Néanmoins, je me détendis au fur et à mesure de mes mots, portés par un souffle plus doux par-delà la barrière de mes lèvres. « Puis, à mon arrivée, j’ai vu comme vous étiez débordés à l’infirmerie. Je n’allais pas réclamer à te voir alors qu’il y avait de biens plus graves blessés. » Bien que tous les médecins et infirmiers connaissaient en principe tes consignes me concernant, que nul autre que toi ne devait m’ausculter, me soigner, dans un cas de cohue pareil, sans doute m’auraient-ils proposé de faire une exception ? Qu’arriverait-il vraiment si quelqu’un découvrait une partie de mon secret ? Avant, je me posais beaucoup la question. Perplexe quant au fait de savoir si j’avais à craindre des habitants de l’Abri, ou si, le seul risque reposait sur la rumeur, les informations qui se diffusent et auraient pu atteindre les oreilles d’un membre de mon clan. A présent, c’était différent. J’appréhendais d’autant plus que je savais à quel point nombres seraient blessés, et je craignais que mes sorties en exploration ne soient restreintes. Mes mouvements plus surveillés. Qu’on m’épit afin de s’assurer que je n’ai pour dessein d’y retourner. « Comment… Comment vont-ils ? » J’avais entendu les plaintes de douleur. J’avais fui. Présentement, ma gorge se nouait. Un voile froid se déposa sur mes épaules et je te demandais confirmation des ouïes dire : « C’étaient des furies, n’est-ce pas ? » S’il y avait bien des créatures que je redoutais de rencontrer sur les Terres Désolées, c’étaient celles-ci. Elle me terrifiait car je ne parvenais à effacer de ma mémoire ce qui s’était passé. L’attaque, notre séparation…


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Michi pour ne pas changer
Messages : 64
Capsules : 0
Date d'inscription : 15/07/2017
Crédits : Bazzart
Appartenance : Veilleurs
Affectation : Médecin
Membre • survivant en devenir
MessageSujet: Re: Talking to the (phantom) moon... ft. JiHyuk Ven 15 Déc 2017 - 22:17
Talking to the (phantom) moon...
I know he is somewhere out there...
« Ranges donc tes crocs jeune fille. Tu voudrais que je te prenne dans mes bras peut être ? » Si elle voulait jouer sur les exagérations, je pouvais me montrer un adversaire redoutable, mais pas une fois l’ironie ou la moquerie ne se lisaient sur mes traits durcis par le temps. J’avais beau être intransigeant avec elle, je l’aimais presque comme ma fille. Elle était cette partie de mon passé qui m’avait révélé à une vocation dans laquelle je m’épanouissais malgré tout. Et si je donnais l’impression de la tenir en otage, si derrière mes critiques acerbes se cachait pourtant un profond attachement à celle que je voulais à tout prix sauver de cette vie qu’elle avait autrefois connu. Mais si je partageais quelques banalités, je remarquais néanmoins la douleur qu’elle peinait à cacher et que ses traits trahissaient derrière une mine fermée et concentrée. Une détresse qu’elle révéla au contact que je lui imposais et qu’elle ne put cacher davantage. J’ignorais pourquoi, mais seul le prénom qui lui avait été donné à sa naissance résonnait dans ma tête, il fut aussi le seul qui franchissait la barrière de mes lèvres alors que son identité avait changée. Juste pour la protéger, juste pour se fondre dans la masse des habitants de l’abri, juste pour éviter qu’elle ne subisse les regards noirs et les interrogations sur la raison de sa présence. Un prénom qu’elle rectifia aussitôt avec ce même ton que j’employais quotidiennement. Étais-je trop dur avec elle ? Comment pouvais-je seulement lui infliger le souvenir douloureux de ces années passées loin de ses origines ? Les questions tournaient, mais je me fichais pas mal de trouver les réponses, ma seule conviction était de la rendre suffisamment forte pour qu’elle puisse affronter tous les démons qui viendraient un jour la tourmenter. J’aurais presque pu rire de l’affront affiché sur son visage, mais sa condition m’inquiétait davantage, et notamment l’idée que quelqu’un ait pu voir ce signe qui trahissait un passé bien moins glorieux que celui d’exploratrice. Elle avait beau m’assurer que personne n’avait été témoin de cette marque, je ne pus m’empêcher de froncer les sourcils et soupirer lourdement. « J’espère bien que tu as fait attention… quoique ce n’est pas vraiment le cas, vu l’état de ton bras ! » Je me levais, me dirigeant vers l’armoire à pharmacie que j’alimentais régulièrement et que je conservais jalousement à l’intérieur même de notre appartement de fortune. Mais si sa déclaration se voulait rassurante et justifier en partie la raison pour laquelle personne ne lui avait apporté de soins, je ne pus retenir l’exaspération que je soufflais à nouveau. « Yeonwoo… Combien de fois dois-je te le dire, dans ces moments il suffit que tu t’enfermes dans mon bureau, personne ne viendras t’y chercher ! » J’attrapais le nécessaire pour faire une suture, et m’attelais à appliquer un anesthésiant local. « Tu ne sentiras pas la douleur, mais ce sera loin d’être agréable ! Dans quel état tu t’es mise ? » J’appliquais les différents traitements et désinfectant avant même d’enfoncer l’aiguille dans sa peau. « Ils vont bien. Je n’ai aucune idée de ce qui les a attaqué, je m’en fiche, les explorateurs devraient être plus prudent c’est tout ! » Était-ce un reproche porté directement à elle ? Ou une simple remarque balancée sous le coup de l’agacement ? Concentré sur sa plaie, je m’attelais à refermer la peau découpée sous laquelle se trouvait cette marque hideuse. Je la répugnais rien qu’à la voir, mais qu’y pouvais-je. Je connaissais suffisamment ces énergumènes pour savoir que l’intelligence n’était pas leur point fort. Puis, la solution qui avait toujours été là s’imposa à moi. « Tu sais… que je peux faire disparaître cette marque. » soufflai-je. « Il ne faudrait qu’une petite greffe de peau… » Simple et efficace, néanmoins, je n’étais pas sûr de vouloir réellement le faire. Qui étais-je pour vouloir effacer une partie de sa vie ?





 
A bad peace is even worse than war
Play the moments, Pause the memories, Stop the pain, and Rewind the happiness
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Pseudo : Ruccian
Messages : 4625
Capsules : 5374
Date d'inscription : 14/07/2017
Age : 18
Crédits : KwonRu ♥ / signa : crackle bones
Multicomptes : Takahashi Naoki
Appartenance : Abri - Explorateur
Affectation : Leurre
Arme : Pistolet Improvisé + Pistolet de l'Abri
Carnet de bord :
☼ Prez' ╰☆╮ Liens ☽
Suivi ϟ Acti

Force (1) ~ Perception (4) ~ Endurance (4) ~ Charisme (5)
Intelligence (6) ~ Agilité (8) ~ Chance (2)

"Je continuais à te sourire. Malgré une douleur au fond de mon coeur, ce fragment de soleil sur mon visage s’avérait sincère. Et si tu entrevoyais au coin de mes yeux, la pluie perler, rappelle-toi que c’est ainsi que naissent les arc-en-ciel." #YeonKi


Ra On
Rayon de Soleil filtrant à travers les nuages, de la chaleur de son sourire elle resplendit. Impétueuse et victorieuse, elle respire la vie à plein poumons. Enfermée, sa gorge s'assèche d'un désir de liberté. Princesse intrépide, elle défie fièrement le danger. Jolie effrontée qui sous son nom de naissance a hérité de la grâce de la Joie.


Yeonwoo
Clarté lunaire, caresse apaisante, du bout de ses doigts elle confère la douceur. Aimante, elle défend et protège ceux qui lui sont chers. Son esprit se déchire à la vue des conflits entre tous ceux auxquels elle tient. Insaisissable orpheline, elle est l'enfant de tous et de personne. File au gré du vent en quête d'un amour éperdu. Clair de lune dessiné par les nuages sous la bénédiction d'une pluie scintillante.




Elle est le soleil qui réchauffe,
l’orage qui gronde, l’étoile qui scintille,
la lune qui éclaire dans l’obscurité.





ϟ HUN ✭



I’ve never forgotten about you even for a single day
In this life, next life
Even if I can meet you I tear up because of you
Even if the sad fate’s shadow covers me
I can’t get rid of myself who loved you ♫




I miss you, I miss you so much, I can’t ever forget you
My tears, my heart is calling you
I love you, I love you so much, I can’t ever let you go
I’m lost behind you
So I’m only crying My Love ♫




My One and Only You
If only you can see
my frozen heart someday
Like a miracle, like a dream
I hope you will be there,
when I dreamed of you
Eventually, in the end,
I hope we will become each other's desperate wish




I Believe ღ



Explorateur Unité C • leurre
MessageSujet: Re: Talking to the (phantom) moon... ft. JiHyuk Mar 2 Jan 2018 - 11:50
Talking to the (phantom) moon...
I know he is somewhere out there...

Et je roulais des yeux tandis que tu rayais sur l’éventualité de me prendre dans tes bras. La menace ou la moquerie ne marcherait pas. Je ne savais que trop bien que tu ne le ferais pas. Et à ce jeu, si j’en avais été assez d’humeur taquine, j’aurais pu te prendre à revers. Les gestes ne m’effrayaient. Je n’étais réfractaire au touché. À la chaleur humaine dont tu t’étais délesté. T’accorder un câlin, un baiser sur ta joue, me serait aisé. Je ne m’y prêtais d’usage par fierté, et parce que d’entre tous ici dans l’Abri, tu incarnais autant celui à qui je devais et m’impressionnais le plus. Cependant, ma facétie savait trouver compromis avec mon orgueil qui se gonflait à la seule idée de tourmenter, troubler, surprendre voire décontenancer les personnes de mon entourage. Tu pourrais t’estimer heureux que je fasse preuve d’une trop grande maturité pour jouer à cette heure-ci de la soirée.



Et je grimaçais tandis que de mon bras, tu t’emparais. Je fronçais les sourcils t’attendre critiquer mon manque de vigilance. N’y aura-t-il jamais un jour, une personne a même de reconnaitre mes compétences ? Me féliciter ? M’encourager ? Non, j’avais l’impression que vous, vous qui vous prôniez adultes à ma différence, vous n’aviez que des critiques, des remarques désobligeantes, des reproches. Qu’importait que vous me rabaissiez sans cesse dans mon statut d’exploratrice incompétente que j’étais, vous ne me décourageriez. Tout au contraire, ma flamme vous ne faisiez qu’attiser pour vous prouver ô combien vous vous trompiez !

Tout ce que tu me disais, je le savais déjà. À mes oreilles, tu ne semblais faire que te répéter. Je t’aurais volontiers charrié sur ton âge qui ne faisait de toi plus qu’un vieux disque rayé mais sachant mon bras à ta merci, je n’étais pas folle au point de t’insuffler l’envie de me charcuter pour me punir de mes piques. Si depuis mon enfance, j’avais aimé jouer avec le feu, je connaissais également les limites de la survie. Pour preuve, j’étais toujours en vie, malgré tout. « Si tu n’étais pas rentré avant, j’allais le faire moi-même une fois Ji Wook endormi, » rétorquais-je calmement mais avec assurance. Je connaissais tes tiroirs, tu m’avais transmis nombreuses bases et plus encore de ton savoir médical. Une vulgaire blessure comme celle-ci n’aurait pas été un soucis. Une profonde inspiration, je me préparais à encaisser les désagréments de tes soins sans détourner le regard. Aujourd’hui encore, j’apprendrais. Je t’observais, me concentrais, passant outre ta remarque sur les explorateurs. Ton point de vue sur cette fonction ne m’était pas inconnu, et parce que j’en connaissais aussi l’origine, je pouvais comprendre ton ressentiment. Je n’insistais car nous ne pourrions jamais partager le même point de vue à ce sujet là.

Il en était un autre de sujet encore plus délicat, habituellement tabou : ma marque. À ta proposition, mes yeux s’écarquillèrent soudainement. D’un geste vif, je te repris mon bras où ton ouvrage était achevé. « NON ! »  Le mot m’avait échappé spontanément. Prenant aussitôt conscience d’avoir parlé trop fort, je me retournais en direction de ton fils, m’assurant de ne l’avoir point réveillé. Par chance, cela ne semblait être le cas. Alors, à nouveau, je pivotais face à toi mais le regard pas. « Je veux dire… Les ressources médicales ne doivent pas être utilisé pour quelque chose d’aussi inutile. » C’était une bonne excuse. En plus de le penser sincèrement, cette excuse me permettait de couvrir mon refus. Je ne voulais voir cette marque disparaitre car elle représentait autant un fardeau d’un espoir. « Ce n’est pas comme si c’était une question de vie ou de mort. » Doucement, j’avais relevé la tête, esquissant un semblant de sourire. Mes mots résonnant à mes oreilles, je compris comme j’avais parlé trop vie. Réplique ironique car ô combien cette marque incarnait un symbole de mort. Et potentiellement la mienne, si par des Mains Rouge elle venait à être découverte. Que, pour trahison, je devienne une cible à exécuter. Mes yeux glissèrent alors vers les aiguilles de l’horloge : « Oh ! Ça va être l’heure du tournoi de billard ! » m’exclamais-je moins bruyamment que précédemment tout en me relevant. Parfaite parade, je m’affairais à me revêtir pour sortir au sein de l’Abri. « Nan, je ne joue pas ce soir, mais c’est la dernière qualif’ pour savoir qui va m’affronter la semaine prochaine, je ne dois pas rater ça ! » te rassurais-je néanmoins avant de me diriger vers la porte. Je ne me servirais point de mon bras et le laisserais au repos pour ne pas défaire des sutures. Ma main sur la poignée, je me défilais ouvertement afin d’esquiver une conversation que je préférais de loin éviter avant de n’attiser en toi que trop de soupçon sur mon secret espoir pérennisé.

Loin de moi d’imaginer ce soir-là, que la semaine suivante,
je ne pourrais être là, 
ni celle d’après et d’encore après,
et ce pendant plus de deux mois…


When I look at you, tears keep falling I don’t know why Did you go round and round to come to me ? I can’t avoid this love Did you recognize me right away ? I will find you Let’s never be apart now From my side Don’t leave me
   
I Miss You
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Talking to the (phantom) moon... ft. JiHyuk
Revenir en haut Aller en bas
Talking to the (phantom) moon... ft. JiHyuk
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Talking to the moon ◎ 12/07 | 01h25
» AN OPEN LETTER TO BAN KI-MOON
» 03. Quand les sangs se mêlent
» bad moon à 1500pts
» La Waaagh Kassos, les Bad Moon's Killa

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Badlands :: Hors Jeu :: RPs finis & abandonnés :: RPs finis-
Sauter vers: